A l’occasion d’une séance du Conseil de sécurité jeudi, le Secrétaire d’Etat des Etats-Unis, Mike Pompeo, a assuré que le processus diplomatique avec la République populaire démocratique de Corée (RPDC) pour une dénucléarisation de la péninsule coréenne était bien engagé et qu’une « ère nouvelle » était en vue.

Photo ONU/Loey Felipe
Le Conseil de sécurité des Nations Unies débat de la question de la non-prolifération nucléaire en République populaire démocratique de Corée.

Mike Pompeo, qui présidait cette réunion parce que les Etats-Unis occupent la présidence du Conseil en septembre, a déclaré que l’avenir de la population nord-coréenne serait meilleur si les dirigeants de la RPDC, appelée aussi Corée du Nord, suivaient une voie diplomatique pour mettre un terme à son programme d’armes nucléaires.

M. Pompeo a jugé qu’une « dénucléarisation finale et pleinement vérifiée » était essentielle.

Il a ajouté que le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et le Président américain Donald Trump – à la suite de leur sommet à Singapour – partageaient une compréhension commune de ce qui doit avoir lieu pour transformer les relations entre les deux pays. Il a ajouté qu’il avait eu une « réunion positive » avec son homologue de la RPDC mercredi, et que le travail était bien avancé pour un deuxième sommet entre les deux dirigeants.

Mais sur la mise en œuvre des résolutions du Conseil de sécurité qui incluent des sanctions économiques punitives contre la Corée du Nord, le Secrétaire d’Etat américain a déclaré que les États-Unis avaient des preuves que le plafond des importations de pétrole en RPDC a été « violé » et que les importations illégales de charbon se poursuivaient. Il a affirmé que certains membres du Conseil de sécurité avaient été complices de la violation d’un embargo sur l’accueil de travailleurs nord-coréens.

Photo ONU/Loey Felipe
Le Secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo, intervient lors d’un débat au Conseil de sécurité de l’ONU sur la non-prolifération nucléaire en République populaire démocratique de Corée le 27 septembre 2018.

Pour sa part, le Ministre chinois des affaires étrangères, Wang Yi, a déclaré au Conseil que son pays se félicitait des efforts diplomatiques déployés par les Etats-Unis et la République de Corée, appelée aussi Corée du Sud, en faveur de la dénucléarisation et d’une paix durable dans la péninsule coréenne.

Il a déclaré qu’une déclaration de « fin de guerre » visant à cesser officiellement les hostilités de la guerre de Corée contribuerait à instaurer la confiance, et il a appelé à la poursuite des négociations multilatérales à six.

En ce qui concerne les sanctions, il a estimé qu’il était tout aussi important de faire avancer le processus politique. Il a déclaré que le Conseil devrait envisager d’assouplir certaines sanctions économiques si la Corée du Nord respectait ses engagements.

« Compte tenu de l’évolution positive… la Chine estime que le Conseil de sécurité doit envisager d’invoquer en temps utile cette disposition pour encourager la RPDC et d’autres parties prenantes à faire avancer la dénucléarisation », a-t-il dit.

Photo ONU/Loey Felipe
Wang Yi, ministre des Affaires étrangères de la Chine, intervient lors d’un débat au Conseil de sécurité de l’ONU sur la non-prolifération nucléaire en République populaire démocratique de Corée le 27 septembre 2018.

Les Ministres des affaires étrangères de la Corée du Sud et du Japon ont été invités à faire un exposé devant le Conseil de sécurité.

Pour la République de Corée, la ministre Kang Kyung-wha a déclaré que le Conseil de sécurité avait joué « un rôle crucial » en adoptant des sanctions, pour faire venir la RPDC à la table des négociations.

« Nous nous engageons à continuer de travailler avec la communauté internationale pour veiller à ce que les sanctions du Conseil soient fidèlement appliquées, alors même que nous continuons à discuter avec la Corée du Nord pour faciliter des progrès substantiels vers la dénucléarisation complète », a dit la ministre sud-coréenne.

Le Ministre des affaires étrangères du Japon, Taro Kono, a déclaré que l’unité internationale était « cruciale » et qu’il était d’accord avec les Etats-Unis sur le fait que le plafond imposé sur les importations de pétrole avait été violé. « Il est important que tous les États membres cessent immédiatement de fournir ces produits à la Corée du Nord », a-t-il déclaré.

Source: UN News

Commenter cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s