Le ministère des Affaires étrangères et la délégation israélienne aux Nations Unies se préparent à contrecarrer une initiative palestinienne visant à suspendre ou à retirer définitivement Israël de l’ONU suite au vote de sa loi controversée sur l’État-nation.

Les Palestiniens prévoient de soutenir qu’Israël ignore les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, défie la Charte des Nations Unies et encourage « l’apartheid » par le biais de sa nouvelle loi.

Les responsables israéliens ont affirmé que les Palestiniens prennent des mesures similaires à celles prises contre l’Afrique du Sud pendant l’ère de l’apartheid, ce qui avait entraîné la suspension du pays de l’ONU lequel n’avait pas pu être membre pendant plusieurs années.

« C’est une tentative cynique de la part des Palestiniens visant à répandre des mensonges depuis la scène de l’ONU », a déclaré l’ambassadeur d’Israël à l’ONU, Danny Danon, qui travaille avec l’ambassadrice américaine Nikki Haley et plusieurs autres pays pour torpiller l’initiative palestinienne.

Pour faire suspendre temporairement ou définitivement Israël de l’ONU, les Palestiniens ont besoin du consentement des deux tiers des voix à l’Assemblée générale et de neuf autres voix des membres du Conseil de sécurité de l’ONU, y compris ses cinq membres permanents (Etats-Unis, Russie, Chine, Grande-Bretagne et France).

Les Palestiniens peuvent également essayer de révoquer le droit de vote d’Israël à l’Assemblée générale.

Or, les chances palestiniennes d’obtenir le consentement de tous les membres permanents du Conseil de sécurité sont minces, notamment en raison du fait que les États-Unis opposeront leur veto à cette décision.

Le président palestinien Mahmoud Abbas s’adressant à l’Assemblée générale de l’ONU le 20 septembre 2017
Drew Angerer (GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives)

Ils ont cependant de bonnes chances de faire adopter la résolution par l’Assemblée générale, qui leur assure une majorité musulmane. Cela représenterait une victoire sans précédent de la diplomatie et de la propagande de l’Autorité palestinienne.

Les Palestiniens, déjà membres de l’Unesco depuis 2011, ont rejoint le 15 mai la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced) et l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (Onudi).

Ils disposent d’un statut d’Etat observateur non-membre auprès de l’ONU depuis 2012 et ont déjà rejoint plus de 50 organisations internationales et accords, selon le ministère palestinien des Affaires étrangères. Parmi eux, la Cour pénale internationale (CPI), Interpol, et l’Unesco.

Après l’adhésion palestinienne à cette dernière agence, les Etats-Unis avaient interrompu leur contribution annuelle à l’Unesco dont ils se sont retirés en 2017, l’accusant d’être anti-israélienne.

La législation américaine interdit tout financement aux agences de l’ONU ou affiliées qui accordent l’adhésion en tant qu’Etat à toute organisation ou groupe qui n’est pas internationalement reconnu comme un Etat.

Source: i24 News

Commenter cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s