GUERRE CIVILE EUROPÉENNE : La Hongrie promet de mettre Bruxelles à genoux en bloquant le budget du bloc

Le premier ministre hongrois Viktor Orban a menacé de mettre l’Union européenne à genoux en refusant de soutenir les dernières propositions budgétaires du bloc.

M. Orban a dit aux Hongrois qu’ils “ne devoient pas s’inquiéter” au sujet de la situation avec l’Union européenne et la proposition de loi visant à lier la répartition des fonds de l’UE au respect de l’État de droit. 

La Hongrie est l’un des plus grands bénéficiaires des fonds dits de cohésion, qui sont conçus pour aider à combler le fossé entre les pays riches et les pays pauvres du continent.

Toutefois, les nouvelles propositions de la Commission européenne pour son budget de cohésion post-2020 incluent une série de conditions d’éligibilité, y compris le respect de l’État de droit et l’application de restrictions supplémentaires sur la manière dont les fonds de l’UE peuvent être employés.

La Commission a proposé l’introduction d’un mécanisme de “conditionnement”, qui permettrait à Bruxelles de retirer et même de couper les financements aux pays considérés comme non respectueux de la primauté du droit ou des visions fondamentales de l’Union.

Budapest ne répondra probablement pas aux nouveaux critères de financement du bloc, mais M. Orban s’est engagé à réduire le budget de l’UE si le changement n’est pas assuré.

Il a dit : “Ce sera un long débat et une série de négociations.”

“En fin de compte, il faudra qu’il y ait unanimité.”

“Les Hongrois ne doivent pas s’inquiéter, il n’y aura pas de budget jusqu’à ce que les Hongrois disent que c’est bon.”

Le ministre des Affaires étrangères Peter Szijjarto a accusé l’UE de “chantage” suite à la publication des détails du cadre financier pluriannuel du bloc pour 2021-2027.

Il a dit : “Il existe des traités en vigueur dans l’Union européenne qui précisent clairement les droits et obligations des États membres de l’UE.”

“Nous ne sommes pas d’accord avec une proposition qui permettrait à quiconque d’exercer un chantage en ce qui concerne le versement des fonds de l’UE qui doivent être versés aux pays sur la base des traités”.

Le ministre des Affaires étrangères de Budapest a refusé de considérer les fonds comme une forme d’”aide humanitaire” accordée aux membres les plus pauvres de l’UE.

M. Szijjarto a ajouté : “Nous avons ouvert nos marques et les entreprises de l’Europe de l’Ouest ont empoché d’énormes profits sur les marchés d’Europe centrale.”

“Ce n’est pas une voie à sens unique que ceux de l’Ouest sont de bons garçons et nous donnent des fonds de l’UE car nous sommes pauvres.”

“C’est une voie à double sens et tout le monde doit respecter ses engagements.”

Source: Express.co.uk, le 4 mai 2018 – Traduction Nouvelordremondial.cc

Un commentaire

Les commentaires sont fermés.