Londres finance des écoles palestiniennes qui enseignent le djihad

Le Royaume-Uni paie 33 000 professeurs qui enseignent comment utiliser les lance-pierres pour attaquer les soldats israéliens et qui glorifient le fait de mourir pour la Palestine

Des écolières palestiniennes à Gaza, mars 2013 (crédit photo : Flash90/Wissam Nassar)

L’année dernière, le gouvernement britannique a versé 20 millions de livres sterling à des écoles palestiniennes qui enseignent un programme d’études qui, selon un groupe de surveillance, comprend le djihad, omet les références aux accords de paix avec Israël et encourage le martyre, selon le Sunday Times.

Une étude de l’Institute for Monitoring Peace and Cultural Tolerance in School Education (IMPACT-se) a révélé que le matériel d’étude des manuels scolaires de l’Autorité palestinienne « exerce une pression sur les jeunes Palestiniens pour qu’ils commettent des actes de violence ».

Parmi les sujets enseignés aux élèves figurent les techniques utilisées pour lancer des pierres sur les soldats israéliens, la glorification des martyrs et les images qui inspirent des idées de guerre.

« Le programme d’études exerce une pression sur les jeunes Palestiniens pour qu’ils commettent des actes de violence d’une manière plus étendue et plus sophistiquée », a écrit IMPACT-se. « Le discours est formulé en termes de martyre nationaliste et religieux, à travers les manuels de science, de littérature, d’histoire et d’éducation religieuse. »

« Avec une justification complète et souvent affirmée du djihad défensif (obligatoire), le programme d’études semble s’être étendu de la diabolisation d’Israël à la justification de la guerre », a-t-il poursuivi.

Le ministre d’État pour le Développement international Alistair Burt à Jérusalem, janvier 2012. (Crédit photo : Miriam Alster/Flash90)

Dans les réponses données au Parlement britannique, le ministre d’État pour le développement international, Alistair Burt, a révélé que l’argent des contribuables britanniques finance les salaires de 33 000 enseignants qui utilisent le nouveau programme d’études, selon le Times.

S’exprimant la semaine dernière, Burt a déclaré que « toutes les écoles [de l’Autorité palestinienne] de Cisjordanie utilisent le programme révisé de l’Autorité palestinienne de 2017. Fonctionnaires et enseignants financés par le Royaume-Uni … sont donc concernés… »

La députée Joan Ryan, présidente de Labour Friends of Israel, a dénoncé le financement des écoles qui utilisent ce programme scolaire.

« Il est absolument consternant que l’argent des contribuables britanniques contribue à soutenir l’enseignement d’un programme qui incite à la violence et au terrorisme et répand l’antisémitisme », a-t-elle déclaré. « Le gouvernement doit immédiatement suspendre toute aide à l’Autorité palestinienne jusqu’à ce qu’il s’engage à une révision complète et urgente du programme d’études. »

Le Département pour le développement international a répondu au Times en déclarant : « Notre soutien aide environ 25 000 jeunes Palestiniens à aller à l’école chaque année. Le gouvernement britannique condamne fermement toutes les formes de violence et d’incitation à la violence ».

En août, l’Autorité palestinienne a introduit un nouveau programme scolaire pour les élèves de la 5e à la 11e. Dans une revue publiée en octobre, IMPACT-se a constaté que « la radicalisation est omniprésente dans ce nouveau programme d’études, dans une plus grande mesure qu’auparavant ».

Le sacrifice de la vie est également encouragé pour les filles dans le contexte de l’égalité des droits et les héros sont ceux qui ont « sacrifié leur âme ».

« Ils [y] enseignent aux gens que boire la coupe de l’amertume avec gloire est beaucoup plus doux qu’une longue vie agréable accompagnée d’humiliation », indique un manuel en langue arabe de 5e année, selon une traduction anglaise du rapport IMPACT-se.

« Donner sa vie [fida’], le sacrifice, le combat, le djihad et la lutte sont les significations les plus importantes de la vie », insiste un autre texte.

Image tirée du rapport IMPACT-se d’avril 2017 sur les manuels scolaires palestiniens du primaire. (Capture d’écran)

Un manuel scientifique lie les techniques et principes de l’attaque des soldats israéliens avec des lance-pierres.

« Pendant le premier soulèvement palestinien, les jeunes Palestiniens ont utilisé des lance-pierres pour affronter les soldats de l’occupation sioniste [sic] et se défendre de leurs traîtres balles », peut-on lire dans le texte. « Quelle est la relation entre l’allongement de l’élastique de la fronde et la résistance à la traction qui l’affecte ? »

Les livres d’études sociales comprennent des images d’enfants assis dans des salles d’école avec des bureaux vides, à l’exception d’un panneau « martyr ».

« Israël, indépendamment des frontières, est dépeint comme un affront au nationalisme arabe, faisant partie d’une série de divisions imposées à la patrie arabe par les puissances coloniales », a noté IMPACT-se. « Dans de nombreux cas, le programme d’études n’utilise pas le nom ‘Israël’ ou ‘Israéliens’. Au lieu de cela, il utilise l’Occupation, l’Occupation, l’Occupation sioniste, les ‘Sionistes’ ou des métaphores comme les envahisseurs et les oppresseurs. »

Les références à la solution à deux états pour la paix ne sont pas incluses dans les manuels scolaires, comme le sont tous les appels des Nations unies pour mettre fin à la violence, selon le rapport du groupe basé à Jérusalem.

Un manuel d’histoire de 11e année sur les accords d’Oslo qui ont mené à la création de l’Autorité palestinienne ne fait « aucune référence à la paix, à l’échange de lettres de reconnaissance, au transfert de territoires d’Israël à l’OLP ou au prix Nobel de la paix », a déclaré IMPACT-se.

Le gouvernement israélien soutient depuis longtemps que l’incitation dans les manuels scolaires palestiniens est l’un des principaux facteurs de haine et de terrorisme contre les Israéliens. Les responsables palestiniens s’opposent aux mesures draconiennes et aux décennies d’occupation israéliennes, et non à l’incitation, qui suscite la haine et inspire le terrorisme.

La question a pris de plus en plus d’importance ces derniers temps, car les membres du Congrès ont menacé de réduire l’aide américaine aux Palestiniens si l’incitation n’est pas stoppée.

Source: Times of Israël

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s