Durant son voyage en Jordanie, en Israël et en Cisjordanie, le duc de Cambridge rencontrera Netanyahu, Rivlin et Abbas – et pourrait se faire tatouer dans la Vieille Ville

A l’occasion de la toute première visite en Israël d’un membre de la famille royale de la Grande-Bretagne, le prince William arrivera à Tel Aviv le lundi 25 juin, a annoncé le palais de Kensington dans la matinée de vendredi.

Prince William, Duc de Cambridge commémore l’attentat du Manchester Arena, à Manchester le 22 mai 2018. (Crédit : AFP / Oli SCARFF)

A part Israël, le duc de Cambridge se rendra également en Jordanie et dans les territoires palestiniens. « Cette visite est effectuée à la demande du gouvernement de Sa Majesté et a été bien accueillie par les autorités israéliennes, jordaniennes et palestiniennes », a dit le communiqué.

Le prince William, deuxième dans l’ordre de succession au trône, démarrera sa tournée en Jordanie le 24 juin, avant de se rendre à Tel Aviv, en Israël, le 25 juin. Le 26 juin, il sera à Jérusalem et le 27 juin à Ramallah, en Cisjordanie.

Mardi, il rencontrera des responsables à Jérusalem et à Tel Aviv, selon le palais de Kensington. Il continuera à assister à des réunions dans les deux villes israéliennes mercredi et effectuera également une visite rapide à Ramallah. Le voyage se terminera jeudi avec des rendez-vous à Jérusalem.

Aucun détail sur ces rencontres n’a encore filtré.

« Les détails du programme de son altesse royale seront annoncés en temps utile », a fait savoir le palais.

Esquissant son itinéraire possible, le Britain Israel Communications and Research Centre, connu sous le nom de BICOM, a indiqué que la visite sera probablement un mélange de rencontres officielles, d’histoire familiale et de religion.

« Bien que l’itinéraire pour le voyage n’ait pas été finalisé, il est probable que le duc de Cambridge rencontrera un ministre du gouvernement israélien lors de son arrivée à l’aéroport Ben-Gurion pour une courte cérémonie d’accueil », a écrit le groupe dans un communiqué.

« William aura une réunion, potentiellement un déjeuner ou un dîner, à la résidence du Premier ministre ; une réunion formelle avec le président Rivlin ; une visite à Yad Vashem avec une cérémonie officielle, et un déplacement probable sur le mont des Oliviers sur le tombeau de la mère du prince Philip et peut-être sur le mémorial britannique de guerre sur le mont Scopus. Il pourrait également arranger un événement lié à la société civile ou à la coexistence. »

Le prince devrait visiter certains lieux saints de la Vieille Ville de Jérusalem, comme la cathédrale anglicane St. George qui a été établie en 1899 et d’autres sites « même si ces déplacements auront probablement lieu dans le cadre d’une ‘tournée privée’ « , selon le BICOM.

Une visite privée permet aux dignitaires de se rendre sur les sites de la Vieille Ville, située de l’autre côté de la ligne verte à Jérusalem-Est, tout en évitant le problème épineux lié à la souveraineté en étant accompagné d’un responsable. Le déplacement du président américain Donald Trump au mur Occidental et à l’église du Saint Sépulcre, l’année dernière, avait été officiellement organisé en tant que visite privée.

La cathédrale anglicane de St. George, à Jérusalem-Est (Crédit : Shmuel Bar-Am)

C’est aussi une visite officielle inédite d’un membre de la monarchie dans les Territoires palestiniens.

« Durant le temps qu’il passera en Cisjordanie, le prince aura un rendez-vous formel avec Abbas et il visitera probablement Bethléem, et potentiellement l’église de la nativité », a dit le communiqué.

L’ambassadeur britannique en Jordanie, Edward Oakden, a dit que le voyage de William en Jordanie sera une opportunité « forte » de renforcer les liens historiques entre les deux pays, ajoutant que le prince rencontrera des hauts-responsables dans ce qu’il a qualifié de visite « apolitique », selon le BICOM.

La reine Elizabeth et le prince Philip avaient passé cinq jours en Jordanie en 1984, mais ils n’étaient jamais allés en Israël ou sur les territoires palestiniens.

En effet, aucun membre de la famille royale n’est jamais venu officiellement en Israël et personne ne s’est rendu officiellement en terre sainte depuis les années 1880, même si les princes Philip, Charles et Edward ont tous accompli des visites privées en Israël, a noté le BICOM.

La dernière visite royale remonte à 2016, lorsque le Prince Charles — le père de William — s’était rendu aux funérailles de l’ancien président Shimon Peres et qu’il était allé se recueillir le tombeau de sa grand-mère sur le mont des Oliviers à Jérusalem.

Jeudi, Charles a été l’invité d’honneur lors des fêtes du 70ème anniversaire d’Israël, jeudi, au prestigieux Royal Albert Hall.

A la fin du 19ème siècle, trois princes britanniques — Albert Edward, Albert Victor et George — s’étaient rendus en Terre sainte, qui faisait partie à l’époque de l’empire Ottoman. Les trois s’étaient fait tatouer la croix de Jérusalem sur le bras.

Les tatouages avaient été offerts par la famille Razzouk, un chrétien copte qui était venu à Jérusalem en 1750 pour tatouer les pèlerins et qui dirige toujours l’atelier de tatouage le plus connu de la Vieille Ville.

William pourrait suivre les pas de ses ancêtres et se faire faire également un tatouage, ont spéculé certains.

La visite de William avait été la première fois annoncée au mois de mars, même si aucun détail n’a été diffusé.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait salué l’annonce à ce moment-là.

« C’est une visite historique, la première en son genre, et il sera accueilli ici avec une grande affection », avait ajouté Netanyahu. « J’ai ordonné au directeur-général du ministère des Affaires étrangères de coordonner les préparations pour sa visite, pour garantir sa réussite ». Le président Reuven Rivlin avait dit que lui et son épouse Nechama étaient « heureux » d’apprendre la nouvelle et qu’ils étaient impatients d’accueillir le Prince William.

« Un invité très spécial et un cadeau très spécial pour le 70e anniversaire de notre Indépendance », avait-il écrit sur Twitter.

Le président de l’AP Mahmoud Abbas a également salué « cette visite importante, qui, nous l’espérons, contribuera au renforcement des liens d’amitié entre les deux peuples ».

La visite a également été applaudie par le président du Board of Deputies of British Jews, Jonathan Arkush.

« Nous sommes très heureux qu’en cette année du 70e anniversaire d’Israël, le duc de Cambridge effectue la première visite royale dans le pays », a déclaré Arkush dans un communiqué.

« C’est quelque chose que j’appelle de mes voeux depuis longtemps. Cette visite est le témoignage du fait que le Royaume-Uni et Israël sont des alliés essentiels avec une forte relation commerciale et des liens culturels étroits. Cette visite rapprochera nos deux nations encore davantage », a-t-il ajouté.

Source: Times of Israël

Commenter cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s