L’esprit des ténèbres et les tempêtes de cette vie

Pas de commentaire

« Alors aussi plusieurs succomberont, et ils se trahiront, se haïront les uns les autres.  Plusieurs faux prophètes s’élèveront, et ils séduiront beaucoup de gens.  Et, parce que l’iniquité se sera accrue, la charité du plus grand nombre se refroidira. »       (Matthieu 24:10-12)

« Les bontés de l’Éternel ne sont pas épuisées, ses compassions ne sont pas à leur terme ; Elles se renouvellent chaque matin.  Oh ! Que ta fidélité est grande !  L’Éternel est mon partage, dit mon âme ; C’est pourquoi je veux espérer en lui ; l’Éternel a de la bonté pour qui espère en lui, pour l’âme qui le cherche.  Il est bon d’attendre en silence le secours de l’Éternel. » (Lamentations 3:22-26).

Dans ce bulletin, nous examinerons une fois de plus l’actualité de notre époque et un monde qui lutte contre l’esprit des ténèbres et les tempêtes de cette vie.  Les titres d’actualité d’aujourd’hui décrivent notre monde d’une manière qui pourrait très bien être qualifiée d’apocalyptique.  Dans le contexte des  sécheresses, des famines, des inondations, des incendies de forêt et des vagues de chaleur, nous voyons les masses patauger au fur et à mesure qu’elles s’efforcent de trouver un espoir et un sens à leur vie.  Dans notre bulletin de juillet 2018, j’ai signalé qu’un nombre croissant d’Américains souffraient d’une maladie appelée « fatigue des nouvelles ».  Cette condition, provoquée par une sursaturation de la couverture médiatique, a suscité la peur, l’anxiété et le désespoir parmi les masses.  Maintenant, un rapport a fait surface affirmant que les gens souffrent également de la « fatigue de compassion ».  L’article, publié par The Guardian, le 2 août 2018, suggère qu’une surabondance de couverture médiatique négative a détruit la capacité de nombreux Américains à ressentir de l’empathie et de la compassion.  L’article cite le psychologue Charles Figley qui définit la fatigue de compassion comme « un état d’épuisement et de dysfonctionnement, biologique, physiologique et émotionnel, résultant d’une exposition prolongée au stress de la compassion ».  On dit que la condition conduit à une « perte de sens des objectifs ».  À la lumière de cet article, je trouve très intéressant que Jésus, en parlant des jours qui précéderont Son retour, nous avertisse dans Matthieu 24:10-12 : « Alors aussi plusieurs succomberont, et ils se trahiront, se haïront les uns les autres.  Plusieurs faux prophètes s’élèveront, et ils séduiront beaucoup de gens.  Et, parce que l’iniquité se sera accrue, la charité du plus grand nombre se refroidira. »  Cette description de notre Sauveur ressemble beaucoup à la période dans laquelle nous vivons aujourd’hui.  Les gens sont constamment offensés, les États-Unis sont saturés d’une haine implacable, et maintenant, les gens perdent leur capacité à ressentir de la compassion les uns envers les autres.

Une grande partie de ce que nous voyons et entendons aujourd’hui vise à voler notre espoir.  Par exemple, le cinéaste Michael Moore, connu pour des documentaires tels que « Bowling for Columbine » et « Fahrenheit 9/11 », a récemment déclaré que le peuple américain devait renoncer à l’espoir. « L’espoir est passif.  L’espoir vous donne la permission de laisser quelqu’un faire le travail…  L’espoir et la passivité qui l’accompagne sont ce qui nous a aidés à commencer.  C’est la sortie paresseuse.  Nous n’avons pas besoin d’espoir. Nous avons besoin d’action », a insisté Moore.  Moore parlait à un journaliste du chiffon libéral connu sous le nom de Huffington Post dans la promotion de son film documentaire qu’il a intitulé « Fahrenheit 11/9 ».  Le film, qui abaisse l’actuel président américain Donald Trump, fait même la déclaration audacieuse que Donald Trump sera le dernier président des États-Unis.  Nous avons donc un cinéaste qui prédit la fin de notre jeune pays, qui n’existe que depuis 242 ans. Ce n’est pas une attitude inhabituelle, et la tirade de Moore contre l’espoir est une contradiction directe avec les paroles inspirantes de l’Apôtre Paul, qui a écrit sous l’inspiration de Dieu dans Romains 5:1-5 : « Étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, à qui nous devons d’avoir eu par la foi accès à cette grâce, dans laquelle nous demeurons fermes, et nous nous glorifions dans l’espérance de la gloire de Dieu.  Bien plus, nous nous glorifions même des afflictions, sachant que l’affliction produit la persévérance, la persévérance la victoire dans l’épreuve, et cette victoire l’espérance.  Or, l’espérance ne trompe point, parce que l’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné. »  Peu importe qui est président, premier ministre, roi, reine ou dictateur, cela ne change rien au fait que notre espoir est en Dieu. Notre Dieu ne dort ni ne sommeille, et il ne souffre certainement pas de fatigue de compassion.  Contrairement à l’homme, ses compassions n’échouent pas.  Car, comme il est dit dans Lamentations 3:22-26 : « Les bontés de l’Éternel ne sont pas épuisées, ses compassions ne sont pas à leur terme ; Elles se renouvellent chaque matin.  Oh ! Que ta fidélité est grande !  L’Éternel est mon partage, dit mon âme ; C’est pourquoi je veux espérer en lui.  L’Éternel a de la bonté pour qui espère en lui, pour l’âme qui le cherche. Il est bon d’attendre en silence le secours de l’Éternel. »  J’exhorte chaque lecteur de ce bulletin à se repentir de ses péchés si vous ne l’avez pas encore fait, à consacrer votre vie à Dieu et à lui faire entièrement confiance.  Il est notre source d’espoir !

Le plus grand péché de l’Amérique

C’est avec réticence que je me retrouve à écrire sur le plus grand péché de l’Amérique.  Cependant, des événements récents ont eu lieu, dont le peuple de Dieu doit être conscient pour que nous puissions être informés sur la manière de diriger nos prières.  Dans les temps anciens, les Israélites se trouvaient souvent dans une situation désespérée parce que les gens avaient été attirés dans de faux cultes et dans la servitude des démons.  Les Écritures nous disent que les fausses divinités telles que Baal et Molech étaient en réalité des démons déguisés.  Ce fait est prouvé dans Deutéronome 32:16-17 qui nous dit : « Ils ont excité sa jalousie par des dieux étrangers, ils l’ont irrité par des abominations ; Ils ont sacrifié à des idoles qui ne sont pas Dieu, à des dieux qu’ils ne connaissaient point, nouveaux, venus depuis peu, et que vos pères n’avaient pas craints. »  Le faux culte à ces divinités exigeaient des actes répréhensibles, y compris l’action de sacrifices d’enfants, que les Israélites accomplissaient dans l’espoir d’assurer la prospérité. Aujourd’hui, les gens partout dans le monde, et particulièrement aux États-Unis, continuent de sacrifier leurs enfants pour la cause de la prospérité en utilisant une méthode connue sous le nom d’avortement.  C’est un fait qui ravit absolument Chelsea Clinton, fille de l’ancien président américain Bill Clinton et de son épouse Hillary.  S’exprimant lors d’un événement connu sous le nom de « Rise Up for Roe », en août 2018, Chelsea Clinton a déclaré à son auditoire que « les femmes américaines qui sont entrées sur le marché du travail de 1973 à 2009 ont ajouté $3.500 milliards à notre économie. L’entrée nette de ces femmes n’est pas déconnectée du fait que Roe est devenue la loi du pays, en janvier 1973 ».  Ainsi, selon Clinton, l’avortement a eu une influence positive sur l’économie américaine, car il a permis aux femmes de participer à la main-d’oeuvre américaine sans être gênées par des enfants.  Jésus nous a dit qu’un jour viendrait où les enfants seraient considérés comme un fardeau plutôt que comme une bénédiction quand il nous a avertis dans Luc 23:29 : « Car voici, des jours viendront où l’on dira : Heureuses les stériles, heureuses les entrailles qui n’ont point enfanté, et les mamelles qui n’ont point allaité ! »

Malheureusement, la pratique barbare de l’avortement est non seulement trop courante à notre époque, mais de nombreuses femmes qui ont subi cette intervention en sont fières.  Dans le bulletin de juillet 2018 du magazine O, publié par Oprah Winfrey, la section dite « Inspiration » présente une entrevue avec une femme nommée Amelia Bonow.  Cette femme est devenue célèbre après avoir lancé un mouvement qui a encouragé les femmes à « crier »leurs avortements sur les réseaux sociaux connus sous le nom de Twitter et Facebook. Depuis 2015, date à laquelle le mouvement a commencé, plus de 300.000 messages de femmes se faisant avorter ont été affichés sur Twitter.  Des vidéos ont également été faites dans lesquelles une femme se vantait que son avortement était « doux, irrévérencieux et stimulant ». Parmi les autres termes utilisés par les femmes pour décrire leurs avortements, citons la « sorcellerie de la puissance féminine » et une « prise d’agence sacrée ».

Ne vous méprenez pas, ces femmes se vantent du meurtre et Oprah Winfrey fait la promotion de leur mouvement.

Aussi écœurant que soit d’entendre les femmes se vanter de leurs avortements, il est encore pire d’entendre les pasteurs des soi-disant églises faire la promotion de l’avortement.  Pourtant, une église de Santa Cruz, en Californie, a annoncé son intention d’ouvrir un restaurant et une brasserie qui reverseront une partie de ses recettes à Planned Parenthood. « Nous espérons être une énigme absolue pour les passants.  Une église qui sert de la bière et qui donne ses bénéfices à des endroits comme Planned Parenthood est vraiment passionnante pour moi », a déclaré le « pasteur » de l’église.

Pendant ce temps, un magasin de crème glacée à Portland, en Oregon, s’est associé à la National Abortion Rights Action League, ou NARAL.  À la suite de ce partenariat, un nouvel arôme de crème glacée en édition limitée a été concocté pour honorer l’avortement.  La saveur s’appelle Rocky Roe vs. Wade, et le produit de la vente de cette crème glacée diabolique sera utilisé pour lutter contre les efforts en faveur de la vie. « Commandez le vôtre maintenant et aidez à défendre la liberté de reproduction », a écrit NARAL dans un message sur Twitter.  Il est devenu évident que ceux qui se disent « pro-choix » soutiennent non seulement le fait de prendre des vies innocentes par l’avortement, mais ils l’apprécient.

Malheureusement, il semble que même les législateurs républicains qui s’engagent à être des défenseurs de la vie ne prennent pas suffisamment au sérieux la lutte contre l’avortement.  Cela est devenu évident le 23 août 2018, lorsque le Congrès des États-Unis, contrôlé par les républicains, a voté en faveur d’un projet de loi de crédits pour le Département de la Santé et des Services Humains qui, s’il était adopté par la Chambre des Représentants, non seulement continuerait à fournir des fonds gouvernementaux pour une organisation de meurtres massifs, connue sous le nom de Planned Parenthood, mais, fournirait également un financement gouvernemental pour la recherche qui utilise des bébés avortés dans des expériences.  Le sénateur Rand Paul, un républicain du Kentucky, a protesté contre le financement fédéral de Planned Parenthood et a demandé aux membres du Sénat de voter sur un amendement visant à défaire Planned Parenthood. « Le public sait depuis longtemps que les démocrates sont les avorteurs.  Maintenant, le public saura que beaucoup de républicains se contentent de critiquer les questions pro-vie et sont plus préoccupés par les dépenses gouvernementales que par les vies     sauvées », a déclaré le sénateur Paul.  Sa proposition de défaire Planned Parenthood a échoué, avec 45 voix pour et 48 voix contre.  L’amendement nécessitait soixante votes pour être adopté.

Les conservateurs américains espèrent qu’avec la nomination de Brett Kavanaugh à la Cour Suprême des États-Unis, la décision désastreuse de Roe vs. Wade de 1973, qui a rendu l’avortement légal dans ce pays, pourrait finalement être annulée.  Cependant, selon un récent article de presse, Kavanaugh considère que la décision Roe vs. Wade est une « loi bien établie » et qu’il est donc peu probable qu’elle soit annulée.  « Nous avons discuté de la question de savoir s’il considérait que Roe était une loi bien établie.  Il a déclaré qu’il était d’accord avec ce que le juge Roberts avait dit lors de son audition », a déclaré la sénatrice républicaine Susan Collins. C’est très décevant.  En tout état de cause, Dieu tiendra responsables les responsables du péché perfide de l’avortement lors du jour du jugement, indépendamment de ce que l’homme peut appeler une loi bien établie.

Scandale et Abus dans l’Église Catholique Romaine

Au cours des dernières décennies, il y a eu de nombreuses accusations d’abus et de mauvaise conduite au sein de l’Église Catholique Romaine.  Chaque allégation a été choquée et scandalisée par les critiques, mais, des foules de catholiques sont restées fidèles à leur religion.  Maintenant, de plus en plus de rapports font surface et il est devenu indéniable que les abus sont monnaie courante dans le Catholicisme Romain.  Ce ne sont pas simplement des incidents isolés, mais plutôt, la preuve d’une maladie systémique au sein de la religion.

En août 2018, un rapport spécial du grand jury a été publié, révélant que 301 prêtres de l’état américain de la Pennsylvanie ont été accusés d’agressions sexuelles.  Les victimes de ces abus étaient souvent de jeunes garçons, ce qui révèle une tendance pédophile homosexuelle inquiétante parmi les membres du clergé catholique.  En parlant du rapport, le procureur général de Pennsylvanie, Josh Shapiro, aurait déclaré : « Les Pennsylvaniens peuvent enfin apprendre l’ampleur des abus sexuels dans ces diocèses.  Les abus ont marqué tous les diocèses.  La dissimulation était sophistiquée.  L’église a protégé l’institution à tout prix ».Non seulement les membres de la prêtrise catholique ont commis ces actions infâmes, mais leurs supérieurs se sont efforcés de cacher les scandales, en choisissant de protéger la réputation de leur organisation plutôt que les enfants qui avaient été violés.  Le rapport, qui compte 884 pages, commence par les mots : « Nous, les membres de ce grand jury, avons besoin de vous pour entendre ceci.  Nous savons que certains d’entre vous en ont déjà entendu parler.  Église Catholique Romaine.  Mais, jamais à cette échelle.  Pour beaucoup d’entre nous, ces histoires antérieures se sont passées ailleurs, quelque part ailleurs.  Maintenant, nous connaissons la vérité : C’est arrivé partout. »  Selon le rapport, plus de mille enfants de l’État de la Pennsylvanie ont été agressés par des prêtres depuis les années 1940.  Compte tenu du fait que ce rapport ne couvre qu’un seul état, on ne peut que s’interroger sur les abus supplémentaires commis dans d’autres états et ailleurs dans le monde.

Autre exemple de comportement dégoûtant, l’ancien archevêque de Washington, le cardinal Theodore McCarrick, a été contraint de démissionner du Collège des Cardinaux le 20 juin 2018, après qu’il ait été révélé qu’il avait maltraité au moins un garçon d’autel et d’autres jeunes hommes.  Pour aggraver les choses, l’archevêque Carlo Maria Vigano, qui était ambassadeur du Vatican à Washington, de 2011 à 2016, a écrit en août 2018 une lettre cinglante indiquant que le Pape François savait depuis longtemps les péchés du cardinal Theodore McCarrick et a choisi de ne rien faire.  La lettre accusait également les responsables catholiques de conspirer pour garder le silence et dissimuler les abus systémiques dans l’Église Catholique. « Les évêques et les prêtres, abusant de leur autorité, ont commis des crimes horribles au détriment de leurs fidèles, des mineurs, des victimes innocentes et des jeunes hommes désireux d’offrir leur vie à l’Église et par leur silence ils n’ont pas empêché que de tels crimes continuent à se perpétrer », a écrit Carlo Maria Vigano.  Il a poursuivi en écrivant : « Si nous voulons vraiment libérer l’Église du marécage fétide dans lequel elle est tombée, nous devons avoir le courage de détruire la culture du secret et d’avouer publiquement les vérités de ce que nous avons cachées.  Nous devons abattre la conspiration du silence avec laquelle les évêques et les prêtres se sont protégés au détriment de leurs fidèles… » a conclu Carlo Maria Vigano dans sa lettre en demandant la démission du Pape François.  Lorsqu’interrogé par un journaliste, le Pape François a refusé de commenter la lettre. « Je vais dire sincèrement que je dois vous dire ceci (le journaliste) et à tous ceux qui sont intéressés : Lisez attentivement le document et jugez-le vous-même.  Je ne dirai pas un mot à ce sujet.  Je pense que la déclaration parle d’elle-même et vous avez la capacité journalistique suffisante pour parvenir à vos propres conclusions », a déclaré le pape.  Il est intéressant de noter que le Pape François a choisi de ne pas nier l’allégation.  Bien qu’il ne voulait pas commenter la lettre en particulier, il a demandé pardon lors d’un discours prononcé en Irlande le 26 août 2018. « Aucun de nous ne peut éviter d’être ému par les histoires de jeunes victimes d’abus, privés de leur l’innocence en laissant des cicatrices.  Cette plaie ouverte nous défie d’être ferme et décisif dans la poursuite de la vérité et de la justice.  Je demande pardon pour ces péchés et pour le scandale et la trahison ressentis par tant d’autres membres de la famille de Dieu. »

Les scandales apparemment sans fin qui affligent l’Église Catholique Romaine commencent à avoir un impact profond.  « Cela a été l’été de l’enfer pour l’Église Catholique, et nos péchés sont exposés de manière flagrante pour le monde », a déclaré le conseiller du Vatican, Thomas Rosica. De nombreux catholiques en colère envisagent sérieusement de quitter la religion, selon le Washington Post.  « Beaucoup de catholiques, nous devons nous demander si nous avons gaspillé nos vies en suivant ce modèle de leadership.  À ce stade, la direction de l’église dans ce pays n’est pas crédible. Les scandales répétés rendent difficile voire impossible de passer la foi à nos enfants… J’y pense toutes les heures », a déclaré l’écrivain Paul Elie.  Patricia McGuire, présidente de l’université Trinity Washington, partage une opinion similaire. « C’est presque inviolable. L’église est en morceaux. Les gens ont complètement séparé leur foi de l’organisation », a-t-elle déclaré.

L’homosexualité et le transgenre à la hausse

S’il semble que les États-Unis d’Amérique soient aujourd’hui un pays très différent de celui dont vous vous souvenez de votre enfance, ce n’est pas seulement votre imagination. Les questions LGBTQ sont au premier plan de la société américaine.  LGBTQ est un acronyme qui désigne les personnes qui s’identifient comme lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et interrogatoires. Alors que les homosexuels ont existé tout au long de l’histoire de l’humanité, ils n’ont jamais été aussi audacieux et ouverts, surtout aux États-Unis.  À ce titre, des sénateurs démocrates ont présenté une législation fin juillet 2018 qui, si elle est adoptée, obligera le Bureau du Recensement des États-Unis à poser des questions au peuple américain sur leur orientation sexuelle et leur identité de genre. Entre-temps, le Bureau du Recensement a annoncé en mars 2018 que les formulaires pour le prochain recensement de 2020 incluront de nouvelles options permettant aux participants d’indiquer s’ils ont une relation de même sexe ou de sexe opposé. Le fait que ces formulaires soient modifiés et que les règles relatives à la collecte de données changent est un indicateur qu’un pourcentage croissant d’Américains est désormais homosexuel. Cela est particulièrement vrai chez les jeunes. Selon une étude menée par Ipsos Mori et publiée en juillet 2018, seuls les deux tiers des membres de la génération Z s’identifient comme hétérosexuels. Hannah Shrimpton, une des auteurs de l’étude, a déclaré que cette recherche indiquait « une exposition beaucoup plus grande aux communications sur la variété des modes de vie disponibles pour les jeunes grâce aux technologies sociales ». Elle a poursuivi en disant : « En particulier, cette génération de jeunes a grandi à une époque où le genre en tant que simple identité binaire et fixe a été beaucoup plus contesté, c’est nouveau et affectera des points de vue plus larges sur le genre et la sexualité et des aspects beaucoup plus larges de l’identité. »  Il semble que des années d’endoctrinement dans les écoles publiques et de programmes de divertissement à la télévision et au cinéma aient été efficaces pour remodeler l’esprit des jeunes. La génération Z est classée comme étant née entre 1995 et 2010.

Un autre indicateur des temps changeants, le candidat démocrate au poste de gouverneur du Vermont est nul autre que Christine Hailquist, une personne née de sexe masculin et qui se dit maintenant être une femme.  Hailquist s’est montrée antichrétienne sans vergogne et elle critique depuis longtemps ceux qui adhèrent aux normes bibliques.  Par exemple, dans un message posté sur Twitter, Christine Hailquist s’est plaint que « les chrétiens radicalisés font partie du paysage américain et nous le tolérons ». On ne peut que se demander ce que cet individu pourrait faire si elle devenait gouverneure du Vermont.

Au milieu de la prévalence de l’homosexualité et du transgenre aux États-Unis, un esprit de blasphème a surgi. À ce titre, plusieurs collèges et universités de ce pays proposent maintenant des cours hautement offensants. Par exemple, le Collège Eugene Lang de New York propose un cours intitulé, « Théologie de la querelle et de la décolonisation », qui traitera également des « christs transgenres ». L’École des Divinités de Harvard offre un cours sur, « Les théologies curieuses, les religions curieuses ». La description du cours  indique : « Nous examinerons les frontières entre la théologie curieuse et la théorie curieuse ou entre celle-ci et d’autres théologies politiques. Nous testerons les limites du « Christianisme » en considérant les formes variées des religions curieuses à l’extérieur des institutions religieuses familières ». Encore plus pervers, le Swarthmore College de Swarthmore, en Pennsylvanie, propose un cours intitulé, « Curiosités de la Bible ». La description de classe indique qu’elle « déstabilise les suppositions de longue date sur la Bible, et sur la religion, à propos du genre et de la sexualité ».  Une chose est certaine, les élèves quitteront leurs salles de classe bien pires que lorsqu’ils y sont entrés.

De nos jours, les jeunes apprennent qu’ils peuvent être ce qu’ils veulent et peuvent même choisir leur propre sexe.  À ce titre, certaines personnes prétendent être des hommes, des femmes ou de genres non conformes. Un homme au Canada a récemment décidé d’utiliser cet esprit libéral à son avantage. En achetant une nouvelle automobile, l’homme a contacté sa compagnie d’assurance et s’est inquiété de constater que son taux d’assurance serait de 1.100 dollars de moins par année s’il était une femme. Il a donc obtenu une note de son médecin et a écrit au gouvernement canadien pour lui demander de le reclassifier en tant que femme. Bien que l’homme n’ait rien fait pour changer d’apparence et ne se présente ni n’agit comme une femme, le gouvernement canadien a approuvé sa demande et l’a déclaré femme. « C’était assez simple. Je l’ai simplement demandé et j’ai dit que je m’identifiais en tant que femme, ou j’aimerais m’identifier en tant que femme », a raconté l’homme. Il a poursuivi en disant : « J’ai été très choqué, mais, j’étais également soulagé.  Je sentais que je battais le système. J’avais l’impression d’avoir gagné ». Après son changement de sexe, le coût de son assurance automobile a été considérablement réduit. Je me rends compte que cette histoire ressemble à de fausses nouvelles, mais de nombreux médias l’ont signalée, notamment le New York Post), la Société Radio-Canada et CBS News. Le monde devient un endroit très étrange.

En terminant, nous vivons sans aucun doute dans une période de grands périls. Une image récemment publiée par la National Aeronautics and Space Administration, ou NASA, montre qu’une grande partie de notre planète est littéralement en feu. Cela comprend les régions de l’Amérique du Nord, de l’Amérique du Sud, de l’Afrique et même de l’Australie. L’Australie est actuellement aux prises avec une grave sécheresse qui a aggravé les incendies de forêt et les feux de brousse, même s’ils sont actuellement en hiver. « Pour les grandes zones du nord et de l’ouest, la saison des feux de brousse a été reportée de deux mois à août, soit jusqu’à l’hiver, qui a officiellement commencé le 1 juin. Selon le Bureau de la Météorologie de l’Australie, la période de janvier à juillet a été la période la plus chaude dans la Nouvelle-Galles du Sud depuis 1910 », écrit un article publié par la NASA. Les images aériennes des terres dans les régions frappées par la sécheresse en Australie sont étonnantes, avec de grandes étendues de terre complètement asséchées, fissurées et en ruine. Un rapport de Reuters News Service a qualifié la sécheresse de « cancer qui ronge les fermes ».

Les incendies en Californie ont été extrêmement graves cette année.  Au moment où nous écrivons ces lignes, il y a eu 5.319 incendies de forêt en Californie, qui ont consommé 1.227.472 acres de terres. Le Feu Carr, qui a débuté le 23 juillet 2018 et qui se trouve dans les comtés de Shasta et de Trinity en Californie, a détruit 1.079 résidences, 22 structures commerciales et 503 dépendances, tandis que beaucoup d’autres ont été endommagées. L’incendie du complexe de Mendocino, situé près de la ville d’Ukiah, dans le nord de la Californie, a détruit 157 résidences et incendié 402.468 acres de terres.

L’Europe souffre également.  Ces dernières semaines ont entraîné une vague de chaleur et de nombreux incendies de forêt. Fin juillet 2018, des incendies de forêt dans la région de l’Attique, en Grèce, ont causé la mort de 97 personnes. À la fin du mois d’août 2018, un feu de forêt de la taille de 500 terrains de football a éclaté près de Klausdorf, en Allemagne. La lutte contre les flammes dans cette région a été particulièrement précaire pour les pompiers, car les munitions enterrées de la Seconde Guerre Mondiale ont explosé. « Les munitions sont très dangereuses, car on ne peut pas marcher sur le sol, et on ne peut donc pas s’approcher du feu », a déclaré le gouverneur de l’état de Brandebourg.

Même si certaines régions du monde souffrent de graves sécheresses et incendies de forêt, d’autres régions ont souffert de quantités extraordinaires de pluie.  Par exemple, l’état indien du Kerala souffre actuellement des pires inondations qu’il ait connues depuis un siècle : 800.000 personnes ont été déplacées et 350 personnes ont été tuées. Dans l’état américain d’Hawaï, le passage de la tempête tropicale, qui avait été un ouragan avant de toucher terre, a fait tomber plus de quarante centimètres de pluie sur la grande île de l’état. Une grande partie de mon état natal, le Wisconsin, a connu des inondations soudaines au cours de la semaine dernière, certaines régions avoisinantes ayant reçu au moins neuf pouces de pluie.

On pourrait en écrire beaucoup plus, mais il est évident que notre monde souffre alors que l’humanité lutte contre les tempêtes naturelles et spirituelles. Heureusement, notre Seigneur et Sauveur, Jésus-Christ, a promis que si nous construisons nos vies selon ses enseignements, nous serons en mesure de résister aux tempêtes.  Dans Matthieu 7:24-25, Jésus nous dit : « C’est pourquoi, quiconque entend ces paroles que je dis et les met en pratique, sera semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc. La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont jetés contre cette maison ; Elle n’est point tombée, parce qu’elle était fondée sur le roc. »

Source: Last Trumpet Ministries

Traduit par: Pleins Feux

Publicités

Commenter cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s