L’ambassadeur américain en Israël a aussi accusé l’AP d’empêcher un accord à Gaza et affirmé que le plan de paix de Trump ne serait pas présenté dans l’immédiat

Faisant écho aux commentaires du conseiller à la sécurité nationale plus tôt ce mois-ci, mais en contraste avec ceux du président, l’ambassadeur américain David Friedman a insisté mardi sur le fait que l’administration Trump n’exigerait aucune concession spéciale venant d’Israël en échange du transfert de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem en mai dernier.

L’ambassadeur américain en Israël David Friedman lors du 6ème forum global de lutte contre l’antisémitisme de Jérusalem, le 19 mars 2017 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Des inquiétudes ont émergé en Israël après que Trump a déclaré plus tôt ce mois-ci qu’Israël paierait « un prix plus élevé » lors de tout futur dialogue avec les Palestiniens en raison de cette décision.

Mais lors d’une conversation avec des dirigeants juifs américains, Friedman a affirmé que cette affirmation signifiait simplement que Trump pourrait demander aux Israéliens de « se pencher un peu plus » sur la table des négociations.

L’ambassadeur des Etats-Unis en Israël, David Friedman, s’adresse à la conférence politique du Comité des Affaires Publiques d’Israël (AIPAC) le 6 mars 2018. (AFP PHOTO / Nicholas Kamm)

« Le président estime que si les différents protagonistes ont l’opportunité de se retrouver dans une salle et de progresser, il pourrait dire aux Israéliens : ‘Allez, pouvez-vous en faire un peu plus ? Regardez ce que nous avons fait pour vous. Y a-t-il quelque chose de plus à faire ? », a déclaré Friedman.

« Ce n’est pas qu’il a quelque chose de précis en tête, mais simplement que, vu les efforts que les États-Unis ont déployé afin de renforcer Israël et les liens historiques du pays avec Jérusalem, peut-être que les Israéliens pourraient être reconnaissants en s’engageant davantage. C’est tout ce que cela signifie », a affirmé l’émissaire, selon des propos rapportés par le site d’information politique Jewish Insider.

« J’étais là quand la décision [du transfert de l’ambassade] a été prise », aurait ajouté Friedman. « J’en ai été témoin en temps réel. Il n’y a pas eu et il n’y a jamais eu de demande à l’égard d’Israël de faire quoi que ce soit en échange du transfert de l’ambassade. »

Le 21 août, Trump a déclaré lors d’un rassemblement à Charleston, en Virginie-Occidentale, que les Palestiniens « obtiendraient quelque chose de très bien » lors de futures négociations suite à la reconnaissance des États-Unis de Jérusalem comme capitale israélienne.

« C’était une bonne chose de l’avoir fait », a déclaré Trump à propos de la reconnaissance de Jérusalem en décembre dernier et du transfert de l’ambassade américaine dans la capitale en mai « parce que nous avons retiré [cette question] de la table. Parce que chaque fois qu’il y avait des pourparlers de paix, ils n’avaient jamais réglé cette question en faisant de Jérusalem la capitale. Alors j’ai dit, sortons ça de la table. Et vous savez quoi ? Dans les négociations, Israël devra payer un prix plus élevé, car ils ont obtenu une très grande chose. » Les Palestiniens « recevront quelque chose de très bien, car c’est leur tour. Voyons ce qui se passe », avait affirmé Trump.

Les autres commentaires de Friedman lors de son appel privé ont eu trait à de nombreux autres sujets. Il a également suggéré que les propos de Trump ne seraient probablement pas effectifs de sitôt.

L’ambassadeur a déclaré qu’il n’y avait « aucune date » concernant la présentation tant attendue du plan de paix de son administration, et que cela n’était « pas imminent », alors que les États-Unis continuent à « écouter et à échanger avec les gens ».

« J’imagine que nous allons en tirer quelque chose. Peut-être même qu’il nous faudra plus d’un mois dessus car nous continuons à écouter et à parler aux gens. Ce n’est donc pas imminent. » Friedman a ajouté que l’administration « essayait simplement de trouver le bon moment, afin d’obtenir la réponse la plus positive possible et parvenir à davantage de progrès. »

Il a longuement traité de la crise politique en cours dans la bande de Gaza, affirmant que les chances d’obtenir un quelconque accord stable entre Israël et le Hamas étaient « très faibles », selon d’autres commentaires concernant la conversation.

« Gaza est un problème sans remède que, pour le moment, Israël ne peut que gérer, au lieu d’offrir une solution à long terme », a-t-il déclaré, selon le site d’information Walla.

Friedman aurait ajouté que, jusqu’à ce qu’un accord de réconciliation permette à l’Autorité palestinienne de reprendre le contrôle de la bande de Gaza, le plus que l’on pouvait espérer était un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas.

Il a également fait des remarques cinglantes sur la façon dont l’Autorité palestinienne traitait la crise de Gaza, affirmant que l’Autorité palestinienne parlait à deux voix sur la question : elle met en place des sanctions tout en parlant d’union d’un autre côté. Friedman aurait déclaré qu’une grande partie de la violence émanant de la bande de Gaza résultait de la politique d’Abbas.

Le comportement de l’AP a conduit Israël et les États-Unis dans une impasse, a-t-il ajouté, selon Haaretz, affirmant : « Si on contourne l’Autorité palestinienne et tente de restructurer Gaza sans eux, on fait un énorme cadeau au Hamas… Malgré tous les échecs de l’AP, si l’autre choix est le Hamas, alors nous choisissons l’AP. »

Source: Times of Israël

Note de Nathaniel: Alors 2 choses. Premièrement, je pense sincèrement que Friedman se trompe. Il y aura évidemment un prix très grand a payé suite au déménagement de l’ambassade américaine, c’est évident. Deuxièmement, selon l’ambassadeur américain en Israël, le plan de paix ne serait pas présenté dans l’immédiat, alors qu’aux dernières nouvelles, ce plan doit (ou devrait, je ne sais plus comment dire) être présenté par Trump le mois prochain. Etant donné, qu’encore une fois, le calendrier est bouleversé par des déclarations contradictoires, je ne conseillerais qu’une chose, soyons vigilant. Après tout, il en fût de même en début d’année avec l’inauguration de l’ambassade US à Jérusalem.

Commenter cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s