Libéré de mes tourments

Mes membres, les parties de mon corps, sont des instruments de justice, soumis à Dieu pour son service et pour sa gloire.

Pendant plusieurs années, lorsque j’étais pasteur à Londres, j’ai lutté éperdument contre la dépression, celle-ci s’abattait sur moi de tout son poids et me renfermait sur moi-même. Elle soulevait en moi un sentiment de désespoir et d’échec. Peut-être cela vous est-il familier?

J’ai combattu cette situation de toutes les façons que je connaissais, mais rien n’y faisait. Puis, un jour j’ai lu Esaïe 61:3: «Pour accorder aux affligés de Sion, pour leur donner … Un vêtement de louange au lieu d’un esprit abattu.»

Alors que je lisais ces paroles, le Saint-Esprit m’a montré: «c’est ça ton problème!» Ce fut comme si la lumière me submergeait d’un coup. J’ai pris conscience que je ne livrais pas un combat contre moi-même mais contre un autre être, un esprit mauvais qui me tourmentait et m’oppressait. Au moment où j’ai réalisé cela, j’avais probablement parcouru 80% du chemin vers la victoire. Tout ce dont j’avais encore besoin se trouvait dans un autre verset: «Alors quiconque invoquera le nom de l’Éternel sera sauvé .» (Joël 2:32).

Mettant ces deux versets côte à côte, j’ai prié: «Mon Dieu, tu m’as montré que j’étais oppressé par un esprit d’abattement. Je viens à toi maintenant en invoquant le nom du Seigneur Jésus. Délivre-moi.» Il a libéré ma pensée de cet esprit oppresseur.

A présent, c’était à moi de reprogrammer mon esprit. Machinalement, ma structure de pensée était négative et, comme Dieu me l’a montré, elle se révélait être une dénégation de ma foi en Jésus. Il était de mon ressort de rééduquer mon raisonnement. Sur une période de plusieurs années, chaque fois qu’une pensée négative ou pessimiste me traversait, je la rejetais et la remplaçais par une confession positive extraite de la Bible. Plusieurs années après, ma configuration intérieure avait complètement changé. J’étais devenu une personne totalement différente.

Merci Jésus, pour ta victoire sur la croix. Je proclame que j’ai été libéré de mes tourments et que mes membres, les parties de mon corps, sont des instruments de justice, soumis à Dieu pour son service et pour sa gloire. Amen.

Derek Prince