De nouvelles alertes à la roquette ont retenti mardi soir dans le sud du pays à Ashkelon, Netivot et Avshalom de même que des explosions ont été entendues dans ces localités.

Peu de temps après, le Hamas et et le Djihad islamique ont annoncé qu’un cessez-le-feu entrera en vigueur à partir de minuit grâce à la médiation égyptienne tandis que cette information qui a aussitôt été démentie par Israël.

En outre, l’armée a visé dans la soirée de mardi des cibles à Gaza en représailles à de nouveaux tirs de roquettes et d’obus.

Elle a également frappé le même jour des dizaines de cibles dans la bande de Gaza en représailles à des tirs de roquettes et d’obus survenus dans la matinée.

Trois soldats israéliens ont été blessés par les tirs, un modérément et deux légèrement, et ont été évacués, a dit l’armée. Aucune victime n’a été rapportée côté palestinien.

Celui-ci fait resurgir le spectre d’un nouveau conflit dans l’enclave coincée entre Israël, l’Egypte et la Méditerranée, qui a connu depuis 2008 trois guerres entre Israël d’une part, le mouvement islamiste Hamas et ses alliés, dont le Djihad islamique, de l’autre.

L’armée israélienne a affirmé ne pas vouloir l’escalade, mais a accusé le Hamas, qui gouverne l’enclave, de la chercher et s’est déclarée prête à la riposte.

Les bras armés du Hamas et du Djihad islamique ont d’ailleurs publié un communiqué commun pour revendiquer la responsabilité des tirs contre Israël, réponse selon eux à de récentes attaques israéliennes contre leurs positions dans Gaza.

Ces « crimes ne peuvent en aucun cas être tolérés », écrivent-ils. Cependant, ils laissent leurs intentions sujettes à interprétation, déclarant « toutes les options sont ouvertes ».

Le territoire israélien a essuyé pendant la journée son « plus important barrage de tirs d’obus de mortier et de roquettes » depuis 2014, a indiqué un porte-parole de l’armée, le lieutenant-colonel Jonathan Conricus.

Le système de défense anti-aérienne « dôme de fer » a intercepté environ 25 projectiles, a-t-il précisé. En représailles, Israël a apporté « la réplique la plus importante depuis 2014 », son aviation et son artillerie frappant plus de 35 positions dans l’enclave.

Selon un communiqué de l’armée, environ 70 roquettes et obus ont été tirés à partir de Gaza, dont certains « ont été identifiés comme de fabrication iranienne ».

L’armée a par ailleurs détruit un tunnel, le 10e depuis octobre 2017 selon elle, qui s’enfonçait à partir du sud de l’enclave en Egypte et, de là, revenait 900 mètres en territoire israélien.

La marine israélienne a en outre arraisonné au large de la bande de Gaza un bateau transportant une vingtaine de protestataires palestiniens qui avaient pris la mer pour dénoncer le blocus -terrestre, aérien, mais aussi maritime- imposé depuis plus de 10 ans par Israël à la bande de Gaza.

Source: i24 News

Commenter cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s