Le président érythréen débute une visite historique en Ethiopie

Pas de commentaire

Le président érythréen Issaias Afeworki a débuté samedi une visite historique en Ethiopie pour cimenter la normalisation entre les deux voisins de la Corne de l’Afrique qui ont mis fin à vingt ans d’état de guerre il y a quelques jours à peine.

Le chef de l’Etat érythréen a été accueilli avec les honneurs par le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed à son arrivée à Addis Abeba pour une visite officielle de trois jours, a constaté un journaliste de l’AFP.

Ce déplacement inédit survient cinq jours seulement après que M. Abiy eut quitté l’Erythrée au terme d’une visite à Asmara venue concrétiser une initiative de paix du nouveau chef du gouvernement d’Addis Abeba.

L’Éthiopie et l’Érythrée se sont livré de 1998 à 2000 à une guerre conventionnelle, avec chars d’assaut et tranchées, qui a fait quelque 80.000 morts, notamment en raison d’un désaccord sur leur frontière commune.

Le refus éthiopien d’appliquer une décision en 2002 d’une commission soutenue par l’ONU sur le tracé de la frontière a entretenu une longue animosité entre les deux pays.

Mais le mois dernier, M. Abiy a annoncé la volonté de l’Éthiopie d’appliquer un accord de paix signé en 2000 à Alger avec l’Érythrée et les conclusions, deux ans plus tard, de la commission internationale indépendante sur la démarcation de la frontière.

Annonçant vendredi la visite du président Issaias à Addis Abeba, le ministre érythréen de l’Information Yemane Gebremeskel avait déclaré qu’elle « visait à cimenter/renforcer la démarche de paix et de coopération entreprise par les deux leaders ».

Lundi, les deux hommes avaient mis fin à deux décennies d’état de guerre en signant une « déclaration conjointe de paix et de coopération », à l’occasion de la visite à Asmara du chef du gouvernement éthiopien.

Les communications par téléphone ont été rétablies dès dimanche et les liaisons aériennes doivent reprendre mercredi.

Selon la radio-télévision proche du pouvoir éthiopien Fana, M. Issaias doit assister lors de sa visite à la réouverture de l’ambassade d’Erythrée à Addis Abeba et visitera un parc industriel.

Autrefois façade maritime de l’Éthiopie avec les ports de Massawa et d’Assab, l’Érythrée a déclaré son indépendance en 1993 après avoir chassé les troupes éthiopiennes de son territoire en 1991 au terme de trois décennies de guerre.

Source: i24 News


L’Érythrée et l’Éthiopie font la paix : espoir pour les chrétiens ?

Un signe d’espoir pour les chrétiens d’Érythrée et d’Éthiopie : pour la première fois après 20 ans de rupture diplomatique, enfin une perspective de paix entre les deux pays.

Érythrée : chrétiens en prière dans un lieu tenu secret

Les relations se réchauffent entre l’Éthiopie et l’Érythrée. Les deux pays étaient en désaccord depuis le dernier conflit armé (1998 – 2000) et l’indépendance de l’Érythrée en 1993. Aujourd’hui, le dialogue est retrouvé et une délégation érythréenne vient de se rendre en Éthiopie.

De nouvelles perspectives pour les chrétiens ?

Les négociations de paix laissent espérer des conséquences positives pour les chrétiens de d’Érythrée et d’Éthiopie qui font tous deux partie de l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens :

  • En Érythrée (6e rang de l’index), l’Église clandestine pourrait être reconnue et la conscription obligatoire pourrait être assouplie, ce qui entraînerait la libération de centaines de chrétiens internés.
  • En Éthiopie (29e rang de l’index), certains responsables d’églises perçus comme des opposants politiques pourraient être libérés et les restrictions sur la liberté d’expression (sites web et chaînes TV bloqués) seraient peut-être levées.

Érythrée : la « Corée du Nord de l’Afrique »

L’Érythrée a invoqué le conflit avec son voisin éthiopien pour justifier la conscription obligatoire. Un système à durée illimitée où les appelés réduits à la servitude sont parfois soumis à la torture. Les chrétiens des églises non reconnues par l’État courent le risque d’être arrêtés à tout moment. On estime que plusieurs centaines de chrétiens sont emprisonnés en Érythrée, dont certains, des pasteurs, détenus depuis plus de 10 ans.

Éthiopie : liberté religieuse limitée

La société structurée en tribus et l’appartenance religieuse forgent les identités. «Le gouvernement, méfiant, restreint la liberté religieuse : la diffusion et les activités religieuses dans les écoles sont interdits», notent des collaborateurs de Portes Ouvertes. L’Église orthodoxe éthiopienne, très influente, exerce une pression sur les chrétiens d’autres confessions. Certains ont été victimes de harcèlement et même d’attaques.

Ce rapprochement entre l’Éthiopie et l’Érythrée sera-t-il mis à profit pour améliorer la situation des chrétiens persécutés dans les deux pays ? Nos frères et soeurs l’espèrent et prient pour que se lèvent des hommes de bonne volonté.

Sujets de prière :

  • Remercions Dieu pour la démarche de réconciliation entre l’Éthiopie et l’Érythrée
  • Prions pour que Dieu inspire les négociateurs en faveur des chrétiens persécutés
  • Prions avec les chrétiens d’Érythrée et d’Éthiopie pour leurs pays respectifs

Source: Portes Ouvertes

Publicités

Commenter cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s