De nombreux chrétiens qui vivent aujourd’hui aimeraient penser que, comme Jésus, ils sont “émus de compassion.” Pendant le temps qu’Il a passé sur Terre, Jésus a été l’incarnation de la compassion de Dieu. L’Écriture dit fréquemment que Christ a été “ému de compassion” à cause de la souffrance du peuple. Et si c’était le cas au premier siècle, combien doit être grande la compassion dans le cœur de notre Seigneur, maintenant.

La Bible nous dit que “Ses compassions ne sont pas à leur terme” (Lamentations 3:22). “Mais toi, Seigneur, tu es un Dieu miséricordieux et compatissant, Lent à la colère, riche en bonté et en fidélité” (Psaumes 86:15).

La compassion, c’est davantage que la pitié ou la sympathie, c’est davantage que d’être ému aux larmes ou touché émotionnellement. Et c’est davantage que parler du mal qui se cache derrière des crimes horribles. La compassion, c’est de la pitié et de miséricorde, accompagnée d’un désir de changer les choses. Des sentiments réellement compatissants nous poussent à faire quelque chose.

C’est illustré par la compassion que Jésus a manifestée dans les évangiles. A un moment, Il est parti dans le désert pour prier. Mais la foule a découvert l’endroit où Il se trouvait. Ils l’ont suivi et, dans leur désespoir, ils Lui ont amené leurs paralytiques, leurs aveugles, leurs mourants et leurs possédés. Et qu’a fait Jésus ? La Bible nous dit : “Quand il sortit de la barque, il vit une grande foule, et fut ému de compassion pour elle, et il guérit les malades” (Matthieu 14:14). Voilà un exemple de compassion.

Si Jésus avait été empêtré dans notre façon de penser moderne, Il aurait peut-être rassemblé Ses disciples pour une réunion du comité ou tenter d’analyser le problème. Ou Il aurait pu dire : “Je suis vraiment fatigué et J’ai besoin de parler à Mon Père. Je ressens votre souffrance. Les disciples et Moi-même allons prier pour vous. Maintenant, allez en paix.”

Mais Jésus a fait plus que parler. Ses sentiments de pitié et de sympathie l’ont poussé à agir. Il a dit : “Je ferai tout ce qui est possible pour faire une différence.”

Prenons garde de ne pas laisser notre cœur s’endurcir face aux besoins de ceux qui nous entourent.

David Wilkerson

Commenter cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s