« Pour être un vrai ami d’Israël », il faut être « honnête », affirme Obama

« Dans le fond, je suis un Juif libéral », s’est amusé l’ancien président américain

L’ancien président des Etats-Unis, Barack Obama, s’est décrit comme « un juif libéral » et a affirmé avoir été le plus grand soutien de l’armée israélienne, lors d’une conférence mercredi à la synagogue Temple Emanu-El Streicker Center à New York.

Au cours de son allocution, Barack Obama s’est une nouvelle fois défendu de l’abstention des Etats-Unis lors d’un vote controversé à l’ONU condamnant les implantations israéliennes, permettant ainsi l’adoption d’une résolution du Conseil de sécurité.

« Voter contre la résolution aurait porté atteinte à notre crédibilité en réaffirmant l’importance des droits de l’homme seulement lorsque cela nous arrange et pas lorsqu’on doit le faire dans notre intérêt ou celui de nos amis », a déclaré l’ancien président américain dont les propos ont été cités par les médias israéliens.

« Pour être un vrai ami d’Israël il est important d’être honnête à ce sujet, et les politiques de ce pays, parfois, ne le permettent pas », a-t-il ajouté, faisant référence à une position pro-israélienne de Washington.

D’après la presse britannique, l’audience a également applaudi Barack Obama lorsqu’il a affirmé que « l’occupation israélienne en Cisjordanie et dans la bande de Gaza était « insoutenable » ».

Un « leadership palestinien trop faible »

« Aujourd’hui, je ne peux pas dire que je suis optimiste concernant un éventuel processus de paix », a lancé Barack Obama concernant la gestion du conflit israélo-palestinien sous la nouvelle administration américaine.

« Je pense que le leadership palestinien est trop faible et que les politiques israéliennes se sont éloignées de perspective d’une solution à deux Etats », a-t-il dit, selon Jewish insider.

La relation entre les Etats-Unis et Israël, qui a connu quelques déboires sous l’administration Obama, s’est largement renforcées depuis l’arrivée de Donald Trump à la tête du pays.

La reconnaissance de Trump de Jérusalem comme capitale d’Israël le 6 décembre a été saluée comme un « jour historique » par Netanyahou. Et la visite du vice-président Mike Pence dans l’Etat hébreu, ainsi que son discours au parlement israélien, a marqué un véritable apogée des relations entre les deux pays. 

Source: i24 News

Publicités

There is one comment

  1. M. DUFOUR J-M

    Gros mensonge de la part de M. OBAMA car il n’aime pas ISRAËL
    SA CE SENT DANS SONT DISCOURS, IL DEMANDE LE PARTAGE DE LA
    PALESTINE ALORS QUE CELA NE SE FERAS JAMAIS.

    J'aime

Commentaires fermés