La façon dont Emmanuel Macron est arrivé à la Présidence de la République en France est bien davantage que suspecte.

Il fallait décrire Emmanuel Macron comme un homme neuf, un rédempteur, un “libéral”, l’incarnation d’une gauche moderne acceptable par la droite modérée, et une campagne de presse sans précédents en France a assuré la description. J’ai écrit à l’époque qu’Emmanuel Macron avait été lancé comme une marque de lessive et la comparaison me parait aujourd’hui presque en dessous de la réalité. On n’a jamais vu autant de couvertures de magazine, autant de reportages favorables, voire idolâtres, sur toutes les chaînes de télévision.

Il fallait ensuite éliminer Francois Fillon, le dépeindre comme un être vil et corrompu, l’empêcher de présenter ses propositions: une campagne de presse elle-même sans précédents en France a assuré l’élimination.

Dès lors que le Front National était un parti diabolisé, la victoire face à Marine Le Pen paraissait assurée. Emmanuel Macron en a rajouté dans la diabolisation.

Il a été élu par une minorité de la population, mais élu néanmoins.

Dans la mesure où le mécontentement est susceptible de monter et où une part importante de la population discerne à quel degré Emmanuel Macron incarne une imposture, il importe maintenant de faire taire les voix susceptibles de venir troubler la fête.

Laurent Wauquiez se trouve attaqué sans cesse et a été voici peu accusé de tenir des propos scandaleux alors que ce qu’il a dit était anodin. Les idiots utiles de la droite plutôt à gauche se sont vus tendre des micros pour dire qu’ils ne pouvaient pas être dans le même parti qu’un homme tenant des propos pareils.

Jean-Luc Mélenchon occupe la position du léniniste inéligible et capte des voix qui en font l’opposant de gauche requis.

Reste la droite nationaliste : de ce coté, il semble que, outre la diffamation, le recours à la justice soit une méthode mise en œuvre.

Parce que le Front National a été comparé par un journaliste à l’État Islamique, Marine Le Pen a tenu à montrer ce qu’était L’État Islamique et a diffusé, par Twitter, des photographies de crimes atroces commis par ce dernier. Bien que ces photos soient en circulation partout, elle a été mise en examen pour diffusion d’images violentes et incitation à la violence et elle risque la prison et une lourde amende. Gilbert Collard, qui avait fait comme elle au même moment avait, lui, déjà été mis en examen pour les mêmes motifs. L’immunité parlementaire de l’un et l’autre a été levée à une quasi unanimité à l’Assemblée Nationale.

Quoi qu’on pense d’eux par ailleurs, qu’on puisse traîner en justice des gens qui ont dénoncé les violences islamiques est scandaleux. Qu’on les accuse d’inciter a la violence alors qu’ils dénoncent la violence est ubuesque.

Qu’on ait voté la levée de leur immunité parlementaire pour qu’ils puissent être poursuivis pour ces motifs est digne d’un régime pourrissant qui n’a plus grand chose d’une démocratie.

Je l’ai déjà écrit, mais je dois l’écrire à nouveau car ce qui se passe est une honte pour la France.

Je l‘écris en soulignant que c’est là une position de principe. Je n’ai jamais été proche du Front National et vu le programme étatiste et socialiste du Front National, je ne suis pas du tout prêt à m’en rapprocher.

Je le dis aussi parce que les poursuite contre Marine Le Pen et Gilbert Collard viennent s’ajouter à la condamnation de Pierre Cassen qui risque la prison ferme pour délit d’opinion, pour des articles qu’il n’a pas signés et pour un site qui n’est plus un site français et dont il n’est plus directeur de publication.

Je le dis parce que le délit d’opinion a entraîné de nombreuses poursuites et de nombreuses condamnations contre Riposte Laïque, Pierre Cassen et Christine Tasin. Ces condamnations sont venues s’ajouter à celles subies par Renaud Camus, Eric Zemmour et d’autres.

Les grandes maisons d’édition ont refusé de publier les mémoires de Jean-Marie Le Pen et il a fallu le courage de Guillaume de Thieulloy pour faire le nécessaire au nom de la liberté de parole. Renaud Camus doit désormais s’auto-éditer, ce qui est un scandale absolu.

Emmanuel Macron, utilisant sans vergogne une expression de Donald Trump, envisage de lutter contre les ”fake news”, nouvelles fausses, et veut qu’il n’y ait plus en France que des nouvelles acceptables par le pouvoir. Il veut donc que ce que Donald Trump appelle à juste titre “fake news” aux Etats-Unis soit désormais l’intégralité des nouvelles en France et que l’information digne de ce nom soit éliminée et traitée de “fake news”. On se croirait dans le 1984 de George Orwell, sauf que là, ce n’est pas un roman.

Un glissement progressif vers la dictature s’opère. C’est extrêmement grave.

Guy Millière

Adapté d’un article publié sur les4verites.com

Source: Dreuz Info

Commenter cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s