« Pour être un vrai ami d’Israël », il faut être « honnête », affirme Obama

« Dans le fond, je suis un Juif libéral », s’est amusé l’ancien président américain

L’ancien président des Etats-Unis, Barack Obama, s’est décrit comme « un juif libéral » et a affirmé avoir été le plus grand soutien de l’armée israélienne, lors d’une conférence mercredi à la synagogue Temple Emanu-El Streicker Center à New York.

Au cours de son allocution, Barack Obama s’est une nouvelle fois défendu de l’abstention des Etats-Unis lors d’un vote controversé à l’ONU condamnant les implantations israéliennes, permettant ainsi l’adoption d’une résolution du Conseil de sécurité.

« Voter contre la résolution aurait porté atteinte à notre crédibilité en réaffirmant l’importance des droits de l’homme seulement lorsque cela nous arrange et pas lorsqu’on doit le faire dans notre intérêt ou celui de nos amis », a déclaré l’ancien président américain dont les propos ont été cités par les médias israéliens.

« Pour être un vrai ami d’Israël il est important d’être honnête à ce sujet, et les politiques de ce pays, parfois, ne le permettent pas », a-t-il ajouté, faisant référence à une position pro-israélienne de Washington.

D’après la presse britannique, l’audience a également applaudi Barack Obama lorsqu’il a affirmé que « l’occupation israélienne en Cisjordanie et dans la bande de Gaza était « insoutenable » ».

Un « leadership palestinien trop faible »

« Aujourd’hui, je ne peux pas dire que je suis optimiste concernant un éventuel processus de paix », a lancé Barack Obama concernant la gestion du conflit israélo-palestinien sous la nouvelle administration américaine.

« Je pense que le leadership palestinien est trop faible et que les politiques israéliennes se sont éloignées de perspective d’une solution à deux Etats », a-t-il dit, selon Jewish insider.

La relation entre les Etats-Unis et Israël, qui a connu quelques déboires sous l’administration Obama, s’est largement renforcées depuis l’arrivée de Donald Trump à la tête du pays.

La reconnaissance de Trump de Jérusalem comme capitale d’Israël le 6 décembre a été saluée comme un « jour historique » par Netanyahou. Et la visite du vice-président Mike Pence dans l’Etat hébreu, ainsi que son discours au parlement israélien, a marqué un véritable apogée des relations entre les deux pays. 

Source: i24 News

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s