Un avion russe avec 15 militaires à bord a disparu des écrans radars lundi soir au-dessus de la mer Méditerranée, a annoncé tôt mardi le ministère russe de la Défense.

Des chasseurs israéliens F-16 sont vus à la base aérienne de Nevatim le 6 octobre 2010
JACK GUEZ (AFP / File)

Le porte-parole de l’armée russe, Igor Konachenkov, l’appareil a été abattu par la défense anti-aérienne syrienne lors d’une attaque aérienne israélienne présumée, accusant ainsi l’Etat hébreu d’être le responsable de l’incident provoqué par des actes « hostiles » en Syrie, disant « se réserver le droit de répondre ».

Selon le ministère de la Défense cité par les agences russes, « les pilotes israéliens, en se couvrant avec l’avion russe, l’ont placé sous le feu de la défense antiaérienne syrienne ». « Nous considérons hostiles ces provocations de la part d’Israël » et « nous nous réservons le droit de répondre de manière adéquate », a-t-il averti.

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a également averti par téléphone son homologue israélien Avigdor Lieberman que Moscou se réservait « le droit de riposter ».

Le commandement israélien « n’avait pas prévenu » de cette opération et l’a annoncé à Moscou moins d’une minute avant l’attaque, « ne permettant pas d’amener l’avion Il-20 vers une zone sûre », a affirmé M. Konachenkov.

Il a par ailleurs accusé les pilotes des F-16 israéliens d’avoir délibérément mis en danger l’avion de reconnaissance russe en se camouflant dans le signal radar de l’avion russe et le plaçant ainsi « sous le feu de la défense antiaérienne syrienne ».

« Les avions israéliens ont délibérément créé une situation dangereuse pour les navires de surface et les avions qui se trouvaient dans la région. Le bombardement a eu lieu près de l’endroit où se trouvait la frégate française Auvergne et à proximité immédiate de l’Il-20 », a-t-il poursuivi.

L’Il-20 « a été abattu par un système de missiles S-200 » de l’armée syrienne, tuant les 15 membres d’équipage qui se trouvaient à bord de l’appareil, a précisé le ministère russe.

Atterrissage le 12 avril 2014 à l’aéroport de Perth d’un avion chinois Illiouchine qui doit participer aux recherches du Boeing disparu dans l’Océan Indien
Rob Griffith (Pool/AFP)

Plus tôt mardi Moscou avait informé avoir perdu le contact « avec l’équipage d’un Il-20 au-dessus de la mer Méditerranée à 35 kilomètres des côtes syriennes alors qu’il revenait à la base aérienne de Hmeimim », précisant que l’appareil avait disparu des radars à 23H00 lundi (20H00 GMT).

Les tirs de missiles qui ont visé lundi soir des dépôts de munitions à Lattaquié, sur les rives de la Méditerranée, ont fait deux morts, a rapporté mardi l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), sans pouvoir préciser la nationalité des victimes.

« Deux corps ont été retrouvés », a précisé le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane. « Il y a au moins dix blessés, dont sept soldats syriens », a-t-il précisé.

FICHIER – Cette photo, fournie jeudi matin, le 10 mai 2018, par les médias militaires centraux syriens contrôlés par le gouvernement, montre que des missiles israéliens atteignent la défense aérienne et d’autres bases militaires à Damas, en Syrie.
Médias militaires centraux syriens, via AP

Une source militaire syrienne avait annoncé plus tôt dans la soirée que la défense anti-aérienne avait intercepté des missiles « hostiles » tirés en direction de la ville côtière de Lattaquié.

« Notre défense anti-aérienne a été déclenchée pour contrer des missiles hostiles tirés depuis la mer en direction de la ville de Lattaquié et en a intercepté certains avant qu’ils n’atteignent leurs cibles », avait affirmé cette source citée par les médias d’Etat syriens.

La télévision d’Etat a diffusé des images montrant pendant plusieurs minutes de petites explosions lumineuses dans les airs, tandis que l’agence de presse officielle Sana évoquait une « agression contre Lattaquié visant l’Institut des industries techniques », sans préciser l’origine de l’attaque.

« Nous ne faisons pas de commentaire sur des informations étrangères », a pour sa part déclaré un porte-parole militaire israélien.

Le ministère russe de la Défense a également affirmé que des missiles ont été tirés par la frégate française L’Auvergne, qui croisait dans les parages au même moment. « Les armées françaises démentent tout implication dans cette attaque », a réagi à Paris un porte-parole de l’armée française.

A Washington, un porte-parole du Pentagone a déclaré de son côté que « les missiles n’ont pas été tirés par l’armée américaine et nous n’avons rien d’autre (à dire) pour le moment ».

Source: i24 News

Commenter cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s