Une « bombe cyclonique » ensevelit l’est des Etats-Unis sous la neige et la glace

Une gigantesque tempête a balayé l’est des Etats-Unis, jeudi, provoquant d’importantes chutes de neige et des inondations glacées.

Une photo satellite de l’agence américaine NOAA montre l’ampleur de la tempête Grayson, jeudi 4 janvier, alors qu’elle s’approche des côtes américaines. HANDOUT / NOAA / AFP

On se croirait dans Le Jour d’après. Comme dans le film catastrophe, la côte est des Etats-Unis a été balayée par une gigantesque tempête de neige, jeudi 4 janvier. Transports et écoles paralysés, villes recouvertes par plusieurs centimètres de neige, inondations glacées dans le Massachusetts, températures polaires dans plusieurs Etats… Les effets de la « bombe cyclonique » Grayson ont été dévastateurs. Franceinfo vous explique ce phénomène météorologique.

Un cyclone en plein hiver

Une tempête est qualifiée de « bombe cyclonique », ou « bombe météo », lorsque la pression atmosphérique en son centre chute particulièrement vite, de 24  hectopascals (hPa) ou plus en 24 heures, explique L’Express. Ce phénomène de « cyclogénèse », également à l’origine des ouragans dans les zones tropicales, provoque des vents violents. Les « bombes cycloniques », qui se produisent en période hivernale, apportent également de la neige et des températures glaciales.

Ce type de dépression est dû à un contraste entre l’air froid venu du pôle Nord et la masse d’air humide poussée par le Gulf Stream. Plus ce contraste est important, puis la tempête est puissante, ajoute L’Express. Dans le cas de Grayson, l’effet « bombe » est due à l’importante vague de froid qui touche l’Amérique du Nord depuis une semaine. Sur Twitter, plusieurs agences américaines ont posté des images montrant la formation de la dépression.

La plupart des tempêtes qui touchent la côte est américaine durant l’hiver peuvent être qualifiées de « bombes cycloniques », selon Mashable (en anglais). La gigantesque tempête Grayson est toutefois d’une puissance inédite. Certaines prévisions annonçaient une pression centrale minimum de 950 hPa au pic de la tempête, « ce qui serait quasi-inouï pour cette partie du monde, à part avec les ouragans », précise le site américain. La pression au centre du dévastateur cyclone Sandy était « d’environ 946 hPa quand il est arrivé dans le New Jersey en 2012″« Je n’arrive pas à me souvenir d’un cyclone extratropical de cette ampleur au large de la côte est ces derniers temps », a commenté un spécialiste américain des cyclones, Greg Postel, sur Twitter.

Blizzard et inondations glacées

La tempête Grayson a provoqué, jeudi 4 janvier, des phénomènes météorologiques impressionnants. Des vents violents ont balayé la côte est, avec des rafales allant jusqu’à 110 km/h dans le Massachusetts, rapporte le Washington Post (en anglais). Plus de 8 millions d’Américains étaient concernés par une alerte au blizzard, du Massachusetts au Maine, alors que la neige tombait au rythme de 2 cm par heure en moyenne, selon Quartz (en anglais). Jusqu’à 45 cm de poudreuse étaient attendus dans les rues de Boston et d’Atlantic City.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s