Que Jésus ne soit pas une occasion de chute

Tenter le Seigneur commence quand Dieu permet à une situation de crise dans notre vie de s’intensifier. Pourquoi le fait-Il ? Que recherche-t-Il ? Notre Seigneur le permet pour qu’Il puisse atteindre les dernières racines de notre incrédulité ! Son Esprit fouille chaque zone de notre cœur, à la recherche des choses les plus condamnables – la fierté, l’auto-suffisance et tout ce qui empêche Sa plénitude en nous.

Pour résumer, voilà ce que signifie tenter Dieu. Cela se produit quand Ses élus, quand ceux qu’Il bénit sont placés dans la fournaise de l’épreuve et leur crise s’intensifie jusqu’à ce que leur cœur soit saisi de crainte et qu’ils crient : “Seigneur, où es-Tu ? Où est ma délivrance ? Es-tu avec moi oui ou non ?”

Jean Baptiste a affronté ce genre d’épreuve qui peut nous amener à tenter Dieu. Alors qu’il était en prison, il a dû se demander où était Dieu dans sa situation. Il avait entendu parler de toutes les choses merveilleuses que Jésus accomplissait – les guérisons, les miracles, attirant des foules qui se rassemblaient avant autour de lui. Et maintenant, il était assis seul, dans l’attente de son exécution.

Jean savait qu’il devait diminuer pour que Christ puisse croître, mais maintenant, cette pensée traversait son esprit : “Diminuer, d’accord, mais mourir ? Pourquoi devrais-je mourir si Jésus est vraiment Dieu ? Seigneur, c’est tout simplement trop dur à supporter.”

Les derniers mots que Jésus a envoyé à Jean étaient lourds de sens : “Heureux celui pour qui je ne serai pas une occasion de chute !” Christ disait à ce serviteur : “Ne trouve pas en moi une occasion de chute, Jean. Dieu a un plan dans tout cela et Il est digne de confiance. S’Il voulait que je vienne pour te délivrer, tu sais que Je serai là en un instant. Sois assuré que tout ce qui se passera sera à Sa gloire et sera synonyme de gloire éternelle pour toi !”

Jean a supporté son épreuve. Et, quand il a finalement été décapité par Hérode, il est rentré à la maison vers la gloire, plein de foi et d’honneur.

David Wilkerson