Nos armes de guerre

Je suis vainqueur de satan par le sang de l’Agneau et par la parole de mon témoignage, et je n’aime pas ma vie jusqu’à craindre la mort.

En Apocalypse 12:7–9, nous voyons que les cieux ont été purgés du dragon (satan) et de ses anges. Cieux réjouissez-vous, terre prend garde à toi! A présent, le diable est ici-bas, sur terre et il sait qu’il ne lui reste que quelques années pour comploter ses mauvais coups et causer des dommages.

Il me paraît clair que cette période est intimement liée (en entier ou en partie) à la soixante-dixième semaine de Daniel (voir Daniel 9:21-24). C’est une période spécifique, que le diable connaît très bien car il scrute les prophéties. Et Jésus a dit que le nombre de ces jours serait écourté (comme en Matthieu 24:21–22.)

Cependant, en théorie, la Bible parle de 3 ans et demi, il y aura donc au moins quelques «jours» de moins à la fin. Ensuite, le diable sera lié et jeté dans le puits sans fond.

Le diable veut nous empêcher de prendre conscience de ce fait, parce qu’aussi longtemps que nous sommes dans l’ignorance, nous ne pouvons pas faire ce que Dieu a arrêté. Mais, Dieu nous a donné les armes spirituelles pour chasser satan de sa place dans les cieux.

«Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses. Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu, …» (2 Corinthiens 10:4–5)

Les armes spirituelles qui nous sont données nous rendrons capables de renverser toute hauteur qui s’élèvera contre Dieu et son royaume. La dernière hauteur suprême à s’élever contre Dieu est le royaume de satan dans les lieux célestes. Les armes qui nous permettront de le vaincre nous sont confiées: le sang de Jésus et la parole de notre témoignage.

Merci Seigneur, pour le sang de l’Agneau. Je le prends comme une arme spirituelle, accompagné de la parole de mon témoignage, en proclamant que je suis vainqueur de satan par le sang de l’Agneau et par la parole de mon témoignage, et je n’aime pas ma vie jusqu’à craindre la mort. Amen.

Derek Prince