La papauté est toujours l’Antéchrist.

La machine de propagande de l’Église Catholique Romaine est en train de monter en puissance en 2017.  Rome continue d’exécuter sa grande stratégie orientée vers les évangéliques ignorants définis au Concile Vatican II, il y a plus de 50 ans :

« … peu à peu, à mesure que les obstacles à la parfaite communion ecclésiale seront surmontés, tous les chrétiens seront réunis dans une célébration commune de l’Eucharistie … »  

Le Pape François a continué à minimiser les différences entre Rome et ceux qui croient en la Bible.  Certains évangéliques sont tombés dans la ligne du pape.  La vérité est que les raisons pour lesquelles ceux qui sont fidèles à l’Évangile du Christ à protester restent aujourd’hui aussi valables qu’il y a 500 ans.  Les ambitions et les revendications insatiables du pape de Rome sont un sujet de litige majeur.

Le 31 octobre 1517, le réformateur Martin Luther cloua ses 95 thèses sur les portes de l’église de Wittenberg.  Il protestait contre le départ de l’Église Catholique de l’Évangile de Jésus-Christ.  Cet événement a marqué le début de la grande Réforme.  Finalement, l’appel de Luther à la réforme s’est tourné vers la séparation de Rome en raison de sa résistance intense aux enseignements des Saintes Écritures.  Cet appel à la séparation s’est largement répandu en Allemagne et dans toute l’Europe.  La nature et la validité de la papauté restent une épine de discorde majeure.  Rome prétend que le pape est le vicaire ou le substitut du Christ.  Luther et d’autres croyants de la Bible à travers les siècles considèrent le Pape comme l’ennemi du Christ.  Rome a-t-elle changé sa position sur le pouvoir absolu du pape ?  Que dit la Parole de Dieu à propos de ce problème ?

Le vrai vicaire du Christ

Le Saint-Esprit est le vrai Vicaire du Christ.  Avant son retour vers Dieu le Père dans les cieux, Jésus-Christ a promis à ses disciples qu’un autre viendrait et servirait comme Son substitut sur terre pour les instruire de toute la vérité et pour leur rappeler tout ce qu’Il leur avait déjà enseigné.  Les paroles du Seigneur Jésus-Christ étaient : « Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous, l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point ; Mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous. »

En ce qui concerne cette troisième Personne de la Trinité qui devait être Son substitut, le Seigneur a promis que, « quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le    jugement. »  Le Saint-Esprit convainc les gens de péché comme Il fait réaliser aux pécheurs leur condition perdue et leur besoin du pardon de Dieu en Jésus-Christ.  Le Saint-Esprit amène une âme dans une condition de mort et de rébellion dans le péché vers le pardon et la vie dans le Christ.  C’est parce que nos dispositions innées sont sujettes au péché ; Rien que le pouvoir divin peut provoquer notre salut.  Ce miracle de la grâce est mentionné dans les Écritures comme « et quelle est envers nous qui croyons l’infinie grandeur de sa puissance, se manifestant avec efficacité par la vertu de sa force.  Il l’a déployée en Christ, en le ressuscitant des morts ».

Dans la vie des croyants, le Saint-Esprit a une influence complète, immédiate et universelle.  Les Écritures enseignent que « Or, le Seigneur c’est l’Esprit ; Et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté.  Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit. »  L’œuvre de l’Esprit est en train de se transformer ; Nous sommes changés d’un degré de grâce glorieuse en un autre, jusqu’à ce que, par la même grâce, nous soyons un jour parfaits en Lui dans la gloire pour toujours au ciel. Combien devrions-nous, en tant que chrétiens, récompenser le plein et complet ministère du Saint-Esprit !

La revendication blasphématoire du Pape François comme Vicaire du Christ

Même 500 ans après le début de la Réforme, Rome n’a pas renoncé à son évaluation gonflée de la papauté.  Contrairement aux paroles de Jésus, Rome insiste sur le fait que la tête de son église est ce substitut, ou « vicaire » :

« Le Pape, évêque de Rome et successeur de Pierre, est la source perpétuelle et visible de l’unité des évêques et de toute la compagnie des fidèles.  Pour le pontife romain, en raison de sa charge de vicaire du Christ, et en tant que pasteur de toute l’Église, il a un pouvoir absolu, suprême et universel sur toute l’Église, un pouvoir qu’il peut toujours exercer ».

Malgré l’enseignement clair des Écritures sur le ministère du Saint-Esprit, le Vatican tente toujours d’usurper son rôle.  Rome déclare de manière  dogmatique : « Le Pape jouit, par une institution divine, d’un pouvoir suprême, complet, immédiat et universel sur le soin des âmes. »  Il est impossible à un homme mortel, comme le Pape François, de jouir de la puissance immédiate et universelle sur le soin des âmes !  De telles prétentions absurdes impliqueraient que le Pape soit doté d’une puissance divine !

L’autorité centrale du Pape, par laquelle il juge toutes choses, est officiellement appelée par le terme « Saint-Siège » plutôt que « Vatican ».  Le terme Saint-Siège représente l’autorité centrale de l’Église, qui englobe le minuscule état souverain de la Cité du Vatican.  Cependant, la portée « universelle » de la citation ci-dessus révèle également les ambitions de Rome au-delà de la Cité du Vatican.  En effet, le Saint-Siège prétend représenter une communauté mondiale et pas seulement les citoyens de la Cité du Vatican.  Le Pape est à la tête d’un état souverain et, en même temps, une autorité centrale pour une communauté mondiale !  En outre, le Code du Droit Canon de Rome définit son point de vue sur l’autorité du Saint-Siège : « Le Saint-Siège ne peut être jugé par personne ».

La papauté se déclare elle-même souveraine, et ne rend compte à personne !  Seul le Pape est le seul juge sur ce qui est juste et faux, tout en exigeant que personne ne puisse le juger.  L’audace du Saint-Siège atteint son apogée dans les arènes civiles et politiques, alors qu’il proclame : « Le seul droit du Pontife romain lui-même à juger … ceux qui exercent la plus haute fonction publique dans un État …»  En d’autres termes, le pape est au-dessus de tous les dirigeants mondiaux et a le droit de juger ceux qui gouvernent les nations !

Il ne faut pas être trompé par la petite taille physique de l’État du Vatican.  Alors que la Cité du Vatican est le plus petit état indépendant du monde (108 acres), l’état romain a ré-émergé comme une des plus grands intrigues politiques.  Pour citer l’historien catholique Lord Acton, le Vatican est « le diable qui se cache derrière le Crucifix ».  Cela vient du fait que Rome a été rétablie en tant qu’état souverain avec un pouvoir civil, influençant beaucoup le droit national et international, particulièrement dans les nations où elle a des nonces papaux comme ambassadeurs.

Actuellement, elle entretient des relations civiles avec 174 pays au niveau des ambassades.  Selon l’almanach catholique, « un nonce apostolique a le rang diplomatique d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire … un nonce a la préséance parmi les diplomates du pays où il est accrédité et sert comme doyen du corps diplomatique lors des occasions officielles ».  L’histoire de la Rome papale, c’est-à-dire sa disparition apparente dans le passé et sa résurgence actuelle dans les affaires modernes, semblent correspondre à la description de la prostituée de Babylone auprès de laquelle le monde s’émerveille, révélée dans Apocalypse 17.

L’appareil papal pour contrôler les âmes des gens

Contrairement au Saint-Esprit qui s’occupe des âmes par son propre pouvoir, le Pape François lui-même est incapable d’administrer « le pouvoir universel dans le soin des âmes ».  Par conséquent, le Pape François a besoin d’une vaste hiérarchie de sbires pour contrôler le peuple.  Cette hiérarchie du pouvoir, également connue sous le nom de « Magesterium », comprend des cardinaux, des patriarches titulaires, des archevêques, des métropolitains, des archevêques coadjuteurs, des évêques diocésains, des évêques, des vicaires épiscopaux, des vicaires apostoliques, des administrateurs apostoliques et des vicaires généraux. L’autorité de cette hiérarchie s’étend aux prêtres, qui cherchent à exercer la domination de Rome sur les membres locaux de la paroisse.  Le Pape François développe l’instrument de contrôle du clergé romain :

« Cependant, il ne suffit pas simplement de demander pardon au Seigneur dans son propre esprit et son propre cœur parce que Jésus Lui-même a confié à l’Église le ministère du pardon des péchés.  Il faut humblement et avec confiance confesser ses péchés à un ministre de l’Église.  Dans la célébration de ce sacrement, le prêtre représente non seulement Dieu, mais aussi, toute la communauté. »

Contredisant le Pape François, la Bible déclare : « Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est point en nous.  Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. »  Le temps ne permet pas une discussion approfondie des nombreux scandales charnels commis par les prêtres catholiques et la hiérarchie.  Le résultat de la tromperie du Pape François est « avec toutes les séductions de l’iniquité pour ceux qui périssent parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité pour être sauvés. »  Une telle apostasie est marquée, non par une hostilité ouverte, mais par l’hypocrisie et la tromperie, qui peuvent sembler justes et saintes pour le monde.  L’apostasie est un retrait du vrai Évangile et de la vraie piété.

Conclusion : Le pape romain continue à résister au Christ 500 ans plus tard.

Un examen de l’office du Pape François révèle clairement son association au Christ.  Il n’est pas « le Vicaire du Christ ».  Au contraire, il s’exalte lui-même  « à la place de », ou « anti »Christ.  Les catholiques romains appellent le pape « Sa Sainteté ».  Un tel titre appartient exclusivement à Dieu.  Dieu est le seul être dont la nature même est sainte.  Concernant le titre supposé du Pape, « Sa Sainteté », l’Église Catholique Romaine revendique l’attribut divin suivant : « Le Souverain Pontife, en vertu de son office, possède une autorité enseignante infaillible quand, en tant que pasteur suprême et enseignant de tous les fidèles … il proclame avec un acte définitif qu’une doctrine de la foi ou de la morale doit être tenue comme telle. »  La revendication de l’infaillibilité de la papauté est en conflit avec la position de Dieu comme étant véritablement infaillible.  Ainsi, la prétention officielle de Rome exalte en réalité le Pape « par-dessus tout ce qui s’appelle Dieu ».  De même, la justice méritée du Christ Jésus après la Résurrection lui donna « Tout pouvoir … au ciel et sur la terre ».  Comme nous l’avons déjà dit, le Pape prend sur lui l’autorité illimitée pour le « souci universel des âmes » et ne peut être jugé par personne.

Alors qu’il reste du temps avant que le Christ ne revienne et soit vainqueur de ses ennemis, fuyons la fausse religion des Papes qui s’opposent à Lui.  Au lieu de cela, laissez-vous humblement apprendre et obéir aux conseils et aux commandements du Seigneur Jésus-Christ ;

« Ils lient des fardeaux pesants, et les mettent sur les épaules des hommes, mais ils ne veulent pas les remuer du doigt.  Ils font toutes leurs actions pour être vus des hommes.  Ainsi, ils portent de larges phylactères, et ils ont de longues franges à leurs vêtements ; Ils aiment la première place dans les festins, et les premiers sièges dans les synagogues ; Ils aiment à être saluée dans les places publiques, et à être appelés par les hommes Rabbi, Rabbi.  Mais vous, ne vous faites pas appeler Rabbi ; Car un seul est votre Maître, et vous êtes tous frères.  Et n’appelez personne sur la terre votre père ; Car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux.  Ne vous faites pas appeler directeurs ; Car un seul est votre Directeur, le Christ. »

Source : Berean Beacon 

 Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Commenter cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s