Rivlin : Le « blocus » diplomatique contre Jérusalem a été brisé

A Yom Yeroushalayim, le président a remercié Trump pour sa « courageuse démarche » du transfert de l’ambassade dans la ville, prédisant que d’autres pays suivront l’exemple

Le Président Reuven Rivlin s’exprime lors d’une réception pour les diplomates en Israël à l’occasion du 69e anniversaire de l’indépendance du pays, à la Résidence du Président à Jérusalem, le 2 mai 2017. (Yonatan Sindel/Flash90/File)

Le président Reuven Rivlin a salué dimanche son homologue américain Donald Trump pour le transfert de l’ambassade américaine en Israël à Jérusalem, disant que cette initiative permettrait aux autres pays de vaincre leur réticence à réinstaller leurs missions dans la ville sainte.

« Suivant les Etats-Unis, les ambassades d’autres pays vont également s’installer dans notre capitale de Jérusalem. Le blocus diplomatique a été brisé et il le sera encore », a-t-il déclaré lors de l’événement officiel organisé sur la Colline des munitions à l’occasion de la Journée de Jérusalem.

Cette journée, survenue vingt-quatre heures avant l’inauguration, lundi, de l’ambassade américaine, marque la réunification de la ville après la capture par l’Etat juif de Jérusalem-Est qui se trouvait entre les mains de la Jordanie au cours de la guerre des Six jours, en 1967.

Rivlin a remercié Trump pour sa « démarche courageuse » de reconnaître Jérusalem en tant que capitale israélienne, appelant les Etats-Unis « notre plus ancien ami ».

Une affiche faisant l’éloge du président américain Donald Trump couvre une section extérieure de «l’hôtel des diplomates», à côté du consulat américain à Jérusalem, qui accueillera la nouvelle ambassade américaine le 11 mai 2018. (AFP PHOTO / THOMAS COEX)

Au cours d’une réception organisée dimanche au ministère des Affaires étrangères fêtant la relocalisation de l’ambassade américaine à Jérusalem, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a estimé que Trump écrivait une nouvelle page de l’histoire en reconnaissant Jérusalem comme capitale de l’Etat juif et a appelé les responsables du monde entier à suivre l’exemple de Washington et a installer leurs missions au sein de la capitale israélienne.

Remerciant la délégation américaine à Jérusalem pour l’ouverture de l’ambassade, prévue lundi, Netanyahu a indiqué qu’il n’y « avait pas de plus grands partisans d’Israël à la surface de la terre ».

Il a ajouté que « demain sera une journée historique pour notre peuple et pour notre Etat. La décision prise par le président Trump d’installer l’ambassade à Jérusalem affirme une vérité formidable et si simple : Jérusalem a été la capitale du peuple juif au cours des trois mille dernières années. Jérusalem est la capitale de notre Etat depuis les 70 dernières années. Et elle restera notre capitale éternelle ».

Netanyahu a ensuite expliqué pourquoi il pensait que les autres nations devaient également relocaliser leurs missions à Jérusalem, disant : « Installez vos ambassades à Jérusalem, parce que c’est ce qu’il faut faire. Et installez vos ambassades à Jérusalem… Parce que cela fera avancer la paix et cela parce qu’on ne peut pas fonder une paix sur des fondations construites sur des mensonges. On fonde la paix sur des fondations de vérité. Et la vérité est que non seulement Jérusalem est la capitale du peuple juif depuis des millénaires, et la capitale de notre état depuis sa création. La vérité est que sous les termes de n’importe quel accord de paix qu’il soit possible d’imaginer, Jérusalem restera la capitale d’Israël ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de la réception officielle organisée à l’occasion de l’ouverture de l’ambassade américaine au ministère des affaires étrangères de Jérusalem, le 13 mai 2018 (Crédit : AFP PHOTO / Gali Tibbon)

Saluant la délégation, avec à sa tête le vice-secrétaire d’Etat américain John J. Sullivan et le secrétaire d’Etat au trésor Steven Mnuchin, Netanyahu a également réservé « un accueil particulier à Jared Kushner et à son épouse Ivanka. Cela fait 25 ans que je connais Jared. Il y a un lien spécial entre nos familles ».

Le ministère des Affaires étrangères avait invité 86 ambassadeurs étrangers en Israël à se joindre à l’événement, vingt-quatre heures avant le transfert officiel. Environ 40 d’entre eux avaient annoncé leur présence, avait fait savoir samedi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Emmanuel Nahshon, notamment l’Autriche, la république tchèque, la Roumanie et la Hongrie – quatre pays ayant rompu avec un consensus européen sur la participation à cet événement.

Netanyahu a également remercié les gouvernements du Guatemala et du Paraguay pour avoir choisi de transférer leurs missions à Jérusalem, ajoutant que d’autres suivraient ce mouvement mais que « nous ne dirons pas qui parce que c’est un secret d’Etat ».

Environ 800 invités sont attendus lors de l’inauguration, lundi, de l’ambassade américaine. Représentant les Etats-Unis lors de cette ouverture, Jared Kushner, Ivanka Trump, Sullivan, Mnuchin, et le représentant spécial pour les négociations internationales de Trump, Jason Greenblatt. L’ambassadeur américain David Friedman présidera cette cérémonie.

Ivanka Trump et Jared Kushner à la cérémonie de bienvenue du ministère des Affaires étrangères pour l’ambassade américaine, le 13 mai 2018 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le Premier ministre a présenté à Friedman une version encadrée de l’ordonnance présidentielle annonçant la reconnaissance de Jérusalem en tant que capitale d’Israël.

Trump a annoncé le 6 décembre 2017 qu’il reconnaissait Jérusalem comme capitale d’Israël et qu’il y déplacerait l’ambassade américaine depuis Tel Aviv.

Le développement avait ravi le gouvernement israélien mais entraîné la colère des Palestiniens qui veulent la partie orientale de la ville comme capitale de leur futur état.

La majorité des pays européens ont critiqué l’initiative de Trump, disant qu’elle n’était pas conforme au consensus international et préférant attendre, pour une éventuelle reconnaissance de la municipalité, la résolution de la question du statut de Jérusalem via des négociations avec les Palestiniens.

Source: Times of Israël