Le ministre de la Défense a soutenu le retrait de Trump de l’accord sur le nucléaire, qui mènerait à l’effondrement de l’économie iranienne et mettra potentiellement fin au régime

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman a menacé de frapper Téhéran et les infrastructures iraniennes en Syrie si l’Iran venait à attaquer Tel Aviv, dans une interview publiée sur un site anglais en langue arabe appartenant à l’Arabie saoudite.

« S’ils attaquent Tel Aviv, nous frapperons Téhéran », a mis en garde le ministre de la Défense.

Les propos de Liberman s’inscrivent dans un contexte de menaces agressives proférées par Téhéran, après une frappe en date du 9 avril contre une base iranienne au centre de la Syrie, que l’Iran a attribuée à Israël, mais qui ne s’est pas prononcé sur cette frappe.

Jérusalem a déclaré que l’implantation iranienne en Syrie n’était pas tolérable, et a juré que des mesures seraient prises pour empêcher cet enracinement.

« Nous détruirons chaque site qui nous semblera être une tentative de la part de l’Iran de se positionner en Syrie », a indiqué le ministre de la Défense. « Nous ne le tolèrerons à aucun prix. »

Malgré ces propos virulents, Liberman a fait savoir qu’il « veut le calme » et ne « souhaite pas attaquer ni combattre qui que ce soit ».

« Je veux que Tel Aviv, où les hôtels affichent complet, où les cafés et les restaurants sont bondés jour et nuit, reste ce qu’elle est, et c’est également ce que je souhaite [aux Iraniens], le calme, pas la guerre », a-t-il dit.

Liberman est le dernier responsable israélien en date à avoir été interviewé par le journal arabophone. Le chef d’état-major Gadi Eizenkot et le chef du COGAT, le major de division Yoav Mordechai, ont récemment été interviewés par ce journal, comme d’autres responsables.

Si Elaph appartient à l’homme d’affaires et journaliste saoudien Othman Al Omeir, le site n’est pas pour autant accessible en Arabie saoudite. Néanmoins, ce site est perçu comme un instrument permettant à Israël de communiquer avec le royaume, bien qu’indirectement.

L’interview de Liberman a porté sur trois sujets : l’Iran, les Palestiniens et l’amélioration des relations entre Israël et le monde arabe.

Sur l’Iran, Liberman a adopté une approche ferme, ce qui sera probablement très bien reçu par les Saoudiens, qui voient en la République islamique leur principal ennemi dans la région.

Liberman a critiqué l’accord sur le nucléaire iranien, officiellement appelé le Plan global d’action conjoint, qu’il a comparé aux Accords de Munich de 1938, censés freiner l’expansion du nazisme en Europe, mais qui ont fini par renforcer Adolf Hitler.

« L’Europe a tort à nouveau. Les Européens ont, par le passé, commis une erreur en signant les Accords de Munich en 1938 avec l’Allemagne. Nous savons tous ce qui s’est passé et comment Hitler les a piégés », a-t-il dit.

« Je pense qu’ils commettent la même erreur », a-t-il souligné.

Le ministre de la Défense s’est montré favorable au retrait des États-Unis de l’accord, comme l’a menacé le président américain Donald Trump. Selon Liberman, ce retrait conduirait à l’effondrement de l’économie iranienne, et pourrait potentiellement mettre fin au régime.

Lire la suite sur: Times Of Israël

un commentaire

Commenter cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s