Babylone en hausse

Le Pape François fonctionne comme un roi alors que les dirigeants de l’Union Européenne se tournent vers le Vatican pour la direction.

Le tête-à-tête entre le pontife argentin, le Pape François et Emmanuel Macron, dans la bibliothèque fleurie du Vatican, a duré 57 minutes, le plus long entre le Pape François et un chef d’état.  Ils ont également discuté de la laïcité, du dialogue inter religion et des changements climatiques, a déclaré la présidence française dans un communiqué qui décrit un « échange très libre et très intense ».  La visite d’Emmanuel Macron avec le pape, qui a appelé à la  « solidarité » avec les migrants, est intervenue alors que l’épineuse question de la migration jette de profondes divisions au sein de l’Union Européenne.

Le tête-à-tête entre le pontife argentin, le Pape François et Emmanuel Macron, dans la bibliothèque fleurie du Vatican, a duré 57 minutes, le plus long entre le Pape François et un chef d’état.  Ils ont également discuté de la laïcité, du dialogue inter religion et des changements climatiques, a déclaré la présidence française dans un communiqué qui décrit un « échange très libre et très intense ».  La visite d’Emmanuel Macron avec le pape, qui a appelé à la  « solidarité » avec les migrants, est intervenue alors que l’épineuse question de la migration jette de profondes divisions au sein de l’Union Européenne.

Le président de la France, Emmanuel Macron, a tenu une réunion « intense » avec le Pape François lors de sa première visite officielle au Vatican, mardi, en discutant des problèmes mondiaux, y compris le sort des migrants qui viennent en Europe.

« Puis un des sept anges qui tenaient les sept coupes vint, et il m’adressa la parole, en disant : Viens, je te montrerai le jugement de la grande prostituée qui est assise sur les grandes eaux.  C’est avec elle que les rois de la terre se sont livrés à l’impudicité, et c’est du vin de son impudicité que les habitants de la terre se sont enivrés. » (Apocalypse 17:1-2)

NOTE DE LA RÉDACTION : Pourquoi tant de dirigeants politiques de l’Union Européenne se tournent-ils vers le Pape François, une figure religieuse, pour sa direction et ses conseils ?  Parce qu’Apocalypse 17 et 18 dit que le Vatican est la prostituée de Babylone avec qui les « rois de la terre » s’enrichiront en se prosternant devant elle.  C’est pourquoi vous voyez tant de positions politiques de la part du Pape François lorsqu’il commence à assumer le rôle royal que l’Apocalypse dit que le pape de la fin des temps aura.  Et, dans une tournure fascinante digne d’être mentionnée dans un roman de Laissé Derrière, le Pape François a attribué au président français, Emmanuel Macron, ce qu’on appelle un canon honoraire de la basilique de Saint-Jean-de-Latran.  Je sais que vous n’en avez probablement jamais entendu parler, mais c’est plein d’intrigues prophétiques.  Saint-Jean-de-Latran est le tout premier bâtiment du Vatican construit par Rome, alors qu’il était dans le processus d’avaler la totalité de l’Église Chrétienne que Jésus a commencé, dans une prise de contrôle hostile au début des années 300.  On dirait que le Roi François en 2018 envisage d’étendre l’empire du Vatican.

Le tête-à-tête entre le pontife argentin, le Pape François et Emmanuel Macron, dans la bibliothèque fleurie du Vatican, a duré 57 minutes, le plus long entre le Pape François et un chef d’état.  Ils ont également discuté de la laïcité, du dialogue inter religion et des changements climatiques, a déclaré la présidence française dans un communiqué qui décrit un « échange très libre et très intense ».

La visite d’Emmanuel Macron avec le pape, qui a appelé à la « solidarité » avec les migrants, est intervenue alors que l’épineuse question de la migration jette de profondes divisions au sein de l’Union Européenne.

Après la réunion, Emmanuel Macron a indiqué que la France serait un des six pays européens à accueillir les 233 migrants à bord du navire de sauvetage d’un organisme non-gouvernemental, qui a été bloqué pendant des jours en Méditerranée après avoir été repoussé par l’Italie.

Le président français a déjeuné avec la Communauté de Sant’Egidio de Rome, une association caritative reliée au Vatican qui joue un rôle dans l’accueil des migrants et qui organise des « couloirs humanitaires » pour amener les réfugiés syriens en Europe.

Le programme, ouvert aux musulmans et aux chrétiens vulnérables, est une alternative aux itinéraires de contrebande dangereux.

Après sa rencontre avec le Pape François, Emmanuel Macron a assisté à une cérémonie où il fut nommé chanoine honoraire de Saint Jean de Latran, la cathédrale de Rome.  La tradition remonte au 15ème siècle quand l’état français et l’église étaient indiscernables.

Le président français a déclaré qu’il était « vraiment ému » par l’honneur dans un discours.

Plusieurs des prédécesseurs d’Emmanuel Macron ont refusé d’aller au Vatican pour accepter le titre, y compris les socialistes François Mitterrand et François Hollande, afin de ne pas s’associer à l’imagerie religieuse.

La décision d’Emmanuel Macron d’assister à la cérémonie a suscité des critiques en France, qui est strictement laïque en vertu d’une loi historique de 1905 qui séparait l’état de l’église.

« J’ai décidé d’accepter cette invitation parce qu’elle appartient à une tradition d’harmonie et d’amitié entre la France et le Vatican à laquelle je suis attaché », a déclaré Emmanuel Macron dans son discours.  Le Pape François et le président français ont souri et se sont embrassés en quittant leur réunion.

Le président français a offert au pape une édition de 1949 en italien du « journal d’un prêtre de campagne » de l’écrivain catholique français Georges Bernanos.  Le Pape François a présenté à Emmanuel Macron une médaille de bronze de Saint Martin, un symbole de générosité du quatrième siècle, et les principaux textes de son pontificat.

En donnant la médaille à Emmanuel Macron, le pape a déclaré que c’était « la vocation de ceux qui gouvernent de protéger les plus pauvres ».  Après la réunion, Emmanuel Macron a indiqué qu’il avait rencontré le Premier Ministre de l’Italie, Giuseppe Conte, lundi soir, mais qu’il avait gardé le discours informel par respect pour le protocole du Vatican.

Les entretiens passés entre le pape et un président n’ont jamais excédé 50 minutes ; Le Pape François avait parlé avec l’ancien président américain Barack Obama pendant 50 minutes et avec son successeur, Donald Trump, pendant 30 minutes.

Source : Now The End Begins 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG