Ce que j’aime, dans la Bible, c’est qu’elle ne nous montre pas seulement ce que nous avons fait de mal, mais également comment réparer le mal. Son objectif suprême est toujours positif. Elle nous montre le négatif uniquement pour nous indiquer notre besoin du positif.

Lisons Esaïe 55:6-9:

« Cherchez l’Eternel pendant qu’il se trouve; invoquez-le, tandis qu’il est près. (Il y a là une certaine urgence.) Que le méchant abandonne sa voie, et l’homme de rien ses pensées (remarquez que notre problème fondamental n’est pas seulement dans nos actes extérieurs, mais dans notre façon d’être et de penser); qu’il retourne à l’Eternel, qui aura compassion de lui, à notre Dieu qui pardonne abondamment. (Merci, Seigneur, de cette promesse.) Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et vos voies ne sont pas mes voies, oracle de l’Eternel. (C’est clair et catégorique. Les voies de Dieu et ses pensées ne sont pas comme les nôtres. Dieu poursuit en mesurant le fossé qu’il y a entre ses pensées et ses voies et les nôtres, et c’est un fossé incommensurable). Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, et mes pensées au-dessus de vos pensées. »

Le fossé est aussi grand que cela entre le ciel et la terre, et l’Ecriture dit à l’homme qu’il ne peut pas mesurer la hauteur des cieux, ce que nous savons aujourd’hui scientifiquement aussi. Il y a donc un fossé infini entre les voies et les pensées de Dieu et les nôtres. Comment pouvons-nous le combler?

La réponse est que Dieu pourvoit à la solution dans les versets suivants, et je veux accentuer le fait que la solution vient de Dieu, et non de l’homme. L’homme n’a pas la solution en lui-même; c’est ce que Dieu continue à dire dans Esaïe 55:10-13:

« Comme la pluie et la neige descendent des cieux (remarquez que la solution descend du ciel, elle ne monte pas de la terre) et n’y retournent pas sans avoir arrosé, fécondé la terre et fait germer les plantes, sans avoir donné de la semence au semeur et du pain à celui qui mange, ainsi en est-il de ma parole qui sort de ma bouche: elle ne retourne pas à moi sans effet, sans avoir exécuté ma volonté et accompli avec succès ce pour quoi je l’ai envoyée. Oui, vous sortirez dans la joie et vous serez conduits dans la paix; les montagnes et les collines éclateront en acclamations devant vous, et tous les arbres de la campagne battront des mains. Au lieu des buissons s’élèvera le cyprès, au lieu de l’ortie croîtra le myrte; et ce sera pour l’Eternel une renommée, un signe perpétuel qui ne sera pas retranché. »

Laissez-moi vous faire remarquer ce qui est insinué dans cette belle image qui montre la façon dont Dieu fait descendre ses voies et ses pensées du ciel vers nous sur la terre. Comme je l’ai déjà dit, la solution a son origine en Dieu; elle descend et ne monte pas. Laissés à nous-mêmes, nous n’avons aucune solution.

De plus, c’est la parole de Dieu qui nous apporte ses voies et ses pensées. Comme la pluie et la neige descendent du ciel et provoquent sur la terre ces diverses choses dont Dieu parle, ainsi en est-il de sa Parole qui sort de sa bouche. La solution qui fait donc descendre jusqu’à nous les voies et les pensées de Dieu, c’est la parole de Dieu qui descend de Dieu.

Ensuite, en prenant l’image que Dieu donne de la pluie et de la neige, il nous faut voir que la parole de Dieu peut provenir des deux façons. Elle peut venir comme la pluie ou comme la neige. Cependant, la pluie trempe immédiatement la terre, l’arrose et commence à la rendre fructueuse. La neige fait des couches sur la surface dure de la terre et ne fait rien dans l’immédiat pour elle. En fait, la température doit changer. Le soleil doit entrer en action afin de la faire fondre et rendre le sol capable de la recevoir, et là nous savons que la neige fondue est encore plus bénéfique pour la terre que la pluie ordinaire. La parole de Dieu est pareille.

Quelquefois elle vient à nous comme de la pluie et nous pouvons la recevoir immédiatement. Elle va directement dans notre cœur. D’autres fois elle semble dure et difficile à recevoir. Le disciple a dit un jour à Jésus: « C’est une parole dure, qui peut le recevoir? » Eh bien! c’est cela, la neige! Et je veux vous donner un conseil. Quand la parole de Dieu vient dans notre vie comme de la neige, ne la rejetez pas, laissez-la simplement reposer dans votre cœur et attendez que le soleil de l’amour et de la grâce de Dieu se lève et la fasse fondre; alors seulement votre cœur pourra la recevoir.

Parfois elle vient comme de la pluie, parfois comme de la neige; mais toujours, si nous réagissons correctement, cela finira par produire les voies et les pensées de Dieu en nous.

Source: Derek Prince

Commenter cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s