Une éruption volcanique causée par la «super Lune bleue de sang»?

L’impressionnant phénomène de la «super Lune bleue de sang» qui s’est produit le 31 janvier, et visible un peu partout dans le monde, pourrait-il provoquer l’éruption volcanique du volcan Mayon, aux Philippines?

La «super Lune bleue de sang» fait son spectacle

L’événement, une concordance de plusieurs phénomènes astronomiques, a déclenché de nombreuses spéculations dans la population qui réside près du volcan Mayon.

La Lune est disparue dans la nuit de mardi à mercredi, privée des rayons du soleil, avant de réapparaître teintée de rouge, d’où son nom de «lune de sang». Elle est aussi qualifiée de «bleue», car il s’agit de la deuxième pleine Lune en un mois, un nom qui fait référence à la rareté du phénomène (il ne survient en moyenne que tous les deux ans et demi) mais pas du tout à sa couleur.

Le mont Mayon, situé dans la province d’Albay, crache depuis plusieurs semaines de la lave et de la cendre. L’état d’alerte est situé à 4 sur une échelle de cinq, rapporte Reuters.

Les scientifiques croient qu’une éruption majeure est imminente prochainement.

Les superstitions qui émanent dans la population font état de la grande proximité de la Lune qui pourrait tirer la lave hors du cratère. Par ailleurs, le chiffre 8 présent dans l’année 2018 causerait également une éruption, selon les rumeurs qui circulent parmi les résidents.

Le monde scientifique rejette toutes ces allégations.

L’éclipse a finalement débuté vers 3h45. Une ombre noire commençant à grignoter la Lune blanche. Une heure plus tard, elle était plongée dans le noir puis, à mesure qu’elle se dévoilait de nouveau, des teintes cuivrées ont coloré sa surface.

Le spectacle devait pouvoir être admiré depuis l’Amérique du Nord, la Russie, l’Asie et l’océan Pacifique. La majeure partie de l’Europe, l’Afrique et l’Amérique du Sud a en revanche été privée du spectacle par la lumière du soleil.

En Amérique du Nord, en Alaska ou à Hawaï, l’éclipse a été visible avant le lever du soleil. Au Moyen-Orient, en Asie, en Russie orientale, en Australie et en Nouvelle-Zélande, le spectacle se déroulait au lever de la Lune dans la soirée de ce mercredi. Spectacle qui, contrairement aux éclipses de Soleil, ne nécessite pas de lunettes de protection pour pouvoir être admiré.

L’éclipse est intervenue seulement 27 heures après que la Lune a atteint son point orbital le plus proche de notre planète, appelé le périgée. Elle est donc apparue alors un peu plus grosse que d’habitude, «de 7% environ par rapport à une Lune moyenne, ce qui permettra d’en distinguer plus facilement à l’œil nu les zones sombres et les contrastes», prévoyait l’Observatoire de Paris.

La dernière «super Lune bleue de sang» s’était produite le 30 décembre 1982 et avait été visible en Europe, en Afrique et dans l’ouest de l’Asie.Pour l’Amérique du Nord, il faut remonter à 152 ans, au 31 mars 1866, selon les annales.

Le prochain phénomène similaire est prévu le 31 janvier 2037.

Source: TVA Nouvelles