…262 millions de dollars sur un effondrement des marchés d’ici le mois d’octobre

Un mystérieux trader vient de prendre un énorme risque en pariant que le marché boursier va s’effondrer d’ici le mois d’octobre, et s’il a raison, il pourrait potentiellement empocher jusqu’à 262 millions de dollars.

Des fortunes ont été gagnées et perdues durant la dernière crise financière de 2008, et la même chose se reproduira lorsque nous assisterons au prochain krach boursier. Mais qui peut savoir si nous assisterons à un effondrement des marchés avant la fin de l’année 2017 ? Personne ne peut l’affirmer avec certitude. En revanche, il ne fait aucun doute que les marchés américains évoluent au sein de l’une des plus grandes bulles boursières de toute l’histoire des Etats-Unis, et de nombreux investisseurs de renoms avertissent clairement d’un effondrement imminent des marchés boursiers.Il ne faut pas se mentir, et cela s’est vérifié tout au long de l’histoire des marchés, à chaque fois qu’une bulle a fini par éclater, cela s’est toujours mal terminé, et l’énorme bulle actuelle ne fera pas exception.

Je veux être très clair sur le fait que je ne sais absolument pas si cela se produira ou non avant la fin du mois d’Octobre 2017. Mais un mystérieux investisseur est convaincu que la volatilité sur les marchés va augmenter au cours des prochains mois, et s’il a raison, il risque de gagner énormément d’argent. Selon Business insider, voilà comment ce mystérieux trader a fait pour parier l’effondrement des marchés d’ici le mois d’octobre.

 
  • Afin de financer ce pari, l’investisseur a vendu 262 000 Puts de strike 12 (prix d’exercice) indexés sur le Vix à échéance d’octobre 2017.
  • Le trader a ensuite utilisé cet argent en achetant un call spread VIX 1 × 2, ce qui implique l’achat de 262 000 calls avec un strike de 15 ayant pour maturité le mois d’octobre 2017 et la vente de 524 000 calls de strike 25 ayant la même échéance.
  • A titre d’information, Un Bull Call Spread (ou aussi un Call Debit Vertical Spread) est une stratégie sur options utilisant deux options Calls de strike (prix d’exercice) différents, mais de même échéance, pour parier sur une hausse du sous-jacent.
  • Dans un scénario parfait, où le VIX atteindrait 25 sans dépasser ce niveau avant l’expiration du mois d’octobre, le trader se verrait faire un énorme gain de 262 millions de dollars.

Dorénavant, je vais surveiller ce qui va se passer. Si ce mystérieux investisseur a raison, cela reviendrait à avoir gagné à la loterie.

Mais qu’il ait fait ce pari ne signifie pas forcément qu’il sache ce qui ce qui va se passer. Ca reste un pari et c’est donc risqué.

Par exemple, regardez ce qu’a fait Ruffer LLP, une société de gestion basée à Londres. Ce fonds d’investissement gère 20 milliards de dollars, et il a parié des dizaines de millions de dollars sur un krach boursier qui ne s’est toujours pas matérialisé. Alors que ce fonds a déjà perdu beaucoup d’argent, il continue de parier sur cet effondrement en restant extrêmement baissier

 

Un fonds, surnommé 50 Cent, mise massivement sur un décrochage des marchés d’actions mondiaux.

Alors que les marchés d’actions mondiaux sont euphoriques depuis six mois, enchaînant les nouveaux sommets, peu de spéculateurs osent miser sur une chute des Bourses – autant dire jouer contre tout le monde… C’est pourtant le cas d’un fonds d’investissement londonien, Ruffer, surnommé ‘50 cent’ (comme le célèbre rappeur américain, connu pour son album Get rich or die Tryin’) par les intervenants, en raison de ses achats massifs d’options ‘call’ sur le Vix (placements spéculatifs permettant de profiter d’un éventuel bond de la volatilité des actions américaines, inévitable en cas de chute de Wall Street)… à 50 cents pièce.

Pour l’heure, cette stratégie n’aurait pas vraiment réussi à Ruffer, qui aurait perdu gros (89 millions de dollars selon business insider), de sources de marché, surtout dernièrement. En effet, le Vix, surnommé ‘indice de la peur’ (il grimpe parallèlement à l’aversion au risque des intervenants, et vice versa), est tombé à son plus bas niveau depuis les années 1990, suite à l’élection d’Emmanuel Macron, qui a suscité une bouffée d’optimisme sur les marchés mondiaux.

Pour autant, si le fonds mise aussi gros (pour 120 millions de dollars d’options dernièrement, de sources de marché) sur un décrochage des actions, ce n’est pas pour faire un pari à la baisse ‘isolé’, mais pour protéger ses portefeuilles (le fonds gère pour 20 milliards d’encours) face au risque de chute des marchés.

Dans une récente lettre aux investisseurs, le fondateur Jonathan Ruffer a souligné que “les marchés, notamment américains, étaient à nouveau excessivement chers”, comme dans les années 1960 et les années 2000, une situation qui a été suivie à chaque fois par une période de vaches maigres pour l’investisseur en actions… Et généralement, les points bas extrêmes sur la volatilité coïncident avec des sommets majeurs sur les actions. En cas de choc surprise cette année sur les marchés, les options sur le Vix de Ruffer pourraient lui rapporter gros…

Je peux comprendre pourquoi ce fonds a fait ce pari. Dans un monde dit normal, les marchés actions se seraient déjà effondrés depuis longtemps.

Si les actions ont continué de progresser à la hausse, ce n’est du qu’à l’intervention sans précédent des banques centrales mondiales. Elles ont injecté des milliers de milliards de dollars, ce qui a complètement faussé les lois du libre marché. Voici ce que David Stockman explique à ce sujet

La main mise de la Fed et des principales banques centrales mondiales ont complètement annihiler un marché libre et honnête. Ces banques centrales ont transformé les marchés financiers mondiaux en une énorme salle de jeux clandestine où il n’y a plus aucune règle.

Les politiques de l’ensemble des banques centrales en termes d’assouplissement quantitatif (QE) et de taux d’intérêt nuls (ZIRP) ont été édulcorés par une rhétorique de «stimulus», « d’accomodation » afin d’orienter les économies vers des niveaux d’inflation optimums et une situation de plein emploi.

Mais la réalité est tout à fait différente. Depuis 2007, l’augmentation de 15 000 milliards de dollars du bilan de l’ensemble des banques centrales réunies représente une fraude monétaire qui a pris des proportions terrifiantes.

Aujourd’hui, nous vivons dans un « monde étrange », où de nombreuses entreprises se négocient à plus de 100 fois leurs bénéfices, voire même jusqu’à 200 fois.

Les actions se valorisent à des niveaux qui sont complètement déconnectés de toute réalité économique. Comme je l’ai expliqué il y a quelques jours, depuis 10 ans, le taux de croissance annuel moyen du Pib américain n’a été que de 1,33%, ce qui signifie que l’économie américaine a autant progressé au cours de ces 10 dernières années, que durant les années 1930, mais parallèlement, le cours des actions a atteint des niveaux stratosphériques.

N’importe qui ayant un peu de bon sens peut comprendre l’absurdité de la situation. Tout comme en 2000 et en 2008, lorsque cette gigantesque bulle finira par éclater, cela aura de terribles conséquences.

Les indices viennent d’atteindre un niveau jamais observé depuis les bulles de 1929, 2000 et 2007Août 2017: Souvenons-nous de ce moment: le Dow Jones vient d’atteindre 22 000 points pour la 1èrefois de son histoire

Encore une fois, je ne sais pas lorsque cela arrivera. Les marchés actions peuvent très bien s’effondrer dès demain, mais la Banque nationale suisse pourrait intervenir et acheter 4 millions d’actions Apple comme ce qu’elle avait fait durant les mois de janvier, février et mars 2017.

Les principaux responsables de cette farce sont les banques centrales mondiales. Si elles décident de continuer d’injecter des milliers de milliards de dollars dans les marchés financiers mondiaux, alors elles pourront maintenir pendant un certain temps encore cette gigantesque bulle boursière.

Mais si un jour, elles décidaient de faire marche arrière et de ne plus faire tourner la planche à billets et donc d’arrêter cet injection d’argent artificiel, alors ceux qui auront parié sur un effondrement des marchés feront d’énormes gains.

Source: theeconomiccollapseblog via Business Bourse

Commenter cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s