Washington confirme le rétablissement des sanctions économiques contre l’Iran

Pas de commentaire

Les Etats-Unis ont confirmé lundi le rétablissement des sanctions économiques contre l’Iran, sur fond de craintes grandissantes face aux difficultés économiques qui fragilisent le gouvernement du président Hassan Rohani.

Le président américain Donald Trump, le 26 juin 2018 à la Maison Blanche, à Washington
NICHOLAS KAMM (AFP)

« Au moment où nous maintenons notre pression économique maximum sur le régime iranien, je reste ouvert à un accord plus global qui concernerait l’ensemble de ses activités néfastes, y compris son programme balistique et son soutien au terrorisme », a indiqué le président américain dans un communiqué.

Le rétablissement des sanctions économiques a été décidé par le président américain Donald Trump après le retrait unilatéral de son pays de l’accord historique sur le nucléaire conclu en 2015 entre l’Iran et les grandes puissances.

« Je félicite @POTUS @realDonaldTrump pour sa position courageuse contre le régime tyrannique de l’Iran. Les sanctions constituent une leçon pour les dirigeants iraniens et le monde entier. L’Iran doit mettre fin à ses ambitions de génocide et à la propagation de la haine, de l’instabilité et de la terreur dans toute la région », a aussitôt réagi le ministre de l’Education Naftali Bennett.

Répondant à la détermination des Etats-Unis à exercer une « pression maximale » sur Téhéran, le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif a toutefois assuré lundi que les Etats-Unis, l’Arabie saoudite et Israël, pays ennemis de l’Iran, étaient « isolés » dans leur opposition à la République islamique.

« Aujourd’hui, le monde entier a déclaré qu’il n’était plus en phase avec la politique américaine contre l’Iran », a-t-il dit cité par l’agence semi-officielle Isna.

Le secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo, avait quant à lui promis plus tôt dans la journée que les Etats-Unis « feraient respecter les sanctions », dont la première vague entrera en vigueur à minuit.

De son côté, l’Union européenne a regretté le rétablissement des sanctions et confirmé sa « détermination à protéger les opérateurs économiques européens engagés dans des affaires légitimes avec l’Iran ».

Une législation spécifique en ce sens entrera également en vigueur mardi.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, arrive au siège de l’UE à Bruxelles le 15 mai 2018
Thierry Monasse (POOL / AFP)

La première vague de sanctions américaines comprendra des blocages sur les transactions financières et les importations de matières premières, ainsi que des mesures pénalisantes sur les achats dans le secteur automobile et l’aviation commerciale.

Elle sera suivie, en novembre, de mesures affectant le secteur pétrolier et gazier ainsi que la Banque centrale.

La semaine dernière, le président américain avait cependant créé la surprise en affirmant être prêt à rencontrer les dirigeants iraniens « quand ils veulent ».

Une ouverture qui a laissé le régime iranien de marbre: « Est-ce que vous pensez que cette personne (Trump) est une personne avec laquelle on peut négocier? Ou est-ce qu’il ne fait que faire l’intéressant? », a répondu le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif.

Source: i24 News

Publicités

Commenter cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s