Le chancelier autrichien en visite en Israël

Pas de commentaire

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz arrive dimanche en Israël, marquant ainsi son premier voyage dans l’Etat hébreu depuis qu’il a formé une coalition avec le parti d’extrême-droite FPÖ.

Selon son agenda diplomatique, le dirigeant autrichien doit rencontrer le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, et intervenir lundi au forum de l’American Jewish Committee (AJC).

M. Kurz débutera son déplacement par une visite dimanche en début de matinée du mémorial national de la Shoah, Yad Vashem, à Jérusalem, accompagné du président du musée, Avner Shalev.

Le chancelier se rendra ensuite au Mémorial des enfants et accédera aux archives du musée, la plus grande banque de données relative à la Shoah. Sur place, il signera un « accord de principe » garantissant à Yad Vashem l’accès aux Archives d’Etat autrichiennes qui se trouvent au Mémorial de Mauthausen, et la permission de copier des documents en lien avec la Shoah.

Le mois dernier, Sebastian Kurz s’était rendu aux cérémonies organisées à Mauthausen pour commémorer la libération du camp de concentration mis en place par le régime d’Hitler; les ministres du parti d’extrême droite autrichien FPÖ y étaient persona non grata.

Des cérémonies se déroulent chaque année sur le site de cet ancien camp nazi du nord de l’Autriche où cent mille prisonniers ont trouvé la mort.

« L’Autriche a la responsabilité historique de ne jamais oublier les horribles crimes de l’Holocauste et s’engage pour la sécurité d’Israël et de ses citoyens », avait déclaré le chancelier sur Twitter, annonçant par ailleurs sa venue en juin dans l’Etat hébreu.

« Nous soutenons activement la vie juive dans notre pays et luttons contre toute forme d’antisémitisme. Ce n’est que si les Juifs peuvent vivre sans restriction dans la paix, la liberté et la sécurité, que [le leitmotiv] ‘ne jamais oublier’ peut également se transformer en ‘plus jamais cela’ », avait-il ajouté.

L’Autriche est gouvernée depuis fin 2017 par une coalition formée de la droite conservatrice ÖVP et du parti FPÖ, une formation née après la Seconde guerre mondiale et qui compte d’anciens nazis parmi ses fondateurs. Ce rapprochement avait suscité l’inquiétude des grandes organisations juives dans le monde, ainsi que la méfiance du gouvernement israélien.

Le gouvernement de Benyamin Netanyahou avait alors fait savoir qu’il continuerait à collaborer avec les responsables des trois ministères dirigés par les leaders d’extrême droite autrichiens mais qu’il ne dialoguera pas directement avec ces derniers.

Source: i24 News

Publicités

Commenter cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s