Bilderberg 2018

Le « grand frère » d’Orwell dans un monde « post-vérité ».

Le groupe Bilderberg a été formé en 1954 par de puissantes familles bancaires internationales comme les Rockefeller et les Rothschild, ainsi que par les chefs des familles royales à travers l’Europe, les membres de l’élite et les dirigeants des multinationales les plus puissantes du monde.

L’agenda secret de Bilderberg était la création de l’Union Européenne, de l’OTAN, d’un gouvernement mondial, d’un système économique et d’une religion mondiale.

Plusieurs années avant la création du groupe Bilderberg, en 1946, le président Donald John Trump est né dans le Queens, à New York.

Aujourd’hui, le plan de Donald Trump est de « rendre l’Amérique encore plus grande », de renégocier les traités commerciaux qui renforcent la classe ouvrière et la classe moyenne américaine, de rétablir nos frontières nationales avec une politique d’immigration équitable, d’accueillir et de protéger les chrétiens par l’intermédiaire de politiques nationales et domestiques, et de renforcer la Constitution et la Charte des Droits.

À bien des égards, les objectifs de Donald Trump sont à l’opposé du groupe Bilderberg et des mondialistes, et c’est pourquoi ils le considèrent comme la plus grande menace pour leur système technocratique et féodal.

Dans notre best-seller FaithWords/Hachette, Trumpocalypse : Le président de la fin des temps, une bataille contre l’élite mondialiste et le compte à rebours vers l’Armageddon, écrit par Troy Anderson, journaliste d’investigation récipiendaire d’un Prix Pulitzer et ancien journaliste du Los Angeles Daily News et moi-même, nous expliquons pourquoi les élites considèrent Donald Trump comme leur plus grande menace et nous révélons le grand secret derrière la vie de Donald Trump qui l’a empêché de se vendre comme tant d’autres milliardaires et membres de l’élite pour qu’il puisse, en tant que président, tenter de « rendre l’Amérique encore plus grande », pas seulement un slogan de marketing, mais de son cœur.

Commençons tout d’abord en jetant un coup d’œil à l’agenda de la conférence top-secrète des Bilderberg qui a eu lieu ce mois-ci à Turin, en Italie.  L’agenda publié pour Bilderberg 2018 est :

•                           Le populisme en Europe
•                           Le défi de l’inégalité
•                           L’avenir du travail
•                           Intelligence artificielle
•                           Les États-Unis avant le mi-terme
•                           Libre échange
•                           Le leadership mondial des États-Unis
•                           Russie
•                           L’informatique quantique
•                           Arabie Saoudite et Iran
•                           Le monde « post-vérité »
•                           Les événements actuels

Le monde « post-vérité »

Un des sujets les plus troublants qui a été discuté par l’élite mondialiste au Bilderberg 2018 est « le monde post-vérité ».

Les discussions de Bilderberg 2018 sur la « post-vérité » se concentreront sur la façon dont l’élite mondialiste à travers la conférence Bilderberg, le Conseil des relations étrangères et la Commission trilatérale utilisera la science, la technologie et la propagande pour détruire ce qu’ils appellent les « fausses nouvelles » qui, dans la plupart des cas, signifie la vraie nouvelle, ou les médias alternatifs, qui communiquent la vérité et les faits basés sur des preuves.

Les médias traditionnels sont contrôlés par une poignée de sociétés mondialistes et ont créé le terme de propagande « fausses nouvelles » pour faire taire les médias alternatifs et les empêcher de révéler les mensonges de l’élite.  Mais, avec l’aide de Donald Trump pendant sa campagne électorale, le terme « fausses nouvelles » s’est retourné contre eux et est devenu le label pour la plupart des médias traditionnels.

« La police de la pensée », « les crimes de la pensée » et les discours haineux

L’élite mondialiste veut contrôler totalement tous les systèmes de croyances, toutes les opinions, tout le flux d’information et toutes les pensées de ce que le romancier George Orwell a appelé « La Police de la Pensée ».  Dans le livre de 1984 d’Orwell, « La Police de la Pensée » était dirigée par un dictateur totalitaire appelé « Grand Frère ».

Il est intéressant de noter que les médias traditionnels aux États-Unis, à toutes fins pratiques, ont ignoré le Bilderberg 2018 à Turin, en Italie, comme ils le font chaque année.  La propagande de la conférence Bilderberg est orwellienne dans tous les sens du terme.  Par le biais des médias traditionnels et des autres institutions qu’ils contrôlent, le groupe Bilderberg est le maître de la « Double Pensée » d’Orwell, en accusant les gens de « crimes de pensée »en les accusant de consommer les « fausses nouvelles », de l’utilisation de paroles non politiquement correctes, etc…

Toutes les discussions du groupe Bilderberg sur le monde de la « post-vérité » viennent directement d’Orwell 1984 et sont un exemple de la « Double Pensée ». La Double Pensée signifie le pouvoir de tenir deux croyances contradictoires dans son esprit simultanément et d’accepter les deux.

D’autres termes de contrôle de l’esprit de 1984 comprennent : « La guerre c’est la paix.  La liberté c’est l’esclavage.  L’ignorance c’est la force ».  Chacune de ces phrases représente des contradictions complètes, mais, elles sont acceptées comme vérité par l’inconscient.

Si votre esprit fonctionnait comme Dieu l’a créé, alors, l’idée de tenir en même temps deux croyances complètement contradictoires dans votre esprit que vous rejetteriez totalement comme étant irrationnelle, mais si vous êtes le produit d’être scientifiquement abruti par les médias et le système éducatif, en commençant à l’école maternelle, votre cerveau ne serait pas neurologiquement capable de percevoir cela comme absurde.

Encore une fois, Orwell a écrit son livre 1984, en 1949, et pourtant il avait accès à la connaissance sur les technologies futuristes des sociétés et la science moderne du contrôle de l’esprit.  Par exemple, Orwell a écrit au sujet d’un            « grand gouvernement » qui mène une surveillance massive sur ses citoyens en les regardant et en les écoutant à travers leurs téléviseurs.  La grande majorité des Américains aujourd’hui ont peu ou pas la moindre idée que la surveillance massive est possible grâce à leurs téléviseurs, et s’ils y pensent, ils pensent que c’est devenu réalité avec l’avènement des téléviseurs HD à écran plat numérique.

Orwell avait compris comment un gouvernement totalitaire doit utiliser la surveillance massive pour espionner ses gens et le rôle que joue la technologie. Une des citations les plus célèbres d’Orwell en 1984 est « Grand Frère vous regarde ».

Grand Frère vous regarde

Un des principaux objectifs de la technologie de surveillance massive, qui fonctionne actuellement par Internet, les médias sociaux, les téléviseurs, les téléphones cellulaires, les ordinateurs portables et autres, et de nombreux autres appareils électroniques qui impliquent des technologies de surveillance massive, est d’appliquer la réalité que vous êtes constamment surveillé, alors, vous feriez mieux de penser et d’agir exactement comme vous êtes programmés.

Orwell a écrit : « L’orthodoxie signifie ne pas penser, ne pas avoir besoin de penser.  L’orthodoxie est l’inconscience ».  C’est ce que « Grand Frère » a utilisé en 1984, où la « Police de la Pensée » limite la pensée des gens à des mots « politiquement corrects », et si vous dites quelque chose en dehors de cette boîte à chaussures de la conscience, vous êtes puni de plusieurs façons.

C’est de cette manière que nos médias et notre culture fonctionnent avec des choses comme le « réchauffement climatique », qui s’est avéré être faux, alors, ils l’ont changé en « changement climatique ».

Aldous Huxley, un des principaux leaders intellectuels du contrôle des masses par le contrôle de la pensée scientifique et l’auteur de Brave New World, a évoqué la « dictature scientifique » dans laquelle l’élite mondialiste a le droit de transformer les gens ordinaires et leurs enfants en esclaves par le contrôle de l’esprit scientifique et les améliorations génétiques.  Alors que Aldous Huxley donnait une conférence à un congrès de neuropsychiatres à l’Université de Californie, à Berkley, en 1961, il déclara ouvertement que « dans une dictature scientifique vraiment efficace, les gens ne sauront même pas qu’ils sont des esclaves et qu’ils apprendront à aimer leur esclavage ou leur servitude » grâce au contrôle et à la programmation de l’esprit scientifique.  C’est ce que proposait le roman de Aldous Huxley, Brave New World.

Ne vous y trompez pas, les mondialistes et Bilderberg intensifient leur guerre totale contre la vérité à travers la science de la persuasion et du contrôle mental visant à contrôler les récits globaux, ce qui signifie censurer, détruire et supprimer les programmes d’information alternatifs et supprimer leur contenu sur les médias sociaux.

L’élite mondialiste, Bilderberg, le Conseil des Relations Étrangères et les institutions globales au pouvoir créent ce que l’auteur de science fiction et chef des renseignements militaires pour la Grande-Bretagne, HG Wells, appelle le        « cerveau mondial ».  L’importante chose est que les récits générant les voies neurologiques du « cerveau mondial » sont créés par ce que le leader nazi Adolf Hitler a appelé « Le Grand Mensonge ».

Élite créant le paradis illusoire de « Babylone » par la guerre totale contre la vérité

Aujourd’hui, l’élite mondialiste utilise la technologie, le contrôle de l’esprit scientifique et l’intelligence artificielle pour créer un paradis illusoire, ou une     « Babylone », le tout construit sur une guerre totale contre la vérité.

Ce n’est pas par hasard que Wells a personnellement formé et embauché Julian Huxley, qui était le premier chef de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture et a développé un programme éducatif mondial pour endoctriner les masses.  Wells a également formé Aldous Huxley qui a écrit Brave New World et développé le concept de la dictature scientifique.

La « dictature scientifique » est fondée sur le principe que vous pouvez programmer les masses via les médias en utilisant le contrôle de l’esprit scientifique et la propagande.

Il est intéressant que sur la couverture des Beatles, le 2 juin 1967, l’album du Sergeant Pepper Lonely Hearts Club présente ce qui semble être les héros des Beatles, H.G. Wells, Aldous Huxley, Karl Marx, William Burroughs, Aleister Crowley et d’autres.

Ce qui est intéressant à propos de ces noms, c’est que beaucoup de ces gens étaient les leaders du mouvement vers un gouvernement socialiste mondial. Certaines des personnes sur la couverture de l’album étaient des auteurs de science-fiction très créatifs et des membres de haut rang du renseignement britannique.  D’autres ont été impliqués dans le développement du contrôle de l’esprit scientifique pour contrôler les masses comme le « Grand Sataniste » Crowley qui a travaillé pour le renseignement britannique en espionnant Adolf Hitler pendant la Seconde Guerre Mondiale et Karl Marx, co-auteur du Manifeste Communiste.

Qu’ils le savaient ou non, les Beatles étaient utilisés comme un instrument de contrôle des masses pour promouvoir le mondialisme, le socialisme, l’usage de drogues comme le LSD et la marijuana, le mysticisme oriental, l’occulte, la révolution sexuelle et le nouvel ordre mondial.

La Chanson de John Lennon « Imagine » faisait la promotion de thèmes anti-chrétiens en disant à son auditoire, « Imaginez, il n’y a pas de paradis »,       « Imaginez, il n’y a pas d’enfer »« Imaginez, il n’y a pas de pays »,             « Imaginez, il n’y a pas de religion »« Imaginez, aucune possession ni de gens pour partager le monde », « Imaginez, il n’y a aucune cupidité ni de faim », et le verset final, « Et le monde sera comme un ».

Les paroles de la chanson de John Lennon reflètent précisément les objectifs de l’élite mondialiste en ce qui concerne leur gouvernement global, leur système économique et leur religion.  En outre, les paroles sont fortement axées sur la destruction du Christianisme.

Mais, en fin de compte, « Imagine » est une propagande construite sur des mensonges pour amener un Nouvel Ordre Mondial.  Depuis la publication de     « Imagine », en 1971, les personnes les plus riches du monde, l’élite mondialiste qui représente environ 1% de la population mondiale, possèdent aujourd’hui environ 99% de la richesse mondiale.

En fait, au moment de la mort de John Lennon aux mains d’un assassin, John Lennon avait une valeur nette d’environ $500 millions.  En dollars d’aujourd’hui, ce montant serait beaucoup plus élevé.

L’élite mondialiste qui fait la promotion de la justice sociale, la juste redistribution des richesses et la promesse d’une société utopique, ou ce que Karl Marx appelle « un paradis ouvrier » qui amènerait le paradis sur terre n’utilisent que des mots vides pour tranquilliser les masses.  L’élite n’a absolument aucun projet de partage de la richesse.  Ils ont l’intention de gouverner et de régner sur la planète Terre comme des rois et des reines tout en asservissant les masses à travers l’ingénierie sociale, l’endoctrinement, la propagande et les formes subtiles de contrôle de l’esprit.

Mystère, Babylone la Grande – Le Système Mondial Luciférien

Dans ce que le livre de l’Apocalypse appelle « Mystère, Babylone la Grande, la Mère des Prostituées », qui représente le système mondial luciférien actuel, les rois de la terre et les marchands super-riches deviennent riches en                  « forniquant avec la Mystérieuse Babylone ».  La mère des prostituées.

Le terme «  fornication » d’Apocalypse 18:3 se rapporte au fait que les rois de la terre tels que les premiers ministres, les présidents et ceux avec un grand pouvoir, avec l’élite financière et les chefs des multinationales, ou les                         « marchands » qui sont devenus riches en raison de la puissance de Babylone, prospèrent en raison de leur union spirituelle avec Lucifer, qui est le dieu temporaire de ce système mondial actuel connu sous le nom de « Mystère, Babylone, la mère des prostituées ».  Nous avons exploré cela en profondeur dans notre best-seller révélé au monde, Le Code de Babylone : Résoudre le plus grand mystère de la fin des temps de la Bible, le premier livre de la série Le Code Babylone.  Le deuxième livre de la série est Trumpocalypse.

Dans le système mondial de « Mystère, Babylone », l’élite mondialiste gagne des milliards et des milliards de dollars par le biais de traités commerciaux secrets et d’autres moyens.  Ici, la fornication signifie l’idolâtrie et l’adoration d’un faux dieu ou de dieux par des nations, des individus, un état mondial ou le Nouvel Ordre Mondial.   Il peut aussi se référer à l’église ou à la pure Épouse du Christ qui est devenue infidèle à son mari, le Christ, en adorant de faux dieux.

« …parce que toutes les nations ont bu du vin de la fureur de son impudicité et que les rois de la terre se sont livrés avec elle à l’impudicité, et que les marchands de la terre se sont enrichis par la puissance de son luxe. »        (Apocalypse 18:3)

Quand on parle de l’élite mondialiste, de Bilderberg et du Conseil des Relations Étrangères, ce serait une grave erreur de peindre tous les membres de ces groupes avec un pinceau trop simpliste et des représentations de personnages de bandes dessinées comme bonnes ou mauvaises.

Premièrement, nous parlons d’un réseau complexe d’individus et de familles qui, dans de nombreux cas, ont des systèmes et des valeurs de croyances différents, directement ou indirectement reliés aux familles bancaires internationales, au groupe Bilderberg, au Conseil des Relations Étrangères et aux autres groupes mondialistes.

Il est vrai que certains des plus hauts membres de l’élite mondialiste sont ceux qui se considèrent comme des humanistes et des athées éthiques.  À quelque degré que ce soit, il y a ceux qui pratiquent les enseignements de Crowley et de l’occulte.  Mais, il y a aussi ceux qui sont chrétiens, et j’ai rencontré beaucoup d’humanistes et d’athées qui détiennent des principes éthiques plus élevés que beaucoup de chrétiens que j’ai connus.

J’ai été bon ami d’enfance avec des gens qui sont au plus haut niveau de ce qu’on pourrait appeler l’élite mondialiste qui étaient exceptionnellement bons, moraux et éthiques quand nous étions jeunes, et, pour autant que je sache, ils tiennent encore à ces valeurs.

L’élite mondialiste n’hésiterait pas à sacrifier des millions

Cependant, en même temps, au sein de ce qu’on appelle l’élite mondialiste, il y a des hommes et des femmes qui se considèrent comme amoraux.  Ils croient qu’ils sont au-delà de toute contrainte en termes d’idées traditionnelles du bien et du mal.  Ces mêmes personnes n’hésiteraient pas à prendre une décision qui pourrait détruire la vie de millions de personnes par des crises économiques, des famines, des guerres ou des programmes radicaux de réduction de la population qui pourraient tuer des milliards de personnes, tout ceci au nom de la sauvegarde de l’humanité et pour sauver la Terre.

Ils tiennent à divers systèmes de croyance tels que la croyance malthusienne selon laquelle tous les problèmes de l’humanité sont dus à une croissance démographique excessive, ce qui leur permet de prendre des décisions sans éprouver de remords ou de conflit.  En fait, ils croient qu’ils sont habilités à faire ces choses.

C’est le vrai système de croyance interne de beaucoup d’élites mondialistes. Zbigniew Brzezinski, un des plus hauts dirigeants de l’élite mondialiste, a écrit dans son livre Entre deux âges : Le rôle de l’Amérique pendant l’ère technotronique :

« L’ère technotronique implique l’apparition progressive d’une société plus contrôlée.  Une telle société serait dominée par une élite, sans retenue par les valeurs traditionnelles.  Bientôt, il sera possible d’assurer une surveillance presque continue de chaque citoyen et de maintenir des fichiers complets à jour contenant même les informations les plus personnelles sur le citoyen.  Ces fichiers feront l’objet d’une récupération instantanée par les autorités. »

Ne vous méprenez pas sur ce que dit Brzezinski lorsqu’il écrit : « L’ère technotronique implique l’apparition progressive d’une société plus contrôlée. Une telle société serait dominée par une élite, sans retenue par les valeurs traditionnelles ».

Brzezinski dévoile ouvertement les systèmes de croyance et les plans de certaines élites mondialistes comme David Rockefeller, le Conseil des Relations Étrangères, le groupe Bilderberg et la Commission Trilatérale.  Cela ne veut pas dire que tous ceux qui appartiennent à ces groupes y croient.

L’information est compartimentée, et j’imagine que les figures de proue des célébrités pour l’Organisation des Nations Unies, une organisation mondialiste d’élite, comme Bono, Angelina Jolie, Brad Pitt et d’autres ne comprennent pas tout à fait.

Pendant ce temps, il y a des membres du groupe Bilderberg et d’autres institutions mondialistes qui sont des célébrités culturelles connues pour leur compassion, gentillesse, engagement envers la justice sociale, la diversité, l’activisme social positif, nourrir les affamés et faire de bonnes œuvres pour soulager les souffrances dans le monde, qui sont célèbres pour leur intégrité et leur gentillesse humaine, et ils sont souvent des héros et des héroïnes.

Pourtant, il y a un placage sombre sous ce masque des Illuminati représenté dans le film Eyes Wide Shut du réalisateur hollywoodien Stanley Kubrick avec Tom Cruise et Nicole Kidman.  Dans le film, le personnage de Cruise apparaît à un bal des Illuminati pervers où des rituels occultes et des rites sexuels sont exécutés dans une scène qui a été tournée dans un domaine des Rothschild.

Les plus hauts membres de l’élite mondialiste occulte sont conscients du                 « Plan », et ils sont derrière la dictature de Brzezinski à travers une élite technocratique et la « dictature scientifique » réclamée par Aldous Huxley.

Quand Brzezinski, Huxley et d’autres dans l’élite mondialiste disent des choses comme, « une telle société serait dominée par une élite non restreinte par les valeurs traditionnelles », Brzezinski parle en son nom et avec l’élite mondialiste, et il veut dire exactement ce qu’il dit : « Une telle société serait dominée par une élite ».

Ces mots ne sont pas destinés à être adoucis, et nous ne devons pas supposer à tort qu’il parle métaphoriquement ou dans un sens humaniste compassionnel.

Brzezinski parle de la « dictature scientifique » dont parle Huxley, dans laquelle les masses populaires sont dominées et subjuguées par une force brutale, violente et cruelle qui les force à être des esclaves.

Mais, c’est pire que ça.  Les esclaves des anciens empires comme Babylone et l’Égypte, ainsi que l’élite américaine qui achetait des esclaves venant de l’Afrique, avaient tous une liberté limitée et une très faible atténuation de leurs conditions d’esclavage, soit par un petit degré de gentillesse humaine, soit par défaut.

Quand la plupart des gens entendent ce genre de langage, ils y superposent inconsciemment un filtre humanitaire parce qu’ils ne peuvent raisonnablement pas croire à la réalité vraiment horrible dont on parle.

De la même manière, les masses de l’Allemagne et du monde entier ne pouvaient pas se résoudre à accepter la réalité de l’Holocauste, où plus de sept milliards de personnes sont mortes, tant juives que non juives.  Ils existaient dans un état de déni psychologique et disaient : « Cela ne peut pas arriver ici ».

« Ça ne peut pas arriver ici »

Brzezinski et d’autres membres de l’élite ont un système de croyance interne et un système moral entièrement différents.  Quand Brzezinski dit, « une telle société serait dominée par une élite non restreinte par les valeurs traditionnelles », il signifie que l’élite a transcendé les valeurs judéo-chrétiennes telles qu’une morale absolue bonne où mauvaise.

L’élite mondialiste opère à partir d’un sens purement humaniste de la conscience, et, dans le pire sens du mot.  Ils croient en un point de vue darwinien et occulte selon lequel « seuls les plus aptes survivent » et « les gens génétiquement supérieurs ont pleinement le droit de dominer, de contrôler, d’asservir, de tuer et de faire tout ce qu’ils veulent aux adultes et aux enfants parce qu’ils croient en un univers impie où l’homme n’a pas été créé à l’image de Dieu, mais plutôt, par un pur hasard évolutif et aléatoire ».

En tant que tel, dans leur monde, il n’y a pas de souci pour « aimer ton prochain comme toi-même », l’agape ou l’amour spirituel, ou même la culpabilité.  Toute brutalité et toute cruauté indescriptible sont justifiées parce qu’ils croient que nous vivons dans un monde existentiel, le genre de monde écrit par le philosophe allemand Friedrich Nietzsche, auteur de La Volonté au Pouvoir, qui a enseigné que « la puissance pourrait être juste ».

Bertrand Russell, un des principaux planificateurs d’un gouvernement mondialiste, écrivait dans son livre de 1953, L’impact de la science sur la société : « Je ne prétends pas que le contrôle des naissances est le seul moyen d’empêcher la croissance de la population.  Il y en a d’autres, que l’on doit supposer que les adversaires du contrôle des naissances préféreraient.  La guerre, comme je l’ai remarqué tout à l’heure, a jusqu’ici été décevante à cet égard, mais peut-être que la guerre bactériologique pourrait se révéler plus efficace.  Si une peste noire pouvait se propager à travers le monde une fois par génération, les survivants pourraient procréer librement sans rendre le monde trop plein …  L’état des choses pourrait être un peu désagréable, mais, de quoi ?  Les gens vraiment haut placés sont indifférents au bonheur, surtout celui des autres ».

Russell ne plaisantait pas.  Il croyait en l’utilisation des armes de destruction massive sur les populations humaines comme un moyen de réduction massive de la population.  Russell croyait en un univers impie et en la force brutale du darwinisme social.  « Je crois que, en raison de la folie des hommes, un gouvernement mondial ne sera établi que par la force, et sera donc d’abord cruel et despotique », a écrit Russell.

Noam Chomsky et la « Fabrication du Consentement »

À partir de 1912, sous l’administration du président Woodrow Wilson, des scientifiques formés en Grande-Bretagne par des gens comme HG Wells, Julian Huxley, Aldous Huxley et de nombreux autres scientifiques et experts du renseignement sont arrivés aux États-Unis après la Première Guerre Mondiale et ont commencé à utiliser des techniques de propagandes décrites comme « la fabrication du consentement démocratique populaire », ou ce que le théoricien politique Noam Chomsky a appelé « la fabrication du consentement ».

Cela impliquait l’utilisation de l’ingénierie sociale scientifique, de la persuasion, du lavage de cerveau et de la propagande pour façonner les croyances et les idées du public à travers les médias.

Dans notre livre, Trumpocalypse, nous présentons notre entrevue de Noam Chomsky, auteur de, Fabrication du Consentement : L’économie politique des grands médias, qui soutient que les grands médias aux États-Unis et dans le monde sont totalement contrôlés par des mondialistes puissants et leurs corporations multinationales qui utilisent l’ingénierie sociale ou le contrôle scientifique de l’esprit pour « fabriquer un consentement » ou une croyance dans des récits fictifs qui profitent à l’élite mondialiste au détriment de la classe ouvrière et de la classe moyenne.

Le terme original, « fabrication du consentement démocratique populaire », a été inventé par le journaliste Walter Lippmann qui a travaillé en étroite collaboration avec le président Wilson et a créé une armée de sciences sociales aux États-Unis qui utiliserait des techniques de propagande et de contrôle scientifique contre les citoyens américains.

Lippmann a été formé pendant la Première Guerre Mondiale au quartier général de la guerre psychologique et de la propagande britannique à Wellington House, près de Londres.  C’était une équipe secrète qui comprenait le neveu de Sigmund Freud, Edward Bernays, qui devint le père des relations publiques modernes et un maître de la propagande.

Dans son livre, Public Opinion, Lippmann écrit que c’est par les médias et les moyens de communication modernes tels que le cinéma et la radio que la plupart des gens développent des « images dans leur tête » d’eux-mêmes, des autres, de leurs besoins et de leurs objectifs et de leurs relations.  Lippman a cru que la plupart des personnes ont un désir de réduire des problèmes compliqués dans des formules facilement solubles et trop simplistes.  La plupart des gens forment leurs opinions non basées sur la pensée rationnelle, mais, par ce qu’ils croient d’autres autour d’eux, ce qui est irrationnel et puéril, mais Lippman a créé sa science de la propagande sur ce principe.  Pour la plupart des gens, la vérité et les faits objectifs ne sont pas une partie importante de leur processus de prise de décision.

Lippmann a également observé que la simple apparition de reportages dans les médias conférait une sorte d’aura magique de la réalité à ces histoires.  La plupart des gens sont convaincus que si quelque chose n’était pas vrai ou factuel, cela ne serait pas rapporté dans les médias.  À l’inverse, l’individu moyen croit que c’est simplement parce que ceci est rapporté dans les médias que cela doit être un fait.

Lippmann a également observé que les personnes dont la notoriété est renforcée par les médias sont des « leaders d’opinion » ayant autant de pouvoir pour changer l’opinion publique que les personnalités politiques.  C’est pourquoi tant de stars de cinéma, d’animateurs de talk-shows télévisés et de vedettes de la musique pop ont autant de pouvoir pour guider le public dans la direction qu’ils choisissent.  C’était la fonction de John Lennon et d’innombrables autres stars de la musique, des célébrités d’Hollywood et des gens célèbres.

Fait intéressant, dès les années 1920, Lippmann a écrit que l’opinion publique de masse est en fin de compte déterminée par les désirs de l’élite, les super-riches, et d’autres qui contrôlent secrètement le monde, et que leur siège principal est à Londres.  Remarquez combien de penseurs et de leaders dans la finance internationale, les célébrités musicales et les sciences de la propagande et de l’ingénierie sociale viennent tous de Londres.

Lippmann a commenté que l’élaboration de l’opinion publique par l’élite exige des organisateurs qui sont une « classe spécialisée » qui opèrent à travers les       « bureaux du renseignement » et contrôlent le contenu et la circulation des informations des médias grand public, des cinémas, de la radio, de la presse, de la télévision, etc…

Attaque générale de l’État Profond contre Donald Trump

L’attaque totale contre Donald Trump débutant pendant le processus électoral et se poursuivant jusqu’à maintenant révèle une stratégie globale hautement centralisée et organisée par toutes les formes de médias qui sont contrôlées par une poignée de multinationales pour tenter de l’empêcher de réaliser ses objectifs et pour le retirer de son poste.

Jamais dans l’histoire politique un président américain et sa famille ont été soumis à ce niveau de ridicule, de mensonge, de propagande, de contrôle scientifique et de persuasion à un niveau d’une telle ampleur jamais vue auparavant en Amérique et dans le monde.

L’élite mondialiste et l’État Profond qu’ils contrôlent mènent une guerre psychologique totale contre Donald Trump pour le détruire.  La raison en est que Donald Trump ne partage pas les croyances, l’idéologie et les objectifs de l’élite mondialiste.

L’uniformité, les récits, les points de discussion, les attaques personnelles contre Donald Trump par de nombreux anciens présidents, journalistes célèbres, commentateurs de nouvelles télévisées, animateurs de talk-shows télévisés, stars du cinéma, des géants de la technologie, des grands noms et des personnalités les plus riches et les plus puissantes du monde, révèle que tout cela est délibérément coordonné au plus haut niveau par un gouvernement fantôme mondial et un État Profond international.

Ce n’est pas par hasard que le Conseil des Relations Étrangères, qui est directement lié au groupe Bilderberg, a ouvertement présenté une présentation médiatique orwellienne complète dans laquelle Richard Stengel, ancien rédacteur en chef du Time Magazine et sous-Secrétaire d’État à la diplomatie publique et aux affaires publiques.  L’administration de Barack Obama, lors d’un forum universitaire organisé par le Conseil des Relations Étrangères, a ouvertement promu l’idée que les gouvernements doivent diriger la propagande au sein de leurs propres populations.

« Fondamentalement, chaque pays crée sa propre histoire narrative », a déclaré Stengel.  « Mon ancien travail au Département d’État était ce que les gens avaient l’habitude de blaguer comme le travail de propagandiste en chef.  Je ne suis pas contre la propagande, tous les pays le font et ils doivent le faire à leur propre population et je ne pense pas nécessairement que ce soit si terrible ».

Ce n’est pas que le Conseil des Relations Étrangères et les gouvernements n’ont pas dirigé la propagande envers leur peuple depuis la fondation du Conseil des Relations Étrangères.  C’est simplement qu’un dirigeant important du Conseil des Relations Étrangères n’a jamais ouvertement et hardiment promu le droit à la propagande.

« Une seule organisation contrôle presque tout ce que vous voyez, entendez et lisez dans les médias et ils ont choisi vos dirigeants à la main pendant des décennies », écrit Matt Agorist dans son article du 29 janvier 2018 intitulé, « WikiLeaks révèle comment le Conseil des Relations Étrangères contrôlent la plupart des médias traditionnels ».  « Ce n’est pas un secret que, au cours des quatre dernières décennies, les médias grand public ont été regroupés à des dizaines d’entreprises concurrentes pour n’en compter que six.  Des centaines de chaînes, des sites web, des médias, des journaux et des magazines, qui représentent 90% de tous les médias, sont contrôlés par très peu de gens, ce qui donne aux Américains l’illusion du choix ».

Bilderberg, Conseil des Relations Étrangères et la Commission Trilatérale  contrôlent les principaux médias

WikiLeaks et le centre suisse de la recherche sur la propagande ont publié pour la première fois un tableau détaillé intitulé, « L’empire américain et ses médias », avec les mots « Groupe de Bilderberg »« Le Conseil des Relations Étrangères » et « La Commission Trilatérale » dessous.  Le tableau montre les visages des gens qui dirigent cet empire médiatique, les logos d’entreprise, une liste détaillée des noms et des entreprises, et comment ils contrôlent l’ensemble des médias traditionnels grâce à des investissements.  Le tableau répondra à plusieurs de vos questions sur diverses personnalités médiatiques et pourquoi elles ont été placées en position de pouvoir en premier lieu.

Le groupe Bilderberg, le Conseil des Relations Étrangères et la Commission Trilatérale sont les principaux nœuds du pouvoir pour les élites mondialistes et le gouvernement fantôme.

Pendant ce temps, le Conseil des Relations Étrangères est un rouage essentiel dans le centre des penseurs de Washington qui favorisent la guerre sans fin. Comme l’a décrit Todd Pierce, ancien commandant de l’armée américaine, ces groupes de réflexion agissent comme des « provocateurs primaires » utilisant la « suggestivité psychologique » pour créer un faux récit de danger d’une entité étrangère dans le but de créer une paranoïa au sein de la population américaine en leur faisant croire qu’ils sont sous la menace imminente d’une attaque ou d’une prise de contrôle.

Les paroles de Todd Pierce sont une façon académique de dire que le Groupe de Bilderberg, le Conseil des Relations Étrangères et la Commission Trilatérale emploient une forme de guerre psychologique domestique contre le peuple américain.

La porte tournante présidentielle – Conseil des Relations Étrangères

Les quatre derniers présidents avant Donald Trump ont tous été membres du Conseil des Relations Étrangères ainsi qu’un pourcentage considérable de leurs cabinets.  Le président George HW Bush était un directeur du Conseil des Relations Étrangères, qui a été remplacé par un membre du Conseil des Relations Étrangères, l’ancien président Bill Clinton, qui a été remplacé par un membre de la famille du Conseil des Relations Étrangères, l’ancien président George W. Bush, remplacé par l’ancien président Barack Obama, qui est devenu le président du Bilderberg après avoir assisté à une réunion annuelle du Bilderberg et qui a placé de nombreux membres du Conseil des Relations Étrangères dans son cabinet.

On supposerait que bien que Donald Trump n’ait jamais été membre du Conseil des Relations Étrangères, la raison pour laquelle il a rempli la Maison Blanche avec de nombreux membres du Conseil des Relations Étrangères était que, que cela lui plaise ou non, le Conseil des Relations Étrangères et le groupe de Bilderberg gouvernent essentiellement l’Amérique et le monde.  Par conséquent, si vous voulez accomplir quoi que ce soit, vous devrez, à quelque degré que ce soit, travailler avec les gens qui contrôlent le système mondial.

Les objectifs du groupe de Bilderberg sont :

?       Une identité globale pour la planète Terre, tant sur le plan humain que sur un ensemble de valeurs humaines universelles.  Cela créera un « cerveau mondial » basé sur l’idée du collectif développé par le communisme.  L’individu deviendra l’ennemi et le concept même d’individualité sera effacé.  Cependant, tout comme il existe des règles spéciales pour les personnes spéciales dans les nations communistes, les individus et leurs familles parmi l’élite mondialiste seront autorisés à garder leurs identités individuelles.

?       Le contrôle centralisé des populations du monde via le « contrôle de l’esprit ».  En d’autres termes, contrôler l’opinion publique mondiale à travers les médias, les médias sociaux et internet.

?       Un Nouvel Ordre Mondial sans classe moyenne, seulement des                      « dirigeants et des serviteurs (serfs) », ou des esclaves et des dirigeants, et, bien sûr, pas de démocratie.

?       « Une société à croissance zéro » sans prospérité ou progrès pour le commun, seulement une plus grande richesse et un plus grand pouvoir pour les dirigeants.

?       Les crises fabriquées et les guerres perpétuelles basées sur la devise de la société secrète, « L’Ordre à travers le Chaos ».

?       Un contrôle total de l’éducation pour programmer l’esprit du public et former ceux qui ont été choisis pour différents rôles.  Les parents et les étudiants ne seront pas autorisés à choisir leur propre carrière.  La carrière d’une personne sera choisie par le gouvernement à travers une série d’évaluations informatisées et de tests psychologiques.

?       Un gouvernement mondial centralisé avec le contrôle de toutes les politiques étrangères et intérieures.

?       L’Organisation des Nations Unies ou une autre entité deviendra un gouvernement mondial avec ses propres lois et son armée.  Toutes les personnes seront des « citoyens du monde ».

Deux types d’état mondial

Sous ce système mondial, il y aura deux sortes d’état mondial, un spectaculaire pour l’élite mondialiste et un état mondial où les gens ne sauront pas qu’ils sont des esclaves.  La clé pour faire tout cela est l’éducation et l’endoctrinement.

À partir de 1917, lorsque John Dewey, le père de l’éducation publique, revint de la révolution communiste en Russie, l’élite commença son plan de contrôle absolu de l’éducation pour programmer l’esprit public et former les personnes choisies pour différents rôles.

Le frère d’Aldous Huxley, Julian Huxley, a été le premier chef de l’UNESCO, qui était la division mondiale de l’éducation de l’Organisation des Nations Unies, destinée à créer un programme unique d’études mondiales pour endoctriner les étudiants.  Son programme éducatif primaire s’appelle Common Core.

Pendant ce temps, l’élite a recours à des traités commerciaux tels que le TPP, l’ALENA et l’OMC pour contourner la Constitution des États-Unis et transférer la richesse, l’emploi et la fabrication à des pays autres que les États-Unis. Remarquez qu’à partir du moment où ces traités commerciaux ont été mis en œuvre, le peuple américain a commencé à perdre des emplois bien rémunérés, des emplois décents étant sous-traités aux pays du Tiers-Monde et des usines de fabrication aux pays du tiers monde.  Le but était de réduire le niveau de vie de la classe moyenne américaine et d’élever le niveau de vie des personnes vivant dans les pays du tiers monde.

Encore une fois, la raison de l’uniformité des attaques sans fin contre Donald Trump est que Donald Trump représente une vision de l’Amérique et du monde que méprise l’élite.  L’élite veut gouverner le monde et la montée massive du populisme en Amérique, à travers l’Europe et dans d’autres régions, est principalement due à Donald Trump.  L’élite ne veut pas du populisme parce que le populisme exprime la volonté du peuple et non la volonté de l’élite.  En Amérique, notre Constitution commence par « Nous, le peuple », ce que l’élite veut détruire.

En plus des traités commerciaux et de l’externalisation, le remplacement des emplois humains par des robots, des cyborgs et des androïdes avec l’intelligence artificielle va exploser.

L’élite sait qu’il y aura des révoltes d’un grand nombre de personnes dans le monde si elles perdent leur emploi au profit des robots.  En tant que tel, certains gouvernements du monde entier discutent déjà publiquement en garantissant à leur peuple un salaire annuel confortable, s’ils perdent leur emploi.

Mais, combien de temps pensez-vous que les gouvernements et l’élite vont payer des salaires annuels confortables aux personnes qui ne travaillent pas ?  Ils le feront aussi longtemps qu’il le faudra pour faire une transition, mais une fois que cela sera arrivé, ces salaires annuels prendront fin.

Quand George Orwell, Aldous Huxley et d’autres dans l’élite nous ont dit que les gouvernements du Grand Frère surgiraient, ils ne calculaient pas dans leurs équations des choses comme l’intelligence artificielle, le transhumanisme, les implants de puces, les interfaces ordinateur-cerveau, internet et les médias sociaux.

Bientôt, il sera possible pour l’Intelligence Artificielle de télécharger la conscience d’une personne, y compris une conscience synthétique artificiellement intelligente, ou de prendre en charge une conscience humaine existante dans un corps humain, et de la contrôler totalement.

En termes de dirigeants et d’esclaves, cela permettra aux dirigeants d’utiliser l’intelligence artificielle pour dominer l’esprit des gens ordinaires, éliminer leur conscience individuelle et créer un « cerveau mondial » pour une population d’esclaves.

Source: News With Views

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Un commentaire

Les commentaires sont fermés.