Le sud-ouest du Japon a été frappé par des orages et des précipitations exceptionnelles qui ont engendré inondations et glissements de terrain meurtriers, les plus graves depuis des décennies.

Cumuls de précipitations sur le Japon du 2 au 9 juillet 2018
Joshua Stevens / NASA Earth Observatory – Licence : DR

Du 28 juin au 08 juillet 2018, le sud-ouest du Japon a connu des précipitations exceptionnellement intenses et abondantes causées par « une énorme quantité de vapeur d’eau fournie par un front pluvieux stationnaire en plus de l’air humide restant du Typhoon Prapiroon. L’Ouest du Japon et Hokkaido ont enregistré des précipitations record au cours de la période », indique l’Agence météorologique japonaise (JMA).

En effet, les cumuls de pluie représentent de 2 à 4 fois les cumuls pour le mois de juillet :

  • 1 800 mm (soit 1 800 litres d’eau au m²) sur l’île de Shikoku ;
  • 1 200 mm à Tokai (Préfecture d’Aichi) ;
  • 900 mm dans le nord de l’île de Kyushu ;
  • 600 mm dans la région du Kinki (Kansaï) ;
  • 500 mm dans la région Chūgoku.

De telles quantités d’eau (à comparer aux records mondiaux) ne peuvent être retenues entièrement par la végétation – de plus en plus tenue avec l’urbanisation – d’autant plus que la majorité du Japon est montagneux, ce qui entraîne inévitablement des glissements de terrain.

Ainsi, environ 10 000 maisons ont été détruites et/ou inondées, notamment dans la ville de Kumano (région d’Hiroshima). Dans le quartier de Mabi de la ville de Kurashiki, les inondations ont dépassé les 4,8 mètres (Autorité d’information géospatiale du Japon), noyant littéralement les maisons.
Le dernier bilan des victimes est de près de 200 morts et des dizaines de disparus.

Le Japon, sujet à de terribles tremblements de terre, tsunamis et éruptions volcaniques est l’un des pays les plus préparé au monde pour affronter les conséquences des catastrophes naturelles. C’est pourquoi, près de 75 000 secouristes et forces de l’ordre ont été mobilisés par le premier ministre japonais Shinzo Abe pour venir en aide aux victimes et sécuriser les régions sinistrées.

Les recherches et travaux de nettoyage se poursuivent sous une chaleur étouffante.

Ces glissements de terrain sont les plus graves dans l’archipel nippon depuis 1982.

Source: Notre-Planète-Info

Commenter cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s