Note de Nathaniel: Cette victoire ne doit rien au hasard. En effet, je me permets de publier ce genre d’informations, car il est évident que maintenant et plus jamais Israël est au centre de l’attention mondiale. L’on pourrait me considérer comme fou, cependant, je suis convaincu qu’il s’agit d’un des signes prophétiques. J’en ferais un article dans quelques jours sur ce sujet, après la semaine spéciale en cours. 

Le maire a offert d’emblée toute l’aide nécessaire pour accueillir le concours, qui donne à la ville une chance de présenter un aspect plus amical

Netta Barzilai après avoir remporté la finale de la 63e édition de l’Eurovision Song Contest 2018 à l’Arena Altice de Lisbonne, le 12 mai 2018. (Crédit : AFP / Francisco LEONG)

La victoire remportée par Netta Barzilai à l’Eurovision a clairement donné le coup d’envoi à des fêtes massives dans les rues de Tel Aviv dans la nuit de dimanche, et dans un an, c’est Jérusalem qui sera la ville qui célébrera le concours musical de renommée mondiale.

La victoire d’Israël, la première depuis 1998, implique que le pays gagne le droit d’accueillir les finales de l’année suivante, des finales qui se sont transformées au fil du temps en féerie massive en deux tours – avec des dizaines de milliers de fans et des millions de plus les rejoignant à travers le monde.

Barzilai n’avait pas eu encore le temps d’ôter son kimono rouge et noir que les responsables municipaux et les politiciens en Israël se vantaient déjà de leurs plans pour accueillir l’Eurovision au sein de l’Etat juif.

« L’année prochaine à Jérusalem », a écrit le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans un message de félicitations, un sentiment partagé par de nombreux autres et tout particulièrement par Barzilai.

« Il n’y a rien de tel qu’une fête israélienne. Vous verrez ça l’année prochaine », a déclaré Barzilai après sa victoire, hurlant : « L’année prochaine à Jérusalem ! »

S’exprimant devant les caméras de la chaîne publique israélienne Kan, elle a expliqué qu’elle était impatiente que le monde découvre « le carnaval israélien » lorsque Jérusalem accueillerait le concours.

Les gens vont voir « combien on est merveilleux. Quel feeling on a. Les meilleurs… dans le meilleur endroit au monde », a-t-elle ajouté.

Même si cette victoire est survenue au milieu de la nuit en Israël, le maire de Jérusalem Nir Barkat a été l’une des nombreuses personnalités à féliciter très rapidement Barzilai et à la remercier pour l’opportunité offerte à la ville d’accueillir la compétition.

« La municipalité de Jérusalem accordera toute l’aide possible à la mise en place de l’Eurovision 2019 dans la capitale d’Israël et, ensemble, nous exposerons le beau visage de Jérusalem au monde entier », a-t-il dit.

Les trois autres concours de l’Eurovision qui avaient eu lieu en Israël avaient tous été organisés au centre de conférences international mais la ville a laissé entendre que le lieu pourrait changer cette année en twittant une photo du Pais Arena, de 15 000 sièges, qui a ouvert ses portes en 2014.

Cet événement sera le plus important événement non-politique et non-sportif organisé depuis des années au sein de la capitale. Alors qu’Israël est en proie à des inquiétudes politiques et sécuritaires, la majorité des artistes d’envergure qui se rendent en Israël optent pour Tel Aviv, municipalité plus ouverte au niveau culturel, et son amphithéâtre en plein air Ganei Yehoshua ou la Menora Mivtachim Arena.

Mais tandis que les responsables cherchent constamment à présenter Jérusalem comme la capitale et le coeur vivant du pays – l’Etat juif avait récemment insisté sur la tenue d’un match amical contre l’équipe de football d’Argentine à Jérusalem, malgré la demande de Lionel Messi et d’autres de disputer plutôt la rencontre à Haïfa – la compétition offrira l’opportunité de présenter changer l’image de la ville, qui passe actuellement pour une sorte de zone culturelle reculée assiégée par les craintes sécuritaires.

Le coût de l’accueil de l’Eurovision

La première édition de l’Eurovision a eu lieu en 1956 avec pour objectif d’unir l’Europe après la Seconde Guerre mondiale.

Aujourd’hui, l’Eurovision draine un public mondial estimé à environ 200 milliers de personnes – plus que le Super Bowl aux Etats-Unis – et a servi de tremplin à des stars, comme Abba et Céline Dion. L’Etat juif a participé au concours pour la première fois en 1973. Barzilai est la quatrième gagnante israélienne de la compétition.

Accueillir l’Eurovision aura un prix pour Israël. En 2015, Vienne, en Autriche, avait dépensé 31 millions d’euros, soit 135 millions de shekels, pour accueillir le spectacle et en 2012 Bakou, en Azerbaïdjan, avait payé 54 millions d’euros, ou 231 millions de shekels, les dollars des touristes ne venant compenser qu’une fraction de l’investissement.

Mais comme l’ont établi les caquètements de poule de Barzilai, les Israéliens sont probablement prêts à cracher les billets.

Une étude réalisée par l’Université hébraïque en 2001 sur les frais d’organisation versés en 1999 par Israël avait révélé un léger profit économique, mais également un développement économique supplémentaire – quoique limité – au bout du compte.

« Accueillir avec succès un événement intense en termes de médias comme celui-là peut générer un effet d’entraînement et ouvrir la porte à de futurs événements », avaient écrit les auteurs de l’étude, Aliza Fleischer et Daniel Felsenstein.

Une analyse similaire réalisée par Stephen Boyle, économiste à la Royal Bank d’Ecosse en 2016 avait également déterminé certains bénéfices – mais pas beaucoup – à accueillir ce type de manifestation.

« C’est difficile d’être concluant. Chaque ville-hôte a connu une stimulation modeste de son tourisme à court-terme et de son économie locale. Les bénéfices à long-terme sont plus difficiles à estimer mais avec plus de 180 millions de spectateurs dans le monde, l’exposition internationale et positive incluse dans l’accueil de l’événement est favorable à une augmentation spectaculaire des revenus issus du tourisme », avait-il écrit. « De plus, il y a les lauriers de la victoire et pour certains, c’est tout aussi important ».

Source: Times of Israël

(2 commentaires)

Commenter cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s