Ne testez pas Israël pendant Pessah, dit Halevi aux ennemis d’Israël

Les tensions s’accroissent en Cisjordanie et à Gaza, et elles couvent au nord du pays

Le chef sortant des services de renseignements militaires israéliens a lancé un avertissement ferme aux ennemis de l’Etat juif, leur disant de ne pas lancer d’attaques contre Israël au cours de la prochaine saison de fêtes dans un contexte de tensions accrues sur les frontières nord et sud du pays.

« Nous nous trouvons maintenant dans une période tendue », a estimé le général de division Herzl Halevi. « Nous recommandons à tous ceux qui voudraient nous défier spécifiquement durant cette période festive de réfléchir sérieusement à leurs actions, ainsi qu’aux capacités qui sont à notre disposition ».

Le général de division Herzl Halevi, chef du renseignement militaire israélien, au centre, s’entretient avec plusieurs anciens hauts responsables de Tsahal lors d’une conférence le 20 mars 2018. (Tsahal)

Dans un communiqué, l’armée a établi clairement qu’elle se référait aux tensions actuellement ressenties dans la bande de Gaza, en Cisjordanie et dans « l’arène nord » du Liban et de la Syrie.

Les agents de sécurité sur les lieux où un garde de sécurité a été attaqué et grièvement blessé lors d’un attentat terroriste dans la vieille ville de Jérusalem, le 18 mars 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

La fête de Pessah, qui dure une semaine et qui doit commencer le 30 mars, qui sera suivie par la Journée du souvenir et celle de l’Indépendance à la mi-avril, est une période qui est régulièrement marquée par une hausse des violences en Cisjordanie alors que les groupes terroristes tentent de profiter d’une atmosphère plus détendue et que de nombreux Israéliens sont en vacances.

Les dernières semaines ont vu une hausse significative des incidents sécuritaires le long de la frontière avec Gaza et au sein de l’enclave côtière avec notamment de multiples explosions à la bombe sur la clôture de sécurité et des frappes de riposte israéliennes.

Samedi soir et dimanche, l’armée a également détruit deux tunnels dans la bande de Gaza, dont l’un devait pénétrer sur le territoire israélien.

Jérusalem et la Cisjordanie ont également connu une recrudescence récente des attentats terroristes. Vendredi dernier, un Palestinien a projeté son véhicule dans un groupe de soldats de l’armée israélienne dans le nord de la Cisjordanie, tuant deux d’entre eux et en blessant grièvement deux de plus. Dimanche, un autre Palestinien a poignardé à mort un gardien de sécurité israélien désarmé dans la Vieille Ville de Jérusalem, alors qu’il visitait la capitale grâce à un permis.

La dite « arène nord » de la Syrie et du Liban est restée sous tensions depuis une grave bataille aérienne survenue au mois de février, au cours de laquelle Israël avait abattu un drone iranien qui avait pénétré dans l’espace aérien israélien. Un avion de type F-16 israélien avait été détruit par le système de défense antiaérienne syrien durant une frappe de représailles.

Halevi, qui quittera son poste la semaine prochaine après trois ans et demi, a tenu ces propos lors d’une réunion entre responsables passés, actuels et futurs des renseignements.

Le général Herzl Halevi, chef du renseignement militaire israélien, au centre, pose avec neuf anciens hauts responsables de Tsahal et son successeur, le général Tamir Hyman, à l’extrême gauche, lors d’une conférence le 20 mars 2018. (Tsahal)

Le prédécesseur de Halevi, le chef d’Etat-major adjoint de l’armée israélienne Aviv Kochavi, a participé à cet événement ainsi que son successeur, le général de division Tamir Hyman.

Les anciens chefs des renseignements militaires Ehud Barak, Moshe Yaalon, Shloma Gazit, Yehoshua Sagi, Uri Sagi, Amos Malka, Aharon Zeevi, et Amos Yadlin se trouvaient également dans le public.

Durant la conférence, les anciens agents des renseignements ont évoqué les développements dans l’unité, les tendances au Moyen-Orient et les « défis à l’ère du numérique », a dit l’armée.

Source: Times of Israël