Le sud et l’ouest du Japon sont frappés par des pluies torrentielles exceptionnelles. Celles-ci ont provoqué d’importantes crues, des glissements de terrain et des inondations notamment dans les régions de Hiroshima, Kyoto et Okayama. Le bilan est désormais de 100 morts mais il risque encore de grimper.

A Tochigi au nord de Tokyo un glissement de terrain a emporté une partie d’un hôtel.
JIJI PRESS / AFP

Le sud et l’ouest du Japon sont sous les eaux. Les précipitations records enregistrées ces derniers jours sur plusieurs régions (Hiroshima,  Kyoto, Okayama, etc.) ont entraîné des crues exceptionnelles, des glissements de terrain et inondations, piégeant de nombreux habitants malgré des ordres d’évacuation donnés par les autorités locales à au moins 1,9 million de  personnes. Ce dimanche, au moins 100 morts et une cinquantaine de disparus sont à déplorer. Sur ces 100 personnes, 87 personnes sont déclarées décédées et 13 en état d’arrêt cardiaque et respiratoire, a indiqué le porte-parole du gouvernement.

La préfecture de Hiroshima totaliserait le plus lourd bilan, mais les  provinces d’Aichi et d’Okayama apparaissent aussi durement touchées. « Nous nous attendons à ce que le nombre de victimes augmente car nous n’avons recueilli qu’une partie des informations », a indiqué à l’AFP un responsable de la section de gestion des désastres de la préfecture d’Ehime,  également concernée. « Les opérations de secours sont maintenues 24 heures sur 24 », précise son confrère de la préfecture Hiroshima, Yoshihide Fujitani.

48.000 pompiers mobilisés

Quelque 48.000 hommes appartenant aux pompiers, à la police et aux Forces d’autodéfense (nom de l’armée japonaise) ont été dépêchés sur le terrain, mais ils affrontent des difficultés majeures compte tenu de l’inaccessibilité de certains lieux en pleine campagne. L’agence de météo a placé en alerte maximale plusieurs régions, mettant en  garde contre des risques très grands de dégâts majeurs. Les services de secours essayaient de sauver des habitants réfugiés sur les  toits de leurs maisons en grande partie sous les eaux. « Une vigilance maximum s’impose », répétaient les météorologues tandis que le gouvernement a monté une cellule de crise. Des maisons se sont effondrées par endroits, en raison de glissements de  terrain, des routes et pont ont été saccagés et des quartiers entiers noyés.

Source: LCI

Commenter cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s