Jésus a enduré le rejet à notre place afin que nous soyons, comme lui, accueillis auprès du Père.

Il y a quatre étapes à suivre si vous voulez vivre l’acceptation de Dieu. La première chose c’est de pardonner à quiconque vous a rejeté ou fait du mal d’une quelconque manière. Jésus nous a instruits: «Et, lorsque vous êtes debout faisant votre prière, si vous avez quelque chose contre quelqu’un, pardonnez, afin que votre Père qui est dans les cieux vous pardonne aussi vos offenses.» (Marc 11:25)

Cette affirmation englobe tout à la fois: si vous avez quoi que ce soit contre quelqu’un, pardonnez, ensuite Dieu vous pardonnera. Mais si vous ne pardonnez pas aux autres, Dieu ne vous pardonne pas. Ce principe s’applique particulièrement à nos attitudes envers nos parents, qui sont le plus communément à l’origine du problème de rejet. Les vies changent à partir du moment où les gens réalisent qu’ils ont l’obligation scripturaire d’honorer leurs parents. Ephésiens 6:2 dit: «Honore ton père et ta mère (c’est le premier commandement avec une promesse)». Ce qui ne veut pas dire que vous ignoriez leurs fautes dans l’absolu, mais vous devez leur pardonner et décider de les honorer autant qu’il vous est possible. Je n’ai jamais rencontré de personne ayant une mauvaise relation avec ses parents qui soit vraiment bénie et prospère. Deuxièmement, il vous faut renoncer à tous les mauvais fruits du rejet: l’amertume, le ressentiment, la haine et la rébellion. Ces attitudes sont empoisonnées, elles vont infecter votre vie entière. Elles vont causer des problèmes émotionnels profonds et probablement aussi des problèmes physiques. Vous ne pouvez pas vous permettre d’entretenir ce genre de pensées. Repoussez-les loin de vous, par une ferme décision de votre volonté. Dites avec conviction: «Je renonce à l’amertume, au ressentiment, à la haine et à la rébellion.» On dit souvent aux gens qui se relèvent de l’alcoolisme «le ressentiment est un luxe que vous ne pouvez plus vous permettre.» C’est une vérité. Aucun d’entre nous ne peut se permettre d’abriter du ressentiment. Son effet est toxique.

Merci Jésus, pour ton œuvre sur la croix. Je pardonne toute personne m’ayant rejeté, et j’abandonne l’amertume, le ressentiment, la haine et la rébellion. Je proclame que Jésus a enduré le rejet à ma place pour me permettre d’être, comme lui, accueilli auprès du Père. Amen.

Derek Prince

Commenter cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s