Nucléaire iranien: prémices d’un nouvel accord ?

Ce texte pourrait convaincre le président américain de lever les sanctions contre l’Iran

Des diplomates d’Europe, de Chine et de Russie seraient actuellement en train de travailler sur un nouvel accord visant à offrir à l’Iran une aide financière afin de freiner le développement et l’ingérence des missiles balistiques dans la région, dans l’espoir de sauver le traité de non-prolifération nucléaire de 2015, a rapporté dimanche l’édition du weekend du Die Welt.

Selon le Welt am Sonntag, qui cite des hauts responsables de l’UE, les officiels se réuniront à Vienne la semaine prochaine sous la houlette de la diplomate européenne Helga Schmid pour discuter du programme à venir suite à la décision, le 8 mai dernier, du président américain Donald Trump de se retirer de l’accord nucléaire de 2015 avec l’Iran.

Si l’Allemagne, la France, la Grande-Bretagne, la Russie et la Chine pourraient être présents à cette réunion, ce ne serait pas le cas des Etats-Unis. Il n’est pour le moment pas clair si l’Iran participera également à cet entretien.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, lors d’une réunion à Bruxelles sur l’accord nucléaire iranien, le 11 janvier 2018
JOHN THYS (AFP)

Dans le cadre de l’accord de 2015, Téhéran a accepté de limiter son programme nucléaire en échange de la levée de la plupart des sanctions occidentales. L’une des principales plaintes de l’administration Trump était que l’accord ne couvrait pas le programme de missiles de l’Iran ni son soutien aux groupes armés au Moyen-Orient, considérés par l’Occident comme terroristes.

Selon le journal allemand, conclure un nouvel accord qui maintiendrait les dispositions nucléaires et freinerait les efforts de développement des missiles balistiques et les activités de Téhéran dans la région pourrait aider à convaincre le président américain de lever les sanctions contre l’Iran.

« Nous devons abandonner le nom ‘Accord nucléaire de Vienne’ et y ajouter quelques éléments supplémentaires. Seul cela pourra convaincre le président Trump d’accepter et de lever à nouveau les sanctions », a déclaré un haut diplomate européen.

Le ministère allemand des Affaires étrangères n’a pas fait de commentaires à ce sujet dans l’immédiat.

Le chef de l’énergie de l’Union européenne a cherché à rassurer l’Iran samedi, indiquant que le bloc des 28 membres restait engagé dans le sauvetage de l’accord nucléaire ainsi que dans le renforcement du commerce avec Téhéran.

Des responsables de l’UE, de l’Allemagne et d’autres pays qui restent attachés à l’accord ont déclaré que cela serait désastreux si leurs efforts ne permettaient pas de sauver ce traité conclu avec Téhéran.

L’Iran a jusqu’ici peiné à profiter des avantages financiers de l’accord de Vienne, en partie à cause des sanctions unilatérales prononcées par les Etats-Unis, qui ont dissuadé les principaux investisseurs occidentaux de faire des affaires avec Téhéran.

Les responsables sont à la recherche d’une nouvelle approche, étant donné qu’il serait difficile pour les entreprises européennes de contourner les nouvelles sanctions américaines, a rapporté le Welt am Sonntag ce weekend.

Ce nouveau texte pourrait promettre des milliards de dollars d’aide financière à l’Iran, dans la continuité d’un accord de l’UE qui avait fourni une allocation similaire à la Turquie pour accueillir des millions de migrants et fermer ses frontières, l’aidant à mettre fin à la crise migratoire de 2015.

Si les pourparlers entre l’Iran et les puissances européennes sur la manière de sauver l’accord de 2015 sont bien entamés, le ministre des Affaires étrangères, Mohammed Javad Zarif, a indiqué que leur réussite dépendrait beaucoup de ce qui se passerait dans les prochaines semaines…

Source: i24 News