Gaza : le poignant témoignage d’un soldat israélien : « j’ai tout vu »

J’ai vu des centaines de Palestiniens, la haine dans les yeux, essayer de traverser la barrière dans l’espoir de me lyncher. 

«Je viens de rentrer à la base dormir un peu avant d’y retourner… Je suis tellement écœuré par la France, j’ai tellement envie de vomir quand je lis les articles… aujourd’hui, j’y étais, j’étais à la barrière de Gaza, j’ai tout vu. J’ai vu les Palestiniens manifester « pacifiquement » je les ai vus me jeter des pierres, non pas avec les mains, mais avec des frondes.

Un enfant palestinien court avec un pneu lors d’affrontements avec les forces israéliennes le long de la frontière avec la bande de Gaza à l’est de la ville de Gaza, le 4 mai 2018 (AFP PHOTO / MAHMUD HAMS)

J’ai vu des enfants de 10 ans, au milieu de la fumée provoquée par les pneus brûlés, du gaz, dans l’espoir d’être blessé pour pouvoir m’accuser.

J’ai vu un homme, qui aurait pu être mon grand-père, peut-être 80 ans, pousser les femmes et les enfants vers la barrière avec des pierres, dans l’espoir qu’un d’entre eux soit tué

J’ai vu des centaines de Palestiniens, la haine dans les yeux, essayer de traverser la barrière dans l’espoir de me lyncher, de me kidnapper, ou de faire un attentat dans une des villes derrière moi

J’ai vu un Palestinien essayer de me tirer dessus avec une Kalashnikov,

J’ai vu les Palestiniens essayer de transporter par le biais de cerfs volants, des explosifs, des cocktails Molotov, où des objets enflammés dans le but de m’atteindre, d’atteindre des civils, ou brûler ma Terre…

Et moi avant ça, je les ai prévenus, j’ai envoyé des tracts dans tout Gaza pour leur demander de ne pas faire ça, j’ai passé en boucle au microphone un enregistrement, en arabe, pour leur demander de ne pas faire ça, je les ai presque suppliés de ne pas m’obliger à tirer sur eux, mais eux l’ont quand même fait… et pire, m’ont envoyé leurs femmes et les enfants…

Et après tout ça, c’est eux qui « manifestent pacifiquement » et moi le terroriste.»

Ce témoignage* ne sera pas publié dans les médias français qui rapportent les événements.

Je m’interroge, je ne sais pas pourquoi. Les médias ne sont-ils pas neutres ? Dans journalisme d’information, il y a le mot information, pas désinformation.

Les journalistes font témoigner des Palestiniens, ils interrogent des Israéliens d’extrême gauche anti-israéliens, jamais des Israéliens pro-Israéliens.

Les témoignages de soldats israéliens qui dénoncent l’armée israélienne sont partout, jamais ceux de soldats israéliens qui décrivent la barbarie des islamistes de Gaza.

Pourquoi ?

J’ai trouvé la réponse, elle m’a été apportée par le Nouvel Obs.

Hadrien Gosset-Bernheim, correspondant de l’Obs en Israël, explique comment l’envoyé spécial du Monde en Israël rapporte l’information :

« mon confrère du Monde, Piotr Smolar… [qui] pond des articles systématiquement hostiles à Israël… a dépassé toutes les limites de la dégueulasserie »

Ce conflit est si complexe, comment les journalistes peuvent-ils le faire comprendre aux Français en appliquant un tel parti-pris ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.