Prophétie: Les abeilles de l’Apocalypse ! (Deutéronome 1:1 à 3:22)

C’est avec crainte, révérence et joie que nous ouvrons un nouveau livre de la Torah du Maître du monde : le livre de Deutéronome. En ouvrant ce livre, nous rentrons dans un véritable jardin d’Eden qui s’étend à perte de vue et c’est avec bonheur que nous y marchons sereinement, contemplant avec bonheur la variété infinie de la splendide végétation luxuriante de ce beau jardin de la Torah peuplé de toutes sortes de richesses nous enseignant sur la science illimitée de notre Créateur.

Regardons ensemble plus en détail une petite parcelle de cet exaltant jardin de lumière et allons ensemble au verset 44 du premier chapitre :

« L’Amorréen, qui occupe cette montagne, marcha à votre rencontre; et ils vous poursuivirent comme font les abeilles, et ils vous taillèrent en pièces dans Séir, jusqu’à Horma. »

Brièvement, évoquons le contexte : Moshé rappelle au peuple son errance depuis quarante années dans le désert et comment, malgré leurs révoltes, HaShem (Dieu) les a conduits. Dans le verset 44 que nous lisons, Moshé rappelle la faute des explorateurs, ces médisances sur la terre d’Israël qui ont découragé le peuple.

« Envoyons des hommes devant nous, pour explorer le pays, et pour nous faire un rapport sur le chemin par lequel nous y monterons et sur les villes où nous arriverons. Cet avis me parut bon; et je pris douze hommes parmi vous, un homme par tribu. » (Deutéronome 1:22)

« Ils nous firent un rapport, et dirent : C’est un bon pays, que l’Eternel, notre Dieu, nous donne. » (Deutéronome 1:25)

« Mais vous ne voulûtes point y monter, et vous fûtes rebelles à l’ordre de l’Eternel, votre Dieu. Vous murmurâtes dans vos tentes, et vous dîtes : C’est parce que l’Eternel nous hait, qu’il nous a fait sortir du pays d’Egypte, afin de nous livrer entre les mains des Amoréens et de nous détruire. » (Deutéronome 1:26)

Malgré toutes les merveilles et tout le déploiement de force et de puissance que l’Eternel à opéré au milieu de Son peuple et qu’Israël a vu de ses yeux, et malgré l’immense bonté du Maître de l’Univers qui les a tirés à bras fort et à main étendue du pays d’Egypte, le peuple s’est laissé aller au murmure et à l’incrédulité après le rapport défaitiste des explorateurs qui se sont laissés intimider par les quelques occupants du pays que l’Eternel avait pourtant promis de livrer entre leur main.

La colère de Dieu s’est enflammée et après la lourde sentence de l’Eternel (toute cette génération errera 40 ans dans le désert et y périra) le peuple regretta sa faute et contre l’ordre de l’Eternel, les enfants d’Israël décidèrent, trop tard, de monter se battre contre les occupants du pays et Moshé de dire :

« Mais l’Éternel me parla ainsi: « Dis-leur: Ne montez pas, ne livrez point de combat, car je ne serai point avec vous; ne vous exposez pas aux coups de vos ennemis. » (Deutéronome 1 :42-44)

Là encore, le peuple désobéit à Dieu et monta quand même pour se battre : « vous désobéîtes à la parole du Seigneur et vous eûtes la témérité de vous avancer sur la montagne. » (Deutéronome 1 :43).

On peut déjà noter que toutes ces choses nous enseignent sur l’immense danger de la remise en cause des promesses de Dieu et de l’incrédulité qui tôt ou tard, entraînent les pires des murmures et des comportements contre Dieu. On y apprend aussi l’immense folie de mener un combat que Dieu nous a ordonné de ne pas mener et enfin, nous apprenons également le danger du comportement de ceux et celles qui sont friands des miracles et en font constamment la promotion : La Torah nous démontre que les miracles, aussi impressionnants soient-ils, sont loin d’être un gage de sécurité, pire encore : ayant été témoins de la puissance de Dieu, si nous persistons dans la désobéissance, les miracles ne feront qu’augmenter notre responsabilité devant l’Eternel qui nous jugera plus sévèrement. N’oublions pas que ce ne sont pas les miracles qui nous rapprochent véritablement de Dieu mais bien notre amour de la vérité et notre volonté à bien faire et à obéir à Ses commandements, à étudier Sa Torah et à persévérer dans les voies droites du Roi de tous les rois. Le miracle est une aide, tel un bon lait pour le bébé spirituel, mais il y a des choses bien plus grandes et délicieuses que le lait…

Puis, nous arrivons à notre fameux verset 44 dans lequel Moshé nous dépeint le résultat de la désobéissance face à un combat dans lequel Dieu n’était plus :

« L’Amorréen, qui occupe cette montagne, marcha à votre rencontre; et ils vous poursuivirent comme font les abeilles, et ils vous taillèrent en pièces dans Séir, jusqu’à Horma.»

Sur l’expression « Comme le font les abeilles », regardons ensemble le commentaire de Rachi :

« De même que l’abeille, lorsqu’elle pique quelqu’un, meurt aussitôt, de même eux, quand ils vous ont attaqués, ont-ils aussitôt succombé. »

Le Rav Eliaou Hassan dans son excellent livre La Paracha nous rapporte quelques précieux éléments de réflexion qui bien malheureusement, ont fait une fois encore, l’actualité en Israël ce mois de juillet :

« L’explication de Rachi semble contredire notre verset ! En effet, si l’on compare les Émoréens aux abeilles qui meurent juste après avoir piqué leurs victimes, il faut poursuivre la comparaison jusqu’au bout, or nous savons que la piqûre d’une abeille n’est pas terrible, les Émoréens n’étaient donc pas si violents !

Rav Israël Grossman (zatsal) explique au nom du Rav de Brisk, que la comparaison avec les abeilles est en réalité parfaite, et vient nous dévoiler que le coup porté par les Émoréens était justement violent. Une personne normale tient à la vie et n’affrontera pas n’importe quel danger afin d’abattre son ennemi. C’est pourquoi, lors du combat, elle aura l’intelligence de frapper, tout en ménageant ses forces afin de continuer à vivre par la suite.

Pourtant il existe un certain type d’êtres humains déséquilibrés, qui placent la haine de « l’ennemi » avant leur propre vie et usent toutes leurs forces pour la victoire : Vaincre ou mourir ! Telle est leur devise. Un ennemi pareil est bien entendu beaucoup plus dangereux qu’un ennemi normal. C’est pourquoi la comparaison des Émoréens aux abeilles montre combien ils étaient en réalité extrêmement dangereux, comme l’abeille, ils étaient prêts à aller jusqu’au bout pour la victoire : frapper puis mourir.

Malheureusement, notre génération n’a pu que trop souvent vérifier les paroles du Rav de Brisk !

En effet, nous avons à faire aujourd’hui à un ennemi dont la haine à notre encontre l’emporte sur sa propre vie et celle même de ses enfants. Il est prêt à se faire exploser pour nous tuer, comme les abeilles.

Ces dernières années furent pour le peuple juif des années très difficiles, deux guerres en moins de trois ans, sans compter les multiples attentats meurtriers que l’on subit au quotidien, incessamment, et malgré tout cela les médias internationaux nous font passer pour les bourreaux, mais ne nous inquiétons pas : « D. fait la justice ! » dit David Ha Melekh dans les Téhilim ! Accomplissons notre devoir, rapprochons-nous de notre Créateur, c’est notre seul salut.

Par ailleurs, réjouissons-nous d’être Juifs, en effet regardez la grandeur morale de notre peuple au travers de ses souffrances ! Alors que nos maudits ennemis faisaient tout pour nous anéantir, lors de cette dernière guerre (en 2009 en Israël), sacrifiant sans hésiter femmes et enfants qu’ils utilisaient comme boucliers, nous Juifs, mettions tout en œuvre au contraire afin de protéger la population civile. Ils agissaient sans foi ni loi mais au nom de leur foi, pour dissimuler leur haine, tandis que nous, Juifs du monde entier, nous sommes mobilisés afin de soutenir et soulager la population ainsi que nos soldats en envoyant de partout colis et cadeaux. Des dizaines d’organismes ont distribué de la nourriture ainsi que toutes sortes d’objets de première nécessité à ceux qui ont dû fuir leurs maisons. Des milliers de nos frères ont ouvert leur porte afin d’accueillir les exilés ! Il y a eu un déferlement de soutien, de bonté et d’entraide durant cette douloureuse période. Nous pouvons être fiers de nous ! Et chercher un vainqueur est bien inutile quand on voit la grandeur de Am (peuple) Israël, le véritable gagnant de ces guerres, qui a su placer la vie avant tout, respecter l’ennemi et se montrer totalement solidaire et uni malgré les pressions et les mauvaises langues qui auraient pu abattre notre moral et nous rendre mauvais, ou amers, quelle grandeur ! »

Cette explication, vous en conviendrez, est fabuleuse de précision, de vérité et une fois encore, cette paracha tombe précisément dans une période très agitée pour Israël où « les abeilles » sévissent avec le silence complice, coupable et habituel des nations du monde entier qui quant à elles, n’hésitent pas à se soulever contre Israël lorsque celui-ci ose remuer le doigt de pied contre ses voisins ennemis terroristes ! À croire que le spectacle d’une mort lente et douloureuse d’Israël suite à un trop plein de piqûres d’abeilles est la seule chose qui contente ce monde ! Israël doit se laisser meurtrir par ces « abeilles » mais gare à lui s’il ose se défendre ! Heureusement, cette mascarade des derniers jours prendra bientôt fin.

Rappelons-nous, il y a peu, en cette fin de juillet 2017, « Israël a dénoncé l’absence de condamnation par l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) de la violation par les terroristes palestiniens de la sainteté du Mont du Temple. « Le 14 juillet, trois terroristes, armés de fusils et de pistolets, ont lancé une attaque contre des policiers israéliens près d’une des portes du Mont du Temple dans la vieille ville de Jérusalem. Une attaque terroriste qui a coûté la vie à deux policiers israéliens », a déclaré l’ambassadeur d’Israël à l’UNESCO, Shama Hacohen, dans une lettre adressée à la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova. » (Source : LeMondeJuif.Info)

Oui, très récemment et comme cela se produit régulièrement en Israël, telles des abeilles, « Trois terroristes se sont précipités dans le lieu saint avant d’être abattus » tuant malgré tout deux Israéliens à proximité de la Porte des Lions. (Source : Timesofisrael)

Et pourtant, le silence criminel des dirigeants édomites (occidentaux) est assourdissant.

Imaginer que Dieu ne réagira pas serait bien mal connaitre le Roi des rois car en vérité, celui qui est ennemi d’Israël est ennemi de Dieu et bientôt, Le Maître de toute chose fera éclater Sa Gloire et tirera vengeance de tous Ses adversaires comme il est dit :

« Que me voulez-vous, Tyr et Sidon, Et vous tous, districts des Philistins [Actuelle Palestine] ? Voulez-vous tirer vengeance de moi? Si vous voulez vous venger, Je ferai bien vite retomber votre vengeance sur vos têtes. […] Que les nations se réveillent, et qu’elles montent Vers la vallée de Josaphat ! Car là je siégerai pour juger toutes les nations d’alentour. 13 Saisissez la faucille, Car la moisson est mûre ! Venez, foulez, Car le pressoir est plein, Les cuves regorgent ! Car grande est leur méchanceté […] L’Egypte sera dévastée, Edom sera réduit en désert, A cause des violences contre les enfants de Juda, Dont ils ont répandu le sang innocent dans leur pays. 20 Mais Juda sera toujours habité, Et Jérusalem, de génération en génération. 21 Je vengerai leur sang que je n’ai point encore vengé, Et L’Eternel résidera dans Sion. » (Joël 4)

Pour toujours plus renforcer notre propos, regardons maintenant les paroles d’un sage d’Israël, le Ari Hakadoch ou Rabbi Isaac Ashkenazi Louria, ou Luria, ou Loria (année 1500), qui est un des plus grands maîtres d’Israël de la Torah profonde. Sachant que selon la Torah, Ismaël représente le monde arabo-musulman et Edom l’Occident, voici donc ce qu’enseigne le Ari Hakadoch il y a plus de 500 ans (rapporté dans un chiour (cours)  par le Rav Dynovisz) :

« À chaque lettre du Nom Divin correspond un exil (quatre lettres Youd, Hé, Vav, Hé pour quatre exils). La première lettre, le Youd, correspond à deux exils. Le Youd lui-même est l’exil d’Édom (l’Occident) et la pointe du Youd (kotso chel youd) représente l’exil d’Ismaël (qui est en fait le cinquième et dernier exil). Pourquoi ces deux exils ne forment-ils qu’une lettre ? Parce qu’en fait, l’exil d’Ismaël n’est que la continuation de celui d’Edom (comme nous l’avons déjà vu) : Dit d’une autre manière, Ismaël est la « pointe » qu’utilise Edom afin de nous piquer (la pointe du Youd qui ressemble étrangement au dard d’une abeille !).

S’il est certain que ce sont les arabes qui se font « sauter » dans nos villes, il serait intéressant de se poser la terrible question: qui, véritablement, se cache derrière la « pointe » qui nous pique et qui est « l’éminence grise » qui nous envoie des abeilles ? Je fais confiance à votre bon sens pour le deviner ! »

Effectivement, quiconque fait un minimum de recherches découvre que l’Occident utilise et finance l’Islam pour semer la zizanie dans le monde tout en piquant Israël avec le dard de ces maudites « abeilles » de l’Apocalypse. Regardez ces quelques très sérieuses informations sourcées qui en disent long et confirment formidablement les enseignements millénaires des grands maîtres d’Israël :

« Al Qaeda a été une création américaine, décidée par l’administration Reagan. Cette information est de notoriété publique et a notamment été confirmée explicitement par Hillary Clinton en personne dans une vidéo publique. Ceci est confirmé entre autres par cet article (Al Qaïda a été établi sous l’autorité du président Reagan le 27 mars 1985 par la Directive de la sécurité nationale n°166.) Cette analyse du journal le Monde, vraiment peu suspect de faire de « l’anti-américanisme primaire »…. : « Des fonds de la CIA ont servi à financer Al-Qaida ».

Le 12 décembre 2012 à Marrakech, Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères affirme que « le Front al-Nosra fait du bon boulot », en Syrie alors qu’il s’agit d’un groupe d’assassins lié à Al Qaeda.

Donald Trump, candidat officiel du Parti républicain à la prochaine élection présidentielle américaine affirme publiquement que « l’État islamique » (ÉI)– alias Daesh, alias ISIS – est une création d’Obama et d’Hillary Clinton. Hillary Clinton candidate officielle du Parti démocrate à la prochaine élection présidentielle américaine, semble rejeter, quant à elle, la création de Daesh sur une décision de Barack Obama. » (Source : https://www.upr.fr/actualite/monde/mais-qui-a-cree-al-qaeda-et-daesh)

En d’autres termes, les sages d’Israël, il y a des siècles, nous avertissaient qu’à la fin de l’exil d’Israël, lorsque le peuple juif reviendra sur sa terre, se lèvera un nouvel ennemi qui se battra contre Israël et le monde entier. Les sages nous avertissent que cet Islam radical se réclamant d’Ismaël, représentant une partie du monde arabo-musulman, est cet ennemi. Les sages d’autrefois nous préviennent : cet ennemi se comportera comme des abeilles (attentats suicides) et sera comme une arme dangereuse entre les mains d’Edom (Occident) : C’EST EXACTEMENT CE QUE L’ON VIT ! Ne serait-ce que pour cela, il vous incombe, cher lecteur, de propager cet article au plus grand nombre afin qu’une multitude ouvre les yeux et fasse téchouva (repentance) avant qu’il ne soit trop tard !

La Torah et les prophètes nous avertissent donc qu’Israël et le monde entier sera en conflit avec un Islam radical et que de ce conflit viendra le Messie.

Réjouissons-nous donc, car de ce conflit entre les abeilles (terroristes) et le lion (peuple juif et Messie représentés par le lion de la tribu de Juda) sortira le miel pur et doux de la délivrance : Le Messie d’Israël et le shalom mondial pour tous ceux qui seront passés par la case « repentance » mais la honte et la douleur éternelles pour tous ceux qui se seront moqués de Dieu et qui n’auront pas voulu se repentir.

C’est bien là ce que nous montre le Tanakh (Bible hébraïque) dans un passage énigmatique de l’histoire de Samson, qui ne l’oublions pas, a fini par réduire en miette les abeilles philistines :

« Et voici, il y avait un essaim d’abeilles et du miel dans le corps du lion. 9 Il prit entre ses mains le miel, dont il mangea pendant la route; » (Juges 14:8-9)

La Torah est décidément remplie de ce doux parfum de l’infinie sagesse de Dieu, enivrant nos cœurs de Sa joie et de Sa vérité ! Ô, merci Eternel pour Ton Livre glorieux qui contient tous les trésors de Ta sagesse infiniment variée, Toi Le seul vrai Dieu Saint et éternel, unique et sans pareil, le Dieu d’Israël ! Amen !

Afin de ne pas trop surcharger la lecture, surveillez bien le site, dans quelques jours sera publiée la suite logique de cette paracha au travers d’une méditation sur les temps de la fin que nous vivons et les potentiels jugements divins imminents…

En attendant, Shabbat Shalom à chacun !

Un partage sur la paracha de la semaine, par la seule grâce infinie d’HaShem(Dieu) et avec la précieuse aide des rabbanim d’aujourd’hui et des sages d’Israël d’autrefois.
Note : Merci de citer la source lors de toute copie partielle ou complète de cet article comme le rappellent les maximes des pères (Pirqé Avot) : « Quiconque cite l’auteur d’une parole amène la délivrance dans le monde ». Pour le reste, c’est entre vous et Dieu qui sonde les coeurs et qui rendra à chacun selon ses oeuvres.
(*) : Mis à part les citations et autres extraits de sources externes repris sur le site rencontrerdieu.com, nous ne cautionnons pas forcément tous les propos et les enseignements des personnes et/ou des références et autres sites web cités dans les articles et les vidéos du site rencontrerdieu.com : chacun doit être attentif et ne retenir que ce qui lui semble bon et en accord avec les voies de Dieu.

Source: Rencontrer Dieu

Commenter cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s