La justice imputée et mise en œuvre

J’ai été rendu juste par la foi.

«Réjouissons-nous et soyons dans l’allégresse, et donnons-lui gloire; car les noces de l’agneau sont venues, et son épouse s’est préparée, et il lui a été donné de se revêtir d’un fin lin, éclatant, pur. Car le fin lin, ce sont les œuvres justes des saints.» (Apocalypse 19:7–8)

En grec, il y a deux mots qui signifient «justice.» L’un est dikaiosune, et l’autre dikaioma. Dikaiosune représente la justice au sens abstrait. Dikaioma est la justice manifestée en actes ou un acte de justice.

Lorsque vous et moi croyons en Jésus-Christ, sa justice (dikaiosune) nous est imputée. Nous sommes rendus justes de sa justice. Lorsque nous vivons notre foi, nous exprimons cette justice imputée en dikaioma, qui représente la justice mise en œuvre, ou une œuvre juste.

Il est intéressant de noter que le terme utilisé ici en Apocalypse est la forme plurielle de dikaioma, dikaiomata. Le fin lin représente les œuvres de justice des saints. C’est tout à fait subtil. «Son épouse s’est préparée.» Elle y a procédé par ses œuvres justes.

Toutes les cultures que j’ai connues ont adopté une règle commune en ce qui concerne les cérémonies de mariage. Ce n’est pas le futur marié qui prépare la mariée, en fait, c’est plutôt la mariée qui se prépare. La responsabilité lui en incombe à elle seule. La Bible dit que l’épouse de Christ, l’Eglise, s’est préparée par ses œuvres justes. La justice imputée de Christ ne servira à rien pour la fête des noces. Ce devra être la justice mise en œuvre, les actes que nous accomplirons nous, en tant que croyants à cause du don de justice de Christ, qui nous est librement offert.

Merci Jésus, pour ton sacrifice. Je proclame que je vis ma foi qui exprime la justice imputée et que j’agis selon ma foi, en exprimant la justice imputée. Je proclame que j’ai été rendu juste par la foi. Amen.

Derek Prince