Jérusalem: Moscou se dit prêt à devenir un « médiateur honnête »

« Il est important d’avancer le plus rapidement possible vers des négociations israélo-palestiniennes »
La Russie a déclaré lundi être prête à devenir « un médiateur honnête » dans le processus de paix entre les Israéliens et les Palestiniens, après que les Etats-Unis ont été écartés des négociations par Ramallah suite à l’annonce du président Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël.

Le président russe Vladimir Poutine, le 24 octobre 2017 à Moscou
SERGEI CHIRIKOV (POOL/AFP/Archives)

Le vice-ambassadeur russe aux Nations Unies, Vladimir Safronkov, a affirmé que Moscou était prêt à reprendre le rôle de médiateur entre les deux parties, alors que le veto américain au Conseil de sécurité contre une résolution visant à rejeter la déclaration de Trump a suscité une nouvelle fois l’indignation côté palestinien et les remerciements côté israélien.

« Nous n’accepterons pas que les Etats-Unis soient un médiateur ou un partenaire dans le processus de paix », a réitéré lundi soir le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

Si l’ambassadeur a jugé qu’il était « de plus en plus important d’avancer le plus rapidement possible vers des négociations israélo-palestiniennes directes », il a également déclaré que Moscou était « prêt à devenir un médiateur honnête ».

L’ambassadeur adjoint de la Russie à l’ONU Vladimir Safronkov, le 5 juillet 2017 à New York
Jewel SAMAD (AFP)

Le représentant russe a également appelé les deux parties à « montrer de la retenue » et à éviter toute actions provocatrice, insistant sur l’importance de ne pas prendre de mesure « unilatérale » qui pourrait exacerber le conflit et complexifier davantage le processus de paix.

Vladimir Safronkov a par ailleurs réitéré l’appel du ministre des Affaires étrangères Sergei Lavrov au Conseil de sécurité, de mener un « examen approfondi de la situation au Moyen-Orient ».

Au lendemain du vote au Conseil de sécurité marqué par le veto américain, l’Assemblée générale doit se réunir en session plénière, avec à l’agenda une discussion sur le droit du peuple palestinien à l’autodétermination. A la différence du Conseil de sécurité, aucun pays n’a de droit de veto à l’Assemblée générale.

Les dirigeants palestiniens, furieux, estiment que les Etats-Unis se sont discrédités dans leur rôle historique de médiateurs du conflit israélo-palestinien. L’annonce de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël a déclenché des vagues de protestations et manifestations dans le monde musulman ainsi qu’une réprobation quasi unanime de la communauté internationale.

Source: i24 News

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s