Un tiers des Juifs émigrés en Israël aidés par les chrétiens en 2017

Sur les 28 000 Juifs qui sont « montés » en 2017 en Israël, les différents mouvements chrétiens ou évangélistes en ont aidé autour de 8 500

Des milliers de chrétiens évangélistes ont participé à une parade dans le centre de Jérusalem pendant la fête juive de Souccot, le 1er octobre 2015. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Elles sont bien installées aux Etats-Unis mais également présentes en Europe, bien que plus modestement.

Souvent soupçonnées de prosélytisme, certaines de ses organisations chrétiennes ou évangélistes qui aident les Juifs à s’installer en Israël tiennent pourtant à montrer patte blanche et assurent donner pour consignes à leurs membres de ne chercher en aucun cas à convertir.

Selon une enquête de l’Associated Press, ces organisations auraient aidé autour de 8 500 Juifs à s’installer en Israël, sur les 28 000 « montés » en 2017, soit un peu plus d’un tiers d’entre eux.

« Parmi celles-ci, explique La Croix, deux organisations se détachent : l’International Fellowship of Christian and Jews (IFCJ) et l’International Christian Embassy of Jerusalem ».

« Fondée par le rabbin Yechiel Eckstein en 1983, l’IFCJ s’est donnée pour objectif, continue le quotidien, de « promouvoir la compréhension entre chrétiens et juifs, construire un vaste soutien à l’égard d’Israël et remplacer notre histoire de discorde par une relation marquée par le dialogue, le respect et la coopération ». Les fonds octroyés sont destinés à financer le voyage et parfois l’installation en Israël.

L’idéologie qui sous-tend ces actions de solidarité se base sur des versets de la Bible évoquant le retour des Juifs en Israël, et parfois sur une vision millénariste des évangéliques conservateurs : « L’un des deux grands lobbys de la droite évangélique est fondamentaliste millénariste : pour que Jésus revienne sur terre, il faut à nouveau réunir les conditions de son avènement, ce qui passe aujourd’hui par la reconnaissance d’Israël comme État juif », soulignait dans La Croix Lauric Henneton, spécialiste des questions religieuses aux États-Unis.

Ce soutien alimente à sa mesure le conflit de plus en plus aigu entre le judaïsme libéral américain et Israël.

Jeremy Ben-Ami, président de l’organisation juive américaine de gauche J-Street cité par La Croix assure que la communauté juive « devrait se méfier de ceux qui jouent avec nos vies pour promouvoir leurs propres objectifs religieux et idéologiques ».

Côté français, le Times of Israel avait rencontré il y a deux ans Xavier Darrieutort, d’EbenEzer une association protestante qui aide les Juifs individuellement à faire leur alyah, logistiquement, moralement et parfois financièrement et qui expliquait d’emblée : « non l’équipe d’EbenEzer (l’association dont il dirige la branche française) n’est pas évangéliste ».

« C’est une consigne explicite et imposée de notre organisation. Nous sommes contre ces associations qui sous couvert d’aider le peuple juif cherchent à le convertir. Et il y en a ! ».

« C’est parce que nous lisons la Bible, expliquait-il. Et la première partie de la Bible c’est la Torah. Nous savons que nous devons beaucoup aux Juifs. Et si on lit vraiment les Écritures on sait l’importance pour Dieu de son peuple, et nous le reconnaissons. Etre attaché au peuple juif fait partie de notre foi ».

Comme pour nous rassurer, il ajoutait : « mais tous les chrétiens ne sont pas comme ça ». Le soutien des chrétiens envers les départs de Juifs en Israël est donc loin d’être uniforme.

Source: Times of Israël