Des microparticules de plastique retrouvées jusque dans la banquise de l’Arctique

Des chercheurs d’un institut allemand ont retrouvé des milliers de microparticules de plastique dans la banquise de l’océan Arctique.

Des microparticules ont été retrouvées dans la banquise de l’océan Arctique par des chercheurs allemands.
© CREATIVE COMMONS

C’est en faisant fondre des échantillons de glace prélevés de la banquise située dans l’océan Arctique qu’une équipe de scientifiques a fait un constat alarmant. Ces chercheurs, qui viennent de l’Institut allemand Alfred Wegener, pour la recherche polaire et marine, ont en effet découvert que les glaces de l’océan Arctique n’étaient pas épargnées par la pollution plastique. Ainsi, ils ont retrouvé 17 types de plastiques dans ces eaux gelées lors de trois expéditions arctiques en 2014 et 2015. Sur les 5 zones de l’Arctique qu’ils ont analysées, aucune n’était vierge de déchets plastique. Leur étude a été publiée dans la revue Nature Communications.

Du jamais vu dans la banquise

Dans un des échantillon récolté, les chercheurs ont trouvé 12 000 microparticules de plastique par litre d’eau gelée. Il s’agit de la plus haute concentration de microparticules jamais retrouvée dans l’Arctique. Les résultats dépassent de deux à trois fois les précédents records. Dans les échantillons prélevées, les chercheurs ont retrouvé des emballages alimentaires, du nylon issu de tissus synthétiques ou les équipements de pêche ou encore des filtres de cigarettes. Selon les chercheurs, certaines des plus grandes quantités de micro-plastiques retrouvées dans l’Arctique viennent probablement de l’immense amas de déchets qui flotte au milieu du Pacifique Nord et qui constitue une sorte de « 8ème continent« .

Une autre observation que les scientifiques ont pu tirer de cette étude est que les échantillons contenaient presque uniquement du polyéthylène, un plastique que l’on retrouve dans la composition des sacs, des bouteilles et des emballages. Les morceaux de banquise contenant de l’eau venant de Sibérie étaient de leur côté davantage pollués par de la peinture provenant de navires et de nylon d’équipement de pêche.

Des particules d’une taille de 11 microns

Les deux tiers des micro-particules prélevées lors des expéditions des chercheurs allemands mesuraient au maximum un vingtième de millimètre. Ainsi, certaines particules prélevées mesuraient seulement 11 microns. Cela représente environ un sixième du diamètre d’un cheveu humain. Ce qui signifie que ces micro-particules « pourraient facilement être ingérées par les micro-organismes de l’Arctique« , a souligné Ilka Peeken, une des auteurs de l’étude. Et la scientifique souligne que « personne ne sait de façon certaine à quel point ces particules minuscules de plastique sont dangereuses pour la vie marine, ou à terme pour les humains« .

Ce que l’on sait en revanche c’est que ces micro-plastiques fixent la pollution. Et qu’ils ne resteront pas indéfiniment coincés dans la banquise. Quand cette dernière va commencer à fondre ces micro-particules vont être relâchées dans les eaux. « Ces microparticules de plastique sont souvent colonisés par des bactéries et des algues qui les font devenir de plus en plus grosses. Parfois, elles se mélangent avec les algues, ce qui les fait descendre beaucoup plus vite vers le fond des eaux”, explique Mélanie Bergmann, biologiste à l’AWI et co-auteur de l’étude. Cette découverte montre qu’aucune surface océanique n’est épargnée par la pollution des déchets plastique. Un rapport de la fondation Ellen MacArthur, datant de 2016, affirmait même qu’en 2050, il y aura plus de plastique que de poissons dans les océans.

Source: Sciences et Avenir

Un commentaire

Les commentaires sont fermés.