Exo-Vaticana: Scandales d’abus sexuels

Le pape au Chili confronte les scandales d’abus sexuels : « Il est juste de demander pardon. »

Les prêtres de l’Église Catholique ont fait des « dommages irréparables »aux enfants qu’ils ont violés et molestés, a déclaré le Pape François lors d’une visite au Chili, le 15 janvier.

« Je suis un avec mes frères évêques, car il est juste de demander pardon et de tout faire pour soutenir les victimes, alors même que nous nous engageons à ce que de telles choses ne se reproduisent plus » a déclaré le pape lors d’un discours à Santiago.

Anne Barrett Doyle, de la base de données en ligne sur les abus, BishopAccountability.org, a déclaré à l’Associated Press que les excuses étaient un bon premier pas du Pape François, mais a ajouté que les Chiliens attendaient de lui qu’ils agissent contre les dirigeants d’église complices du scandale.

« C’est une opportunité cruciale pour le Pape François : Avec de la chance, il ne commettra pas l’erreur de ses frères évêques en sous-estimant la sagesse et l’indignation du peuple chilien », a déclaré Barrett Doyle, dont les recherches démontrent que 80 prêtres chiliens ont été accusés de manière crédible ou reconnus coupables d’abus.

L’Associated Press a noté que le Pape François n’a pas mentionné par son nom le prêtre pédophile le plus célèbre du Chili, le révérend Fernando Karadima.  En 2011, Fernando Karadima a été sanctionné par le Vatican pour une vie de  « pénitence et de prière » pour avoir agressé sexuellement des mineurs.

Beaucoup de Chiliens « sont encore furieux de la décision subséquente du Pape François en 2015, d’avoir nommé un protégé de Fernando Karadima comme évêque de la ville d’Osorno, dans le sud du pays », indique le rapport de l’Associated Press.  « L’évêque Juan Barros a nié avoir eu connaissance des abus de Karadima, mais, beaucoup de Chiliens ne le croient pas, et sa nomination a divisé le diocèse ».

« Les abus sexuels sont le point faible du Pape François en termes de crédibilité », a déclaré à l’Associated Press Massimo Faggioli, analyste du Vatican et professeur de théologie à l’Université Villanova de Philadelphie.  « Il est surprenant que le pape et son entourage ne comprennent pas qu’ils doivent être plus ouverts sur cette question ».

Source : World Tribune 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG