Les Etats-Unis inaugurent l’ambassade de Jérusalem

Au milieu des affrontements violents à la frontière de Gaza, les États-Unis ont ouvert une ambassade à Jérusalem ; cérémonie d’inauguration comprenant un message vidéo du président Trump, des remarques de l’ambassadeur américain Friedman, du président israélien Rivlin, du premier ministre Netanyahu et de Jared Kushner.

Les Etats-Unis inaugurent leur ambassade à Jérusalem lundi, cinq mois après que le président américain Donald Trump a rompu avec des décennies de politique étrangère américaine et reconnu la ville comme la capitale d’Israël.

“Une bonne journée pour Israël”, a twitté Trump lundi matin.

Le calendrier des événements de lundi est profondément symbolique, à la fois pour Israël et pour les Palestiniens.

Les États-Unis ont déclaré qu’ils avaient choisi cette date pour coïncider avec le 70e anniversaire de la création d’Israël.

Mais c’est aussi l’anniversaire de ce que les Palestiniens appellent leur «nakba» ou catastrophe, une référence à l’exode de centaines de milliers de personnes qui ont fui ou ont été expulsées de ce qui est maintenant Israël pendant la guerre de 1948 entourant l’indépendance d’Israël.

Les panneaux indicateurs à Jérusalem pointent vers une nouvelle ambassade (Photo: Reuters)

Le président palestinien Mahmoud Abbas a rompu les liens avec l’administration Trump et déclaré qu’il était inapte à rester dans son rôle de médiateur unique dans les pourparlers de paix.

Saeb Erekat, un proche collaborateur d’Abbas, a fustigé l’administration Trump lundi, affirmant que Trump avait violé sa promesse de suspendre le transfert de l’ambassade pour donner une chance aux pourparlers de paix et que son administration était “basée sur des mensonges”.

La paix maintenant met en place une banderole à l’extérieur de la nouvelle ambassade

Erekat a déclaré que l’administration Trump “est devenue une partie du problème, pas une partie de la solution.”

D’autres puissances majeures s’inquiètent du fait que la décision américaine pourrait enflammer les troubles palestiniens en Judée-Samarie et à la frontière de la bande de Gaza, où 45 Palestiniens ont été tués dans des affrontements violents avec tSAHAL.

Violents affrontements à Gaza avant l’ouverture de l’ambassade

Lundi a marqué la plus grande confrontation entre Tsahal et les dirigeants du Hamas à Gaza le long de la frontière instable.

C’est le point culminant d’une campagne menée par le groupe terroriste islamiste Hamas pour briser le blocus israélien et frontalier du territoire depuis dix ans.

Les dirigeants du Hamas ont suggéré qu’une violation des frontières est possible lundi, tandis qu’Israël a averti que l’armée empêcherait les manifestants de franchir la barrière quel qu’en soit le prix.

Des manifestants palestiniens à la frontière de Gaza (Photo: Reuters)

À Jérusalem, les hauts responsables de l’administration Trump ont assisté à des événements liés à l’inauguration de l’ambassade plus tard lundi.

S’exprimant lors d’une célébration organisée par l’Union orthodoxe, le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, a déclaré que c’était une «priorité de sécurité nationale» des États-Unis de déplacer l’ambassade de Tel Aviv à Jérusalem.

La délégation américaine à la cérémonie d’ouverture de l’ambassade compte 250 personnes, dont des membres du Congrès, des rabbins et des fonctionnaires de l’administration. John Sullivan, ambassadeur adjoint de Trump au Moyen-Orient Jason Greenblatt, l’ambassadeur américain David Friedman, le gouverneur de Floride Rick Scott, les sénateurs Lindsey Graham, Ted Cruz, Mike Lee et Dean Heller, et les membres du Congrès Joe Wilson et Ted Deutch .

La cérémonie d’ouverture de l’ambassade a débuté lundi à 16 heures avec environ 800 participants. Elle commencera par l’hymne américain et les remarques liminaires de l’ambassadeur Friedman, qui invitera un prêtre et un rabbin à offrir leurs bénédictions.

Le nouveau bâtiment de l’ambassade (Photo: Reuters)

La cérémonie comporte des discours de Netanyahu, Mnuchin et Sullivan, suivis d’une salutation télévisée du président Trump. La chanteuse Aveva Dese et son groupe ont interprété les chansons “Jerusalem d’Or” et “Jerusalem”.

Le panneau officiel de l’ambassade avec une plaque de dédicace pour le président Trump et le vice-président Pence sera dévoilé, suivi des discours du président Reuven Rivlin et de Jarod Kushner.

Jared Kushner et Ivanka Trump en Israël pour le déménagement de l’ambassade (Photo: Rafi Kotz)

La mezouza de l’ambassade sera apposée mercredi par l’ambassadeur Friedman.

Dans le même temps, l’ambassade d’Israël à Washington organisera un événement spécial en l’honneur du déménagement de l’ambassade et du 70ème anniversaire d’Israël. L’invité d’honneur sera le vice-président Mike Pence, qui prendra également la parole lors de l’événement.

“Jérusalem restera israélienne en vertu d’un accord de paix”

La plupart des pays disent que le statut de Jérusalem devrait être déterminé dans un règlement de paix final, et disent que le déplacement de leurs ambassades actuellement, préjugerait d’un tel accord.

S’adressant aux dignitaires du ministère des Affaires étrangères lors d’une réception dimanche, donts le secrétaire au Trésor américain Steven Mnuchin et la fille et le gendre du président, Ivanka Trump et Jared Kushner, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a exhorté les autres à suivre Washington.

“Déplacez vos ambassades à Jérusalem parce que c’est la bonne chose à faire”, a déclaré Netanyahou. “Déplacez vos ambassades à Jérusalem parce que cela fait avancer la paix, et c’est parce que vous ne pouvez pas baser la paix sur des mensonges.”

Netanyahou a déclaré que “dans le cadre de tout accord de paix que vous pourriez imaginer, Jérusalem restera la capitale d’Israël”.

Netanyahu avec l’ambassadeur américain Friedman à la réception (Photo: Ohad Zwigenberg)

Jérusalem, qui est sacrée pour les Juifs, seulement “3 ème ville sainte” pour les Musulmans et seconde après Rome pour les Chrétiens, a été décorée de parterres en bordure de route dans la conception du drapeau des États-Unis et d’affiches qui lisent: «Trump rendra Israël encore meilleur».

“Tragiquement, l’administration américaine a choisi de se rallier aux revendications exclusivistes d’Israël sur une ville sacrée depuis des siècles pour toutes les religions”, a déclaré la délégation générale de l’Organisation de libération de la Palestine aux Etats-Unis.

L’initiative de l’ambassade des États-Unis “donne vie à un conflit religieux au lieu d’une paix digne”, indique le communiqué.

Israël a déclaré que les 86 pays ayant des missions diplomatiques en Israël ont été invités au gala de réception, et 33 ont confirmé leur présence. Parmi les personnes présentes se trouvaient des délégués du Guatemala et du Paraguay, qui ouvriront leurs propres ambassades à Jérusalem plus tard ce mois-ci.Des représentants de la Hongrie, de la Roumanie et de la République tchèque étaient présents à la réunion du ministère des Affaires étrangères, mais aucun des États de l’Union de l’Europe occidentale n’a suggéré une rupture au sein du bloc au sujet de la décision de Trump à Jérusalem.

Les nations non-présentées ont refusé de commenter dimanche.

Motifs floraux à Jérusalem célébrant le déménagement de l’ambassade (Photo: Idan Arbelly)

La mission de l’UE en Israël a tweeté vendredi que le bloc “respecterait le consensus international sur Jérusalem … y compris sur l’emplacement de leurs représentations diplomatiques jusqu’à ce que le statut final de Jérusalem soit résolu”.

Le secrétaire américain au Trésor a qualifié la relocalisation de l’ambassade de “signe de l’amitié et du partenariat durables entre nos deux pays” et évoqué le retrait américain de l’accord nucléaire iranien la semaine dernière, une initiative saluée par Israël et certains alliés arabes américains dans le Golfe. mais déploré par d’autres puissances mondiales.

L’administration Trump a cherché à garder la porte ouverte à la diplomatie israélo-palestinienne en disant que la décision de l’ambassade ne visait pas à préjuger des frontières définitives de Jérusalem. Le consulat américain dans la ville, chargé de gérer les relations avec les Palestiniens, restera.

Washington n’a pas demandé à Israël d’engager des pourparlers de paix en échange de la relocalisation de l’ambassade, a déclaré vendredi l’ambassadeur des Etats-Unis, David Friedman, aux journalistes: “Il n’y avait pas de compromis avec Israël en ce qui concerne cette décision.”

Source: Ynetnews

Traduit par: JForum

Un commentaire

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s