Une génération perverse qui a choisi sa victime

Faites toutes choses sans murmures ni hésitations, afin que vous soyez irréprochables et purs,
des enfants de Dieu irrépréhensibles au milieu d’une génération perverse et corrompue, parmi laquelle vous brillez comme des flambeaux dans le monde. Philippiens 2.14-15

Introduction

La fin du temps de la grâce se caractérise par les éléments suivants :

Arrivée à maturité du blé et de l’ivraie

Laissez croître ensemble l’un et l’autre jusqu’à la moisson, et, à l’époque de la moisson, je dirai aux moissonneurs: Arrachez d’abord l’ivraie, et liez-la en gerbes pour la brûler, mais amassez le blé dans mon grenier. Matthieu 13.30

L’amour et la patience de Dieu sauvera jusqu’au dernier « juste »

Une robe blanche fut donnée à chacun d’eux; et il leur fut dit de se tenir en repos quelque temps encore, jusqu’à ce que fût complet le nombre de leurs compagnons de service et de leurs frères qui devaient être mis à mort comme eux. Apocalypse 6.11

Le temps semble interminable

Où est la promesse de son avènement? Car, depuis que les pères sont morts, tout demeure comme dès le commencement de la création. 2 Pierre 3.4

Le monde évolue par secousses plus ou moins violentes

Quand les hommes diront: Paix et sûreté! Alors une ruine soudaine les surprendra, comme les douleurs de l’enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n’échapperont point. 1 Thessaloniciens 5.3

Les événements qui précèdent la dernière semaine n’ont pas de chronologie précise, ils doivent « préparer » le monde au retour du Seigneur. Dans le déroulement prophétique, Dieu a marqué des temps. Le prophète Daniel nous a donné la prophétie dite des « 70 semaines ». La parole nous dit qu’à la fin des 70 semaines, 4 événements arrivent :

  • Le péché prend fin,
  • L’iniquité d’Israël est expiée,
  • La justice éternelle est établie,
  • Le Saint des Saints est oint.

A la fin de la 69ème semaine Yeshoua est mis à mort et s’ouvre alors un « temps de grâce » dont la durée n’est connue que de Dieu seul. Ce temps de grâce n’est pas comptabilisé dans ces
semaines, mais lorsqu’il se termine alors la 70ème semaine de la prophétie débute.

En résumé nous voyons une fenêtre d’environ 2000 ans entre la 69ème et la 70ème semaine. La dernière semaine sera très difficile pour l’humanité car Yeshoua, qui lisait dans le livre d’Esaïe, s’était arrêté au milieu d’une phrase comme pour retenir le temps, mais la suite du texte est terrible: Passage lu par Yeshoua :

Es 61/1-2 : L’esprit du Seigneur, l’Eternel, est sur moi, Car l’Eternel m’a oint pour porter de bonnes nouvelles aux malheureux; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, Pour proclamer aux captifs la liberté, Et aux prisonniers la délivrance; 2 Pour publier une année de grâce de l’Eternel,…….(temps de grâce ouvert !)
Suite du texte :
Es 61/2-3 : (temps de grâce terminé!) …….Et un jour de vengeance de notre Dieu; Pour consoler tous les affligés; 3 Pour accorder aux affligés de Sion, Pour leur donner un diadème au lieu de la cendre, Une huile de joie au lieu du deuil, Un vêtement de louange au lieu d’un esprit abattu, Afin qu’on les appelle des térébinthes de la justice, Une plantation de l’Eternel, pour servir à sa gloire.

Le « jour de vengeance » va durer une septaine d’années. Tous les textes sont concordants, voyons les textes :

Dan 9/27 : Il (l’antichrist) fera une solide alliance avec plusieurs pour une semaine, et durant la moitié de la semaine il fera cesser le sacrifice et l’offrande; le dévastateur commettra les choses les plus abominables, jusqu’à ce que la ruine et ce qui a été résolu fondent sur le dévastateur.
Dan 7/25 : Il prononcera des paroles contre le Très-Haut, il opprimera les saints du Très Haut, et il espérera changer les temps et la loi; et les saints seront livrés entre ses mains pendant un temps, des temps, et la moitié d’un temps.
Apoc 11/2 : Mais le parvis extérieur du temple, laisse-le en dehors, et ne le mesure pas; car il a été donné aux nations, et elles fouleront aux pieds la ville sainte pendant quarante- deux mois.
Apoc 11/3 : Je donnerai à mes deux témoins le pouvoir de prophétiser, revêtus de sacs, pendant mille deux cent soixante jours.

Les calculs montrent que toutes ces expressions se rapportent à la même chose et que les écritures sont cohérentes.

7 ans de 360 jours = 2520 jours
42 mois de 30 jours = 3,5 ans de 360 jours, soit une demi semaine d’années
1260 jours = 42 mois = une demi semaine d’années
Un temps, des temps et la moitié d’un temps = 1 + 2 + 0,5 = 3,5 ans

Cette semaine d’années de la grande tribulation sera sans doute suivie par la « semaine
d’Ezéchiel » décrite dans le texte suivant :

Alors les habitants des villes d’Israël sortiront, Ils brûleront et livreront aux flammes les armes, Les petits et les grands boucliers, Les arcs et les flèches, Les piques et les lances; Ils en feront du feu pendant sept ans. Ezéchiel 39.9

Qu’est-ce qu’une « solide alliance » ?

Le prophète Daniel parle d’une « solide alliance » entre Israël et « le peuple d’un chef ». Dans la
bible le mot « alliance » a une très forte signification. Au cours de l’histoire des hommes,
Dieu a fait plusieurs alliances avec les hommes et chaque fois c’est lui qui a défini les règles.

Avec Noé, Dieu a fait l’alliance de l’arc en ciel. Il a donné l’assurance que dorénavant les lois
naturelles qui assurent le rythme normal de la vie humaine ne seront pas changées.

Plus tard avec Abraham, une autre alliance ne comporte aucune révélation sur la nature de Dieu
ou les devoir religieux des hommes, mais elle établit des liens de loyauté. La circoncision en est
le signe. Elle est perpétuelle, c’est le début de l’humanité croyante.

L’alliance avec Moïse est inaugurée par les 10 paroles de Dieu au Sinaï, inscrites sur des tables
de pierre et déposées dans l’arche d’alliance. Le contrat fait d’Israël une nation à part. Cette
alliance a été transgressée à plusieurs reprises malgré les supplications des prophètes, ce qui a
conduit Dieu à prendre la décision de disperser Israël. Il n’empêche que cette alliance est un
véritable mariage entre Dieu et Israël son épouse, puisque de cette union est né un fils : Yeshoua.

Lorsque Yeshoua est venu en Israël, il a fait une « nouvelle alliance », en son sang, avec
l’humanité : alliance de grâce que la nation juive n’a pas reçue. La bible dit que les descendants
d’Israël sont tombés dans l’endurcissement par rapport à Yeshoua, jusqu’à ce qu’une autre
alliance intervienne entre eux et Yeshoua.

Car je ne veux pas, frères, que vous ignoriez ce mystère, afin que vous ne vous regardiez point comme sages, c’est qu’une partie d’Israël est tombée dans l’endurcissement, jusqu’à ce que la totalité des païens soit entrée. Et ainsi tout Israël sera sauvé, selon qu’il est écrit:
Le libérateur viendra de Sion, Et il détournera de Jacob les impiétés; Et ce sera mon alliance avec eux, Lorsque j’ôterai leurs péchés. Romains 11.25-27

Ainsi nous savons qu’il doit encore y avoir une alliance de scellée avec la peuple juif. Nous
savons également que ce peuple attend son messie et que de nombreux rabbins pensent que
le temps est très proche pour sa venue. Il est donc très tentant pour l’ennemi de Dieu de simuler cette alliance et tromper ainsi une nouvelle fois le peuple juif.

Pour cela il utilise une méthode bien connue qui consiste à plonger sa « victime » dans une
multitude de problèmes épuisants, stressants, douloureux etc.. Tout en faisant porter le poids et
la responsabilité de cet état sur la victime. La pauvre victime n’en peut plus, elle est écrasée,
sans cesse humiliée et accusée, mise au banc de la société. Mais comme l’agresseur ne travaille
jamais à découvert, il peut un jour apparaître comme le sauveur à qui l’on va faire confiance,
parce qu’il est séducteur.

Satan est un être pervers, tous les vices sont en lui, il n’a aucun amour, aucune droiture, aucun respect. C’est un être puissant et ignoble. Mais Yeshoua haMashiah est beaucoup plus puissant que lui et bientôt le monde va s’en rendre compte !

Un chef pervers, une perversion mondiale

Pourquoi parler d’un être pervers ? Parce que si nous analysons la méthode utilisée par le malin
pour isoler Israël et pour l’accuser de tous les maux, nous constatons que le meneur du monde
agit comme un pervers dont la victime est Israël.

Quelques définitions

Le dictionnaire Marabout nous donne comme synonymes du mot « pervers » : corrompu,
dépravé, vicieux.

  • Pervers : l’homme pervers est celui qui aime changer le bien en mal, qui se plaît à le propager et qui aime le voir faire à d’autres.
  • Corrompu : l’homme corrompu est celui qui a été gâté et même pourri dans ses habitudes et sa façon de vivre.
  • Dépravé : l’homme dépravé est celui qui trouve du plaisir dans la corruption et qui se fait un principe de s’opposer par le mal aux honnêtes gens.
  • Vicieux : l’homme vicieux est celui qui est enclin à la débauche et qui a une disposition naturelle au libertinage.
Que dit la bible concernant les pervers ?

Des gens pervers sont sortis du milieu de toi, et ont séduit les habitants de leur ville en disant: Allons, et servons d’autres dieux! Des dieux que tu ne connais point. Deutéronome 13.13

Combien moins l’être abominable et pervers, L’homme qui boit l’iniquité comme l’eau! Job 15.16

L’homme pervers, l’homme inique, Marche la fausseté dans la bouche. Proverbes 6.12

L’homme pervers prépare le malheur, Et il y a sur ses lèvres comme un feu ardent. Proverbes 16.27

L’homme pervers excite des querelles, Et le rapporteur divise les amis. Proverbes 16.28

Un témoin pervers se moque de la justice, Et la bouche des méchants dévore l’iniquité. Proverbes 19.28

En résumé : séducteur, inique, menteur, organisateur du malheur, faiseur de discorde, se
moquant de la justice, sadique.

Alors Dieu nous avertit qu’il hait ce personnage et la génération pervertie qu’il prépare pour le malheur.

La crainte de l’Eternel, c’est la haine du mal; L’arrogance et l’orgueil, la voie du mal, et la bouche perverse, voilà ce que je hais. Proverbes 8.13

Un être pervers n’est pas un être ordinaire, nous avons parfois du mal à imaginer son
fonctionnement tant que nous n’en n’avons pasrencontré un. Pour mieux comprendre, nous
proposons ci-dessous de décrire par quelques extraits du livre de Marie France Hirigoyen : « Le
harcèlement moral » ce qu’est un pervers narcissique.

Bien entendu, cet ouvrage parle de personnes humaines, mais la stratégie utilisée par ces personnes peut s’appliquer aux peuples et à leurs chefs. De toute manière, la perversion est
une caractéristique du malin.
Donc, l’antichrist sera un être pervers dont la victime choisie sera Israël. Cela commencera par
un temps de séduction comme font tous les pervers.

Quelques extraits du livre : « le harcèlement moral »

« Les pervers entrent en relation avec les autres pour les séduire. On les décrit souvent comme des personnes séduisantes et brillantes. ……. Autrui n’existe pas, il n’est pas vu, pas entendu, il est seulement «utile». Dans la logique perverse, il n’existe pas de notion de respect de  l’autre. » (p156)

« Les pervers ne s’intéressent pas aux émotions complexes des autres. Ils sont imperméables à l’autre et à sa différence, sauf s’ils ont le sentiment que cette différence  peut les déranger. C’est le déni total de l’identité de l’autre… » (p157)

« La force des pervers est leur insensibilité. Ils ne connaissent aucun scrupule d’ordre moral. Ils ne souffrent pas……L’efficacité de leurs attaques tient au fait que la victime ou l’observateur extérieur n’imaginent pas qu’on puisse être à ce point dépourvu de sollicitude ou de compassion devant la souffrance de l’autre. » (p157)

« Dans la stratégie perverse, il ne faut pas d’abord détruire l’autre, mais le soumettre petit à petit et le garder à disposition. Il importe de conserver le pouvoir et de contrôler. Les manœuvres sont d’abord anodines mais deviennent de plus en plus violentes si le partenaire résiste. Si celui-ci est trop docile, le jeu n’est pas excitant. II faut qu’il y ait suffisamment de résistance pour que le pervers ait envie de poursuivre la relation, mais pas trop pour qu’il ne se sente pas menacé. (p114)

« L’agression est perpétrée par le refus de nommer ce qui se passe, de discuter, de trouver ensemble des solutions. S’il s’agissait d’un conflit ouvert, la discussion serait possible et une solution pourrait être trouvée. …… Se soustraire au dialogue est une façon habile d’aggraver le conflit, tout en l’imputant à l’autre. Le droit d’être entendu est refusé à la victime. Sa version des faits n’intéresse pas le pervers, qui refuse de l’écouter. » (p118)

« Le refus de dialogue est une façon de dire, sans l’exprimer directement avec des mots, que l’autre ne vous intéresse pas ou même qu’il n’existe pas. Avec n’importe quel autre interlocuteur, si on ne comprend pas, on peut poser des questions. Avec les pervers, le discours est tortueux, sans
explication, et conduit à une aliénation mutuelle. On est toujours à la limite de l’interprétation.. » (p118)

« Lorsque la victime exprime ce qu’elle ressent, il faut la faire taire. C’est une phase de haine à l’état pur, extrêmement violente, faite de coups bas et d’injures, de paroles qui rabaissent, humilient, tournent en dérision tout ce qui appartient en propre à l’autre. Cette armure de sarcasme protège le pervers de ce qu’il craint le plus, la communication. Dans son souci d’obtenir un échange à tout prix, l’autre s’expose. Plus il s’expose, plus il est attaqué, et plus il souffre. …… Comme chez les paranoïaques, apparaissent alors chez lui des idées de préjudice ou de persécution, une anticipation sur les réactions de défense attendues amenant à des conduites délictueuses, et un fonctionnement procédurier. Tout ce qui ne va pas est la faute des autres qui sont unis dans un projet contre lui. » (p140-141)

« Par un phénomène de projection, la haine de l’agresseur est à la mesure de la haine qu’il imagine que sa victime lui porte. Il la voit comme un monstre destructeur, violent, néfaste. Dans la réalité, la victime, à ce stade, n’arrive à  éprouver ni haine ni colère, ce qui pourtant lui permettrait de se protéger. L’agresseur lui attribue une intentionnalité mauvaise et il anticipe en agressant le premier. La victime est de toute façon coupable, en permanence, de délit d’intention. Cette haine, projetée sur l’autre, est pour le  pervers narcissique un moyen de se protéger de troubles qui pourraient être plus grands, du registre de la psychose. » (141)

« Si la victime réagit et tombe dans le piège de la provocation en haussant le ton, c’est elle qui paraît agressive et l’agresseur se pose en victime. » (p143)

« Celui qui inflige la souffrance à l’autre considère qu’il la mérite et qu’il n’a pas le droit de se plaindre. Si la victime réagit et cesse par là même de se comporter en objet docile,  elle est considérée comme menaçante ou agressive. Celui qui était au départ initiateur de la violence se pose en  victime. La culpabilité interrompt la réaction défensive de la victime. Toute réaction d’émotion ou de souffrance entraîne, chez l’agresseur, une escalade de violence ou une manœuvre de diversion (indifférence, fausse surprise…) » (p144)

« Le pervers essaie de pousser sa victime à agir contre lui pour ensuite la dénoncer comme «mauvaise». Ce qui importe, c’est que la victime paraisse responsable de ce qui lui arrive. » (p145)

« Elle est prise dans une double entrave et, quoi qu’elle fasse, elle ne peut s’en sortir. Si elle réagit, elle est génératrice du conflit. Si elle ne réagit pas, elle laisse se répandre la destruction mortifère » (p146)

« Le pervers narcissique abuse de ses fonctions et du crédit qu’on lui attribue. Sa volonté est d’obtenir le pouvoir à n’importe quel prix. Il en fait un sport, un but en soi, une raison de vivre. C’est chez lui, une seconde nature, un mode de vie. Il vampirise ses victimes pour exister. L’Autre lui sert uniquement de marchepied ou de faire-valoir pour arriver à ses fins…. …Il divise pour mieux régner. Il érige des barrières autour de sa victime, l’isolant, faisant le vide autour d’elle. Le système est minutieusement mis en place. Gagnant du terrain pas à pas, le bourreau fera passer sa victime pour folle, si celle-ci se rebelle. Il l’a pousse d’ailleurs à réagir violemment, afin d’entériner ce dont il l’accuse : il est victime d’une provocatrice, d’une hystérique (selon un diagnostic imparable). Il se réfère à des tableaux cliniques bien connus, qu’il a pris soin de mettre en scène. Comme il ne laisse aucun témoin de ses attaques discrètes, de ses paroles subliminales ou contradictoires, aucun témoignage ne sera possible. Il se constitue d’ailleurs un réseau d’alliés qu’il persuade de sa bonne foi. C’est sa (bonne) parole contre la vôtre. Pour le « harcelé », la seule issue devant une telle solitude et une telle incompréhension de l’entourage, peut être la paranoïa ou la mort. »

Avec un tel traitement, on comprend mieux pourquoi toutes les nations vont se liguer contre Israël, parce que l’Antichrist aura placé sur les épaules de sa victime toute la responsabilité des malheurs de la terre. C’est un être ignoble !

Les trois grands protagonistes

A la fin du temps de la grâce, le monde sera divisé en 3 grands pôles. Pour le comprendre il faut lire
prophétiquement la genèse.
La famille d’Abraham était constituée du point de vue des hommes de la façon suivante :

  • Lot, son neveu qui l’avait suivi après le décès de son père.
  • Ismaël, fils aîné selon la chair. (On peut ajouter ses autres demi-frères, fils de Kétura)
  • Isaac, fils de la promesse.

Les choses se sont déroulées selon la chronologie  suivante :
La vallée de Sodome était un jardin magnifique, Abraham et Lot avaient de nombreux troupeaux et
ils ont dû se séparer par manque de place. Lot a choisi la belle vallée pour fini par habiter dans
Sodome. Lot est originaire de Chaldée, il est né en Babylonie, la région qui a inventé la tour de
Babel. Ces peuples voulaient se « faire un nom » et organiser le monde afin de se passer de Dieu.
Pendant ce temps Dieu fait la promesse à Abram de lui donner un héritier et une descendance aussi
nombreuse que le sable de mer. Mais le patriarche est âgé et la promesse tarde à se réaliser. Alors voulant forcer le destin, Abram va vers Agar qui lui enfante Ismaël.
Puis vient le temps du jugement de Sodome. A la prière d’Abraham, les anges vont aller sortir Lot de
Sodome. Lot est considéré par Dieu comme un juste qui se tourmentait tous les jours à cause de
l’iniquité dans Sodome. La population de Sodome considère pour sa part que Lot est un « étranger »
et qu’il n’a aucune leçon à donner dans la ville. Lot fut donc sorti de la ville qui fut détruite.
Enfin, le fils de la promesse naît. Il se nomme Isaac, la promesse s’accomplit, chacun peut le
voir.

A l’image de cette histoire des patriarches, nous aurons donc à la fin des temps, juste avant
l’ouverture de la dernière semaine, les ensembles suivants :

  • Les nations, qui représentent Sodome, avec quelques justes comme Lot en son sein : les chrétiens qui sont tourmentés par les péchés qui s’accumulent. Parmi les nations, il y a Edom (l’occident, Rome) le frère jumeau de Jacob qui n’en finit pas de vouloir reprendre le droit d’ainesse. Dans Edom il y a Amalek qui meurt d’envie de détruire Israël.
  • Les peuples arabes, issus d’Ismaël et de ses autres frères cités dans la genèse. Ces peuples  exigent tout l’héritage d’Abraham, ils veulent aussi retrouver le droit d’ainesse. L’esprit d’Amalek agit également dans l’Islam pour détruire Israël.
  • Le peuple d’Israël, issu d’Isaac qui représente la promesse et qui doit hériter du royaume, c’est ce peuple qui a hérité du droit d’ainesse.

Il faut maintenant comprendre que si la promesse a été faite à Abraham avant la destruction de
Sodome, elle ne s’est réalisée qu’après la disparition de la ville de péché et l’enlèvement de
Lot. C’est pourquoi les évènements se dérouleront selon le même schéma. Nous savons qu’Israël
(Isaac) doit hériter du royaume, mais tant que le péché des nations (Sodome) ne sera pas détruit,
les choses ne s’accompliront pas.

Par conséquent il y aura « un jour de vengeance » qui ressemblera à ce que Sodome a vécu. Mais
en attendant, Lot (le monde chrétien) est dans Sodome et Israël est menacé de toutes parts par
son demi frère Ismaël.

Il est donc normal que nous assistions à une sorte de « renaissance », planétaire cette fois, de
Sodome selon la prophétie :

Tes sœurs, Sodome et ses filles, reviendront à leur premier état, Samarie et ses filles reviendront à leur premier état; et toi (Jérusalem) et tes filles, vous reviendrez à votre premier état. Ezéchiel 16.55

Sodome réapparaît

La ville de Sodome n’était pas un lieu d’anarchie.
Ville très riche elle se targuait d’un modèle de civilisation. Par exemple le Talmud rapporte un
principe : « Ce qui est à moi est mien, ce qui est à toi est tien ». En quoi cela est-il répressible ? En
fait un sage juif, le Maharal (Prague, 1526-1609), dit que celui qui applique cette règle cherche avant
tout à défendre son propre droit de propriété, il apparaît comme un « honnête homme » alors que
sa vrai motivation est égoïste. Sodome est donc une société de pur égoïsme institué sous couvert
d’une civilisation.

Exemple 1 : On pouvait pratiquer l’aumône.

Cependant une loi disait que les pièces données devaient porter les initiales du donneur. Une deuxième loi disait que les commerçants ne pouvaient accepter des pièces avec des initiales. Ainsi,
les mendiants ne pouvaient pas s’en servir et ils mouraient de faim. Les « bienfaiteurs » pouvaient alors récupérer leurs pièces.

Exemple 2 : Un décret interdisait l’hospitalité envers les étrangers.

Mais des lits étaient cependant préparés pour les visiteurs. Si l’invité était grand on lui donnait un petit lit et s’il était petit on lui donnait un grand lit et on le réveillait la nuit pour lui étirer les jambes afin de « l’ajuster ».

Sodome avait des tribunaux qui cautionnaient l’égoïsme et l’encourageait. Une loi fut promulguée disant que tous ceux qui pratiquaient l’hospitalité étaient passibles de mort.

Voilà donc ce qui a attiré la colère de Dieu, des principes et des lois iniques qui font perdre le vrai sens des valeurs. Le bien ne pouvait pas se développer dans cette civilisation. C’était une société perverse dont le sort fut scellé. Dans quel état se trouve notre société ? Ne met-on pas en place
progressivement des lois iniques ?

Jacob se prépare

Ce paragraphe a été préparé à l’aide du livre écrit par le Rav ‘Erziel Tauber : « Des jours approchent » (Ed. Emounah).

Qu’est-ce que la Tora ?

Le peuple juif possède un trésor, la Tora qu’il a porté au monde. Tora signifie « enseignement »
ou « direction ». La Tora est d’abord constituée du Pentateuque qui est la « loi écrite » (Genèse, Exode, Lévitique, Nombres et Deutéronome).

Moïse nous a donné la loi, Héritage de l’assemblée de Jacob. Deutéronome 33.4

La tradition juive dit que « 613 commandements ont été communiqués à Moïse au mont Sinaï ».
Maintenant, il faut comprendre que dès que les juifs se sont trouvés en exil et sans lieu de culte,
ils ont dû réfléchir à la façon de vivre la Tora dans un nouveau contexte. C’est donc de la déportation à Babylone que datent les synagogues (Beth hakenéseth : maison d’assemblée).

Il fallait également des hommes capables d’enseigner, c’étaient les « sopherim » (scribe, c’est à dire : homme de lettre).

Parmi eux, il y avait Esdras qui était docteur de la loi.

Car Esdras avait appliqué son cœur à étudier et à mettre en pratique la loi de l’Eternel, et à enseigner au milieu d’Israël les lois et les ordonnances. Esdras 7.10

Le verbe hébreu « darach » qui est traduit par « étudier », signifie « scruter, chercher, déduire,
interpréter ». Ce procédé d’interprétation porte le nom de « Midrach ».

Esdras a fondé un « corps de docteurs » qu’on appelait « la grande synagogue » qui devait expliquer au peuple comment appliquer la Tora dans la vie courante.
Ce groupe de « docteurs de la loi » a évolué pour devenir plus tard le Sanhédrin.
A l’époque de Yeshoua, il y avait quatre partis dont deux grands, les Sadducéens et les Pharisiens. Lorsque le temple fut détruit, les sadducéens disparurent rapidement et les pharisiens se sont implantés en Galilée. Les écoles des pharisiens sont donc à l’origine des documents écrits qui reprennent la tradition orale.

Cet ensemble de document porte le nom de Talmud.

Le « Talmud » signifie « Etude » et comprend deux parties : la « Michna » et la « Gemara », auquel il faut ajouter un complément appelé « Midrachim ». « Michna » vient de la racine « chana » qui signifie « répéter ». Cela veut dire que c’est la compilation de l’enseignement oral que l’on apprenait en le répétant. « Gemara » signifie « complément » parce qu’il complète la Michna.

Il y a deux Talmud, l’un fut créé en Palestine et l’autre en Babylonie où il y avait encore de
nombreux juifs après la dispersion de l’an 70. Les deux Talmud ont été terminés au 4ème siècle de
notre ère. Ils ont donc plus de 1500 ans.
(La première édition complète des deux Talmuds fut publiée à Venise par David Bomberg : le Talmud Palestinien en 1520-1523 et le Talmud Babylonien en 1523-1524).

Comment ce peuple a-t-il pu résister ?

Comment ce reste a-t-il pu tenir ? Par la grâce de Dieu qui l’a promis et par la Tora. Ce peuple a fait
face à une persécution permanente et a survécu en tant qu’entité juive. En fait, il y a toujours eu
des juifs érudits qui ont transmis la connaissance des écritures.

Par exemple pour qu’une « mezouza » soit « cachère » il faut respecter près de 500 règles
orales. La loi écrite dit simplement de la fixer sur sa porte. La calligraphie de chaque lettre hébreu
doit obéir à des douzaines de lois, sinon la mézouza est invalidée. Ainsi, une mézouza écrite
au Yémen sera exactement la même que celle qui est faite en Europe. Il y a 5000 lois détaillées
relatives aux mezouzoth.

Concernant les tefilines, le scribe doit connaître près de 30000 règles orales pour en faire une
paire correcte. Les tefilines découverts à Massada sont exactement les mêmes que celles
d’aujourd’hui. Tout cela est prodigieux et donne un des moyens par lesquels ce peuple a survécu en
tant que peuple juif. La tradition orale et écrite s’est transmise intacte.
Pourtant ce peuple est très divisé, le premier président de l’Israël moderne, Hayim Weizman
disait au président américain Harry Truman :

« Je crains que mon travail soit plus ardu que le vôtre, vous êtes le président de 200 millions de citoyens, alors que moi, je suis le président d’un millions de présidents ».

Retour à la Tora

Quand on se perd dans un métro, il faut consulter un plan. Que cherche-t-on en premier : l’endroit où l’on est ! Ensuite seulement on peut savoir comment progresser dans sa route. Ainsi, tout juif
a le devoir de se plonger dans la Tora pour connaître, après la Shoa et la création d’un état
israélien laïc, où il en est !

Les circonstances qui ont entouré l’holocauste ne sont pas naturelles. Un petit peintre colleur
d’affiches a été hissé à un pouvoir quasi absolu.
Cela s’est produit dans un monde très cultivé et dans le silence quasi unanime de toutes les
nations.
Pourquoi Dieu a-t-il permis une chose pareille ? millions de morts dans la Shoa !

Et bien supposons qu’un primitif vienne dans un pays civilisé et qu’il voit une entreprise en train de
détruire un immeuble de 15 étages. Il aurait de quoi être choqué, surtout si l’immeuble est encore
en bon état. Il ne peut pas imaginer qu’au même endroit il va être reconstruit un immeuble de 50
étages, beaucoup plus beau. Peut-être aurait-il pensé qu’on aurait pu ajouter 35 étages audessus
de l’ancien immeuble ! Non, ce n’est pas possible, il faut de nouvelles fondations et de nouveaux matériaux.

Ainsi, Dieu a détruit le coeur du monde juif d’Europe. S’il a détruit la structure, c’est pour
reconstruire une superstructure. Celle qui accueillera le messie. Dieu seul connaît les plans
concernant son peuple, c’est pourquoi au moment où il détruit nous ne comprenons rien, notre vision est trop courte. Le but de Dieu est de conduire son peuple au jour du repos, celui qu’on appelle « Yom Chékoulo Chabath », le jour qui sera entièrement chabath.

Le juif doit donc reprendre le chemin de la Tora car il est appelé à devenir partenaire de Dieu. Il
comprendra alors que toutes ses souffrances n’auront pas été vaines. Tout se produit en fonction du plan de Dieu.

Dieu cache sa face et nous donne la liberté de le chercher et de le trouver. Chacun peut rester sur
ses positions, athée ou croyant. Les juifs cherchent Dieu à travers la Tora, certains le font,
d’autres sont laïcs et préfèrent une vie comme celle des autres peuples laïcs. La seule chose
commune aux juifs, c’est le rite de la circoncision et cela est inexplicable.

L’état d’Israël n’a pas été créé sur un idéal religieux mais laïc. Ainsi l’étude de la Tora ne se
transmet plus de père en fils, et l’idéal juif s’effrite.  Plus d’un million de juifs ont déjà quitté le pays.
Le Rav Ezriel Tauber dit que la société israélienne actuelle est comme une pomme de terre
synthétique, qui ressemble à une pomme de terre normale, odeur, goût, texture etc… Mais quand on la met en terre, elle ne fait pas de plant. Elle est incapable de se reproduire. Ainsi, ce qui a tenu le
peuple juif en vie c’est le lien de la Tora. Et si les juifs ne se mettent pas l’étude de la Tora ils perdront leur identité. C’est d’ailleurs ce que souhaitent les nations.

Cependant, un phénomène extraordinaire a débuté en URSS, un mouvement de « techouva »
est né. Des hommes se regroupaient, ils se fixaient des rendez-vous en secret dans des
domiciles privés pour étudier ensemble, en autodidactes. Un « ba’al techouva » est un juif qui
renouvelle ou approfondit sa relation avec le judaïsme. Le retour à la Tora était prévu dans la
Midrach, écrite il y a 1500 ans, dans un passage du Tana deBei Eliyahou :

« Le peuple juif retournera dans sa terre, prédit la Tora. Comment peut-on le savoir ? Demande Eliyahou. Sache, qu’ils voudront revenir, répond Eliyahou. Israël ne sera pas édimé par le biais de la souffrance, des persécutions, de la maladie ou par suite d’une crise économique. Il accédera à
la délivrance grâce à des groupes de dix juifs qui, ensemble, s’assiéront pour étudier la Tora et apprendre les uns des autres »

Les juifs sont allés « au bout des nations », ils rentrent « à la maison »

L’Eternel vous dispersera parmi les peuples, et vous serez réduits à un misérable reste au milieu des nations où l’Éternel vous conduira. Là, vous serez soumis à ces dieux, œuvre des mains de l’homme, dieux de bois et de pierre, qui ne voient ni n’entendent, qui ne mangent ni rie respirent. C’est alors que tu auras recours à l’Éternel, ton Dieu, et tu le retrouveras, si tu le cherches de tout ton coeur  et de toute ton âme. Dans ta détresse, quand tu auras essuyé tous ces malheurs, après de longs jours tu reviendras à l’Éternel, ton Dieu, et tu écouteras sa voix. Deutéronome 4.27-30

Dieu a « repoussé » Israël au sein des nations pour qu’il goutte jusqu’au bout l’idolâtrie et le
désert spirituel des nations.

« Il ne se trouve pas une idéologie ou idolâtrie à la une sans juif. Sectes, mouvements culturels et anti culturels, mouvements politiques et apolitiques…quelle que soit leur appellation, vous trouverez des nôtres » (Rav ‘Ezriel  Tauber).

Pour donner un exemple précis, lors de la révolution bolchévique sous Lénine, il y avait :

  • 41 juifs sur 62 membres du comité central
  • 23 juifs sur 36 membres de la commission extraordinaire de Moscou
  • 17 juifs sur 22 membres du gouvernement bolchévique
  • 457 juifs sur 556 hauts fonctionnaires.

Ainsi, arrivés au bout du compte, les juifs retourneront de tout leur coeur à Dieu, ayant pu
expérimenter le néant de toutes leurs expériences. L’histoire de Madame Schwarz est
assez typique pour être racontée :

Cette dame avait assisté à un séminaire d’une semaine sponsorisée par une religion orientale. Elle tricotait au fond de la salle. A la fin on annonça qu’un congrès d’un mois était proposé aux personnes qui désiraient s’approfondir. 3 ou 4 personnes se sont inscrites dont Madame Schwarz. Comme elle avait payé les 3000 dollars demandés, elle fut inscrite. A la fin du congrès on proposa un pèlerinage exceptionnel auprès du saint gourou au Tibet pour un montant de 15000 dollars. Là encore, Madame Schwarz fut inscrite. Arrivé là-bas, il fallait se mettre dans la file plusieurs jours pour obtenir un entretien. Mais elle su qu’il y avait une autre file pour les personnes qui n’avaient que 5 mots à dire au gourou. « Très bien dit-elle simplement, je n’ai justement que cinq mots à formuler ». Quand elle s’approcha du gourou, elle le regarda droit dans les yeux et lui dit : « David,
rentre à la maison ». Le gourou était son fils ! Et David finit par rentrer à la maison….

Les juifs en grand danger

Rabbi Moché Cordovéro (16ème siècle, le Ramaq), alors que les juifs étaient expulsés d’Espagne et
que personne ne songeait à un état juif, dans un commentaire sur le Zohar dit ceci :

« Un jour tous les pays tiendrons conseil et se mettrons à parler de paix internationale. Ce discours pacifiste ne visera qu’un objectif : la destruction d’Israël. Leur justification sera le fait qu’ils (les juifs) auront établi leur propre gouvernement; Ils seront alors en grand danger mais ils ne seront pas détruits. En réalité, c’est de cette situation même que germera leur salut »

Le « grand danger » viendra du fait qu’ils n’auront plus d’amis, ni de lieu pour se réfugier. C’est quand leur sort sera désespéré qu’ils seront prêts à se tourner vers Dieu et vers leur Messie.

Les propagandes perverses

Le « Protocole des sages de Sion »

L’édit d’Assuérus était un arrêté de mort pour les juifs et cela au temps de la reine Esther. Le
peuple juif n’avait plus aucune solution pour se sauver, car l’édit était publié partout dans le
royaume et une terrible attente d’un an était devant eux.
Pour nous qui sommes arrivés à la fin des temps, le même phénomène se reproduit et nous
voulons, dans ce qui suit, alerter les chrétiens sur la gravité de ce qui se trame contre les juifs,
contre Israël, mais aussi contre les chrétiens authentiques. L’édit moderne porte le nom de
« Protocole des sages de Sion ».

Origine du protocole

Le « Protocole des sages de Sion » est né dans un pays antisémite, la Russie de la fin du 19ème
siècle. A l’époque, la police secrète du Tsar était basée à Paris et l’état Russe devait trouver des coupables au mouvement révolutionnaire qui se développait.
Dans ce contexte, un agent de la police du Tsar établi en France, Matthieu GOLOVINSKI va écrire
un document qui sera publier le plus largement possible et qui s’inspire directement d’un ouvrage
d’un certain Maurice JOLY paru à Bruxelles en 1864 et intitulé : « Le dialogue aux enfers entre
Machiavel et Montesquieu ». Le protocole reprend d’ailleurs à peu près pour moitié des extraits
complets de ce livre qui voulait démontrer que Napoléon III et sa cour complotaient pour
s’emparer du pouvoir absolu en France. Sauf que le faussaire a remplacé « Napoléon III » par « les
juifs » et « la France » par « le monde ».

Le document est donc publié en russe le 26 août 1902, puis il sera traduit dans de nombreuses
langues et diffusé à travers le monde. Les historiens russes admettent que la première version aurait été écrite en français.
Il faudra attendre 1992 pour accéder aux archives de l’union soviétique et découvrir la vérité sur
l’auteur de l’ouvrage et le mensonge grossier qui s’y cache.
Le « Protocole des sages de Sion » est donc officiellement un faux, preuves à l’appui, mais son
origine est diabolique et, non seulement il a déjà fait d’immenses dégâts, mais il continue à être
publié et à préparer la mort des juifs et de l’état d’Israël.

« Médisez, médisez, il en restera toujours quelque chose. »(Voltaire)

La publication en France est interdite par un arrêté du ministère de l’intérieur en date du 25 mai 1990:

« Considérant que l’ouvrage intitulé Protocoles des Sages de Sion est d’origine étrangère dès lors qu’il est traduit d’une langue étrangère ; Considérant que la mise en circulation en France de
cet ouvrage est de nature à causer des dangers pour l’ordre public en raison de son caractère antisémite ; Considérant l’impossibilité d’appliquer les dispositions de l’article 8 du décret no 83-1025 du 28 novembre 1983, La circulation, la distribution et la mise en vente de l’ouvrage intitulé Protocoles des Sages de Sion sont interdites sur l’ensemble du territoire. »

Ceci étant dit, il est désolant et honteux de voir la publication intégrale des protocoles sur wikisource !!!

L’essentiel du contenu

On a voulu faire croire que « le Protocole des sages de Sion » a été rédigé lors du congrès
sioniste juif mondial à Bâle en Suisse en 1897. Le document ne seraient rien d’autre qu’un plan
diabolique élaboré par les Juifs afin de détruire les civilisations existantes et prendre ainsi les rennes
du pouvoir mondial. En appliquant ce plan, les Juifs auraient dû devenir les maîtres du monde.
Il est étonnant qu’on ait réussi à faire croire que les auteurs de ce documents sont juifs, d’autant
qu’on a jamais retrouvé l’original et qu’il comporte une ou deux citations tirées des évangiles
(étonnant pour des juifs). Bref, ce document explique comment les juifs veulent prendre le
contrôle de la planète. Le document comporte 24 protocoles dont voici un bref résumé de quelques uns :

  • Premier Protocole

Emploi de la violence et de l’intimidation, destruction des Etats, instauration d’une autocratie juive, encouragement de l’alcoolisme et de la corruption, destruction des régimes dynastiques,…

  • Deuxième Protocole

Acquisition de l’influence par la presse, nécessité des guerres économiques, accumulation de l’or aux mains des juifs,…

  • Troisième protocole

Opposition entre-eux des partis politiques, interdiction de l’aristocratie, protection des communistes, création d’une  crise économique mondiale, protection totale des juifs, éducation faussée des peuples,…

  • Quatrième protocole

Destruction de la foi en Dieu, encouragement de la spéculation pour ruiner les non-juifs,…

  • Cinquième protocole

Instauration d’un gouvernement juif despotique, désunion des peuples chrétiens, monopole des affaires entre les mains des Juifs, manipulation de l’opinion publique,…

  • Sixième protocole

Ruine de l’aristocratie par les impôts, encouragement du luxe,…

  • Dixième protocole

Disparition de la famille, règne mondial d’un souverain juif,…

  • Douzième protocole

Contrôle de la presse et des autres publications, instauration de la censure,…

  • Quinzième protocole

Organisation de coups d’Etat juifs dans tous les pays, faire main-basse sur les services de police, organisation de massacres des non-juifs,…

  • Seizième protocole

Main mise sur l’enseignement, abolition de la liberté d’enseignement, disparition de la liberté de pensée,…

  • Dix-septième protocole

destruction du Vatican et de l’Eglise catholique, instauration d’un Eglise juive universelle…
(Extrait d’un document de Leurquin sur le site : Skynet)

Hitler et Mein Kampft

En 1925, dans Mein Kampft, Hitler parle du protocole pour démontrer que le projet de
domination juif est juste, il écrit notamment ceci :

« Les « Protocoles des sages de Sion », que les Juifs renient officiellement avec une telle violence, ont montré d’une façon incomparable combien toute l’existence de ce peuple repose sur un mensonge permanent. « Ce sont des faux », répète en gémissant la Gazette de Francfort et elle cherche à en persuader l’univers ; c’est là la meilleure preuve qu’ils sont authentiques. Ils exposent clairement et en connaissance de cause ce que beaucoup de Juifs peuvent exécuter inconsciemment. C’est là l’important. Il est indifférent de savoir quel cerveau juif a conçu ces révélations ; ce qui est décisif, c’est qu’elles mettent au jour, avec une précision qui fait frissonner, le caractère et l’activité du peuple juif et, avec toutes leurs ramifications, les buts derniers auxquels il tend. Le meilleur moyen de juger ces révélations est de les confronter avec les faits. Si l’on passe en revue les faits historiques des cent dernières années à la lumière de ce livre, on comprend immédiatement pourquoi la presse juive pousse de tels cris. Car, le jour où il sera devenu le livre de chevet d’un peuple, le péril juif pourra être  considéré comme conjuré. » (Mein Kampf, chapitre, Le peuple et la race.)

On connaît le résultat de cette pensée diabolique qui accuse les juifs de tous les maux et vise à leur
extermination.

La pensée moderne antijuive

Malgré la découverte des camps d’extermination et malgré la connaissance prouvée que le
protocole est un faux, les antijuifs de tous poils continuent à crier que le document est vrai et à le publier partout ou ils peuvent.

« Malgré ces évidences, les Protocoles des Sages de Sion continuent à se répandre encore de nos jours. Plus vraiment dans les milieux d’extrême-droite européenne car les Juifs ne sont plus leur cible privilégiée mais bien dans les milieux islamiques intégristes. Leur but est de faire monter dans la population des pays arabes un violent sentiment anti-israélien. Le Protocole a été édité des centaines de fois en langue arabe. Il circule librement sur les sites islamiques. Il y a quelques années, de jeunes musulmans mal informés et manipulés distribuaient des extraits des Protocoles aux environs de la gare du midi à Bruxelles… Ceux qui continuent à croire (ou à faire semblant de croire) à l’authenticité de ce document affirment que certains projets du protocole se sont bel et bien réalisés. Il s’agit-là de ce que l’on pourrait appeler le syndrome de Nostradamus. On relie des morceaux d’un texte ancien à des événements après que ceux-ci se soient déroulés. Il est possible dès lors de relier n’importe quel passage à n’importe quel événement…  A l’heure où l’antisémitisme haineux et virulent refait une spectaculaire apparition en France et en Belgique sans que cela ne suscite de réactions dans la classe dirigeante (pourquoi?), il était plus que nécessaire de remettre les pendules à l’heure. On n’insistera jamais assez sur l’importance de l’information et de l’éducation dans la lutte contre la haine et l’intolérance. Pourquoi dès lors, un texte aussi grossier et scandaleux que le Protocole des Sages de Sion n’est-il pas dénoncé par la presse subsidiée (en Belgique du moins) et pourquoi donc les professeurs d’histoire n’osent-ils pas aborder le sujet lors de leurs cours? Oui, pourquoi? » (Skynet)

Il est remarquable de voir à quel point l’Islam s’est emparé du document pour sa propagande
antijuive.

Pierre-André TAGUIEFF, chercheur du CNRS, s’oppose à la banalisation de ce phénomène. Un
article de « Valeurs actuelles », mis en ligne sur upjf.org le 7/11/2008, explique qu’on n’a le droit de
critiquer Israël, comme tout autre état, mais là :

« Il ne s’agit pas d’un examen critique visant telle ou telle politique, mais d’une condamnation à mort lancée contre l’État juif. ».

Il dénonce l’Islamisme, dont l’idéologue : Sayyid Qutb est celui :

« qui a placé le jihad au coeur de l’islam en même temps qu’il désignait l’Amérique et les juifs comme les ennemis à combattre ».

Et il ajoute que : « L’antijuif de notre temps ne s’affirme plus raciste », il dénonce au contraire le racisme comme il condamne l’islamophobie et, en stigmatisant les sionistes en tant que racistes, il s’affirme antiraciste et pro-palestinien. Les antijuifs ont retrouvé le chemin de la bonne conscience.

Depuis un siècle, ce mythe « offre une réponse indéfiniment réadaptable à la question de l’origine du mal ».

Ainsi, la persistance de la judéophobie est liée à son « utilité » sociale. Comme tout mythe, elle
fournit repères et horizons de sens. Taguieff montre que, de l’Antiquité à nos jours, le juif
représente la cause diabolique de tous les malheurs. Car les mythes judéophobes se
ramènent en réalité à quelques grands thèmes d’accusation constamment réinventés: le juif
xénophobe, criminel, usurier, comploteur…

La propagande Islamique

La constitution secrète d’Israël

Sur le site : http://www.lamed.fr/actualite/israel/1384.asp, on peut lire ceci :

« Il faut cependant noter, que si avant la guerre des 6 jours, les éditions arabes étaient fortement influencées par les fascicules européens, ce sont aujourd’hui les pays arabes qui inondent l’occident avec différentes versions : d’ailleurs dans certains pays arabes, les  » Protocoles  » font partie des classiques que chacun doit connaître et de larges extraits  figurent dans les manuels scolaires officiels, ce qui, bien-sûr, amène certains groupuscules à déclarer:  » Leur plan expansionniste a été consigné dans les Protocoles des Sages de Sion et leur conduite actuelle est la  meilleure preuve de la véracité de ce qui y est dit.(Raphaël Israeli : the Charter of Allah) et de ce fait, les  » Protocoles » sont présentés au public comme la Constitution secrète d’Israël !  Les Juifs, comme autrefois, sont redevenus des boucémissaires et les  » Protocoles des sages de Sion  » sont sensés expliquer les problèmes du monde arabe ! »

La charte du Hamas

Voici des extraits de la chartes du Hamas datant de 1988 :

  • ARTICLE VINGT-DEUX :

Avec leur argent, ils ont mis la main sur les médias du monde entier : presse, maisons d’édition, stations de radio etc… Avec leur argent, ils ont soulevé des révolutions dans plusieurs parties du monde afin de servir leurs intérêts et réaliser leur objectif. Ils sont derrière la Révolution
Française, la Révolution Communiste et toutes les révolutions dont nous avons entendu parler. Avec leur argent, ils ont mis sur pied des sociétés secrètes comme les francs-maçons, les clubs Rotary, les Lions et autres dans différentes parties du monde, afin de saboter les sociétés et servir les intérêts sionistes. Avec leur argent, ils sont parvenus à contrôler les pays impérialistes et à les pousser
à coloniser nombreux pays pour exploiter leurs ressources et y propager la corruption.
Ils ont été derrière la Première guerre mondiale quand ils ont aboli le Califat islamique, réalisant des gains  financiers et contrôlant les ressources. Ils ont obtenu la Déclaration de Balfour, créé la Ligue des Nations pour diriger le monde. Ils ont été derrière la Seconde Guerre Mondiale, à travers laquelle ils ont réalisé des gains financiers énormes en faisant le commerce des armes, et
ont ouvert la voie à la création de leur État. Ils ont été les instigateurs de l’abolition de la Ligue des Nations pour la remplacer par les Nations Unies et le Conseil de Sécurité afin de gouverner le monde à travers ces deux Organisations. Il n’existe aucune guerre dans n’importe quelle partie du monde dont ils ne soient les instigateurs.

  • ARTICLE VINGT-HUIT :

L’invasion sioniste est vicieuse. Elle ne recule devant aucun moyen et méthode, utilisant tous les moyens vicieux et méprisables pour réaliser son objectif. Elle s’appuie sur les organisations qu’elle a créées, à savoir les francs-maçons, les clubs Lions, le Rotary, pour les opérations d’infiltration et d’espionnage. Toutes ces organisations, secrètes ou non, oeuvrent dans l’intérêt du sionisme et agissent selon ses instructions. Leur objectif est de saper notre société, de détruire les valeurs, de corrompre les consciences, et d’annihiler l’islam. Ces sociétés secrètes ou non sont derrière la vente de drogue et l’alcoolisme, afin de faciliter leur expansion.

  • ARTICLE TRENTE-DEUX :

Le sionisme mondial et les puissances impérialistes tentent, à travers des plans bien établis et une stratégie intelligente, d’éliminer un État arabe après l’autre du cercle de la lutte contre le sionisme pour qu’en fin de compte, il ne reste plus que les Palestiniens à combattre. L’Égypte a été éliminée à travers les accords traîtres de Camp David. Ils essayent d’attirer d’autres pays arabes de la même manière. Le Mouvement de la Résistance Islamique appelle les nations arabes et islamiques à adopter une politique sérieuse et à persévérer dans leur action afin d’empêcher l’application du plan horrible de les éloigner du cercle de la lutte contre le sionisme. Aujourd’hui c’est la Palestine,
demain cela pourrait être un autre pays arabe. Le plan sioniste n’a pas de limites. Après la Palestine, les sionistes veulent accaparer la terre, du Nil à l’Euphrate. Quand ils auront digéré la région conquise, ils aspireront à d’autres conquêtes. Leur plan est contenu dans “Le Protocole des
Sages de Sion”. Leur conduite actuelle est la preuve de ce que nous avançons. (Amitiés Quebec-Israël)

L’expansion des publications

La création de l’état d’Israël en 1948 amène de nombreux gouvernements arabes à faire une
large utilisation des protocoles dans leur propagande contre Israël. De ces pays, où ils ont
connu 9 traductions différentes, ils sont allés grossir les rayons de librairies arabes en occident
et dans les pays musulmans non arabes (Pakistan, Iran, Malaisie, Indonésie).

  • En Syrie

Le protocole a connu de nombreuses éditions en Syrie, la dernière datant de 2005. Publiées avec l’assentiment du ministère de l’information, les éditions syriennes sont parfois précédées « d’introductions contextuelles » qui reprennent les accusations de crimes rituels et établissent un lien entre les protocoles et le talmud. Les protocoles y ont également fait l’objet d’une adaptation télévisée.

  • En Iran

La première édition iranienne des protocoles date de l’été 1978, peu avant la révolution islamiste. Ils seront largement utilisés à partir des années 80. Publiés dans le cadre de l’ambassade iranienne à Londres et par le département des relations internationales à Téhéran. En 1994, il est repris
dans le quotidien Jomhouri El-Aslami, sous le titre: l’odeur du sang, les plans sionistes. En 1998, le mensuel islamiste radical Sobh publie des extraits des protocoles sous le titre: les protocoles des sages de Sion pour l’établissement d’un pouvoir juif global. L’illustration en est un serpent juif avalant le globe.
En avril 2004, la chaîne de télévision Al-Alam diffuse une série sur les conspirations juives concernant la négation de la Shoah et les protocoles des sages de Sion. Mais en Iran, il y a également des intellectuels qui clament que les protocoles sont un faux. Ainsi Abdollah Shahbazi.

  • En Arabie Saoudite

Les protocoles sont cités dans des manuels scolaires: « Les protocoles des sages de Sion sont des résolutions secrètes, établies probablement après le congrès de Bale. Les Juifs ont tenté de les nier mais leur identité est largement prouvée… »

  • Au Liban

Déjà en mars 1970, les protocoles sont considérés comme étant un des dix Best-sellers du Liban. En novembre 2003, le Hezbollah diffusait une série basée sur les protocoles sur la chaîne Al Manar.

  • Territoires palestiniens

L’article 32 de la charte du Hamas affirme que: « Le plan sioniste est sans limite. Après la Palestine, les sionistes aspirent à s’étendre du Nil à l’Euphrate. Quand ils auront digéré la région qu’ils ont conquis, ils aspireront à plus d’expansion, et ainsi de suite. Le plan est détaillé dans « les protocoles des sages de Sion », et leur application présente est la meilleure preuve de ce qu’ils disent ».
Les organes de l’autorité palestinienne sous le contrôle du Fatah ne sont pas non plus en reste de références aux protocoles. Le 25 janvier 2001, le quotidien officiel de l’autorité palestinienne Al Hayat Al-Jadida cite les protocoles dans sa page consacrée à l’éducation à la politique. Voici
comment la politique israélienne y est expliquée: « La désinformation est une des bases de la morale et de la manipulation psychologique des israéliens… Les protocoles des sages de Sion n’ont pas ignoré l’importance d’utiliser la propagande pour promouvoir les objectifs sionistes.
Le 20 février 2005, le grand mufti de Jérusalem Sheikh Ekrima Sa’id Sabri commente l’assassinat du premier ministre libanais Rafik Hariri:
« Quiconque étudie les protocoles des sages de Sion et spécifiquement le talmud, découvrira que l’un des objectifs de ces protocoles est d’amener la confusion dans le monde et d’ébranler la sécurité à travers le monde ».
Le 19 mai 2005, le New York Times rapporte que le ministre de l’information Nabil Shaat a retiré la traduction arabe des protocoles du site internet de son ministère.

  • En Russie

Un article publié le 15/08/2002 dans l’express intitulé « Le trouble jeu de l’Eglise orthodoxe » dit ceci:
« En avril dernier, Mgr Mazur, évêque des 50 000 catholiques du diocèse de Sibérie, a été expulsé sans explication. Comme, avant lui, le père Stefano Caprio.
Depuis des mois, le patriarcat de Moscou mène campagne contre l’Eglise romaine, forte de 800 000 croyants avant 1917, mais accusée aujourd’hui de «prosélytisme» à l’égal d’une secte. Au regard de la Constitution, l’orthodoxie n’a pas le statut de religion d’Etat. Mais sa haute hiérarchie regarde la Russie comme son «territoire canonique» avec la complicité tacite du pouvoir. Vladimir Poutine laisse graver son nom sur les cloches, comme jadis les tsars. Nombre de nationalistes amalgament russe et orthodoxe, à l’instar des fondamentalistes de l’Eglise, qui partagent leur idéologie.
Voire leur antisémitisme. Publié par le Centre de littérature orthodoxe de Saint-Pétersbourg, un ouvrage du début du XXe siècle comportant en annexe le Protocole des sages de Sion, faux notoire fabriqué par la police tsariste, était distribué, il y a peu, dans des églises. » (L’Express)

Les images

Le protocole des sages de Sion est souvent accompagné d’images et les symboles sont :
l’araignée, le serpent et la pieuvre. Voici quelques illustrations qui se passent de commentaires :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le code d’Omar

Nous ajoutons maintenant quelques extraits du code d’Omar (634 – 644) qui s’est attaché à codifier
les règles du traitement des dhimmis.
Qu’est-ce qu’un « dhimmi » ? C’est un juif ou un chrétien en terre Islamique, toléré par l’Islam, mais
qui doit se soumettre à certaines règles dont celles-ci :

« Il est interdit de construire de nouvelles synagogues, d’employer des Musulmans, d’empêcher la conversion d’un Juif à l’islam ; d’adopter toute appellation ou nom musulman ; de porter des armes ; de monter à cheval ou à mulet, seul l’âne sans selle était permis) ; De construire des habitations et des sépultures plus hautes que celles des Musulmans ; d’exercer toutes fonctions d’intérêt public ; d’occuper toutes positions mettant des Juifs en état d’autorité sur des Musulmans ; de transférer toute propriété de Juifs décédés autrement qu’en conformité avec le droit islamique. Il est obligatoire de se tenir debout devant un Musulman ;d’héberger et de nourrir des voyageurs musulmans au moins pendant trois jours ; de porter des vêtements. Des chaussures et des coiffures distinguant les Juifs des Musulmans, couleur jaune imposée aux Juifs (comme chez les Chrétiens) ; de porter un signe spécial pour entrer au bain public. »

Ces règles pourraient être adaptées à notre époque.

Quelques réflexions, conclusion

L’histoire des juifs racontées dans le livre d’Esther nous montre que la haine des juifs a toujours été puissante. Il sont le peuple de Dieu et Satan veut à tout prix faire disparaître ce peuple.

A présent de retour dans sa terre, Israël est menacé par son propre demi frère Ismaël. Mais nous constatons un phénomène curieux : c’est de la Russie qu’est parti « l’édit de mort », il a été repris par un homme du nom d’Hitler, un être qui ressemble à Haman, mais qui n’a pas réussi son projet et qui est mort comme Haman. Puis de là l’édit de mort s’est répandu dans l’Islam et il prospère actuellement dans l’Islamisme radical.

Mais en même temps, il n’a toujours pas quitté la Russie et c’est, entre autres, l’église orthodoxe qui se charge de le répandre. 

Nous comprenons alors pourquoi Dieu parle tant de Gog, au pays du septentrion, la Russie à laquelle vont s’associer des nombreux pays musulmans pour former la coalition de Gog.

Nous comprenons aussi pourquoi Dieu parle d’une église « apostate » comme une prostituée.

Tout ceux qui soutiennent et répandent cet édit de mort seront punis par Dieu lui même. Ces choses sont actuelles, elles sont graves et méritent d’être connues dans le monde chrétien.
Rien ni personne ne pourra jamais détruire le peuple juif. Cependant il est clair que de grandes
souffrances attendent encore ce peuple. Nous devons également comprendre que notre sort à
nous, chrétiens, est intimement lié à celui des juifs. Faisons le bon choix pour l’éternité, voulons
nous être bénis ou maudits ?

Je bénirai ceux qui te béniront, et je maudirai ceux qui te maudiront; et toutes les familles de la terre. Genèse 12.3

Disponible en audio (à écouter ici)

Source: Disciple de Yeshoua