Aux yeux du Hamas et de ses partisans, il est bien que les Palestiniens lancent des engins explosifs et des bombes incendiaires sur les soldats, mais il est totalement inacceptable que les soldats se défendent. Selon la logique tordue des dirigeants palestiniens, tout a commencé quand Israël a riposté.

Ceux qui ont envoyé les Palestiniens se battre avec les soldats israéliens le long de la frontière avec la bande de Gaza sont les seuls responsables du meurtre de plus de 150 Palestiniens et des blessés de milliers d’autres.

Le but des Palestiniens est de voir Israël partir. Tout. Mahmoud Abbas pense pouvoir atteindre cet objectif en menant une guerre diplomatique contre Israël au sein de la communauté internationale – une guerre visant à délégitimer et à diaboliser Israël et les Juifs.

Encore une fois, la question reste de savoir si la communauté internationale s’éveillera un jour pour se rendre compte que les dirigeants palestiniens les imitent. La délégation du Parlement européen qui s’est rendue à Ramallah est un bon test: quel message ses membres vont-ils transmettre chez eux: la vérité sur l’Autorité palestinienne impitoyable et répressive, ou sur les mensonges que Abbas et ses amis leur ont donné à la cuiller.

Quelques jours avant que le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, ne prononce son discours devant l’Assemblée générale des Nations unies le 27 septembre, ses forces de sécurité menaient une répression massive sur ses détracteurs et ses opposants en Cisjordanie, arrêtant plus de 100 Palestiniens. (Photo ONU / Cia Pak)

L’Autorité palestinienne (AP) a déclaré qu’elle souhaitait que la communauté internationale fasse pression sur Israël pour qu’il « mette fin aux violations contre le droit palestinien et au droit international ». La demande a été relayée aux membres d’une délégation du Parlement européen qui s’est réunie le 8 octobre à Ramallah avec le Premier ministre de l’AP, Rami Hamdallah. Lors de la réunion, Hamdallah a également réitéré l’appel de l’Autorité palestinienne à fournir une « protection internationale » aux Palestiniens.

L’appel de Hamdallah aux représentants du Parlement européen doit être envisagé dans le contexte de la campagne en cours de mensonges et d’incitation à la haine contre Israël menée par les dirigeants de l’AP. L’appel sent également l’hypocrisie et la duperie.

Hamdallah fait apparemment allusion aux mesures de défense israéliennes prises le long de la frontière entre la bande de Gaza, où des milliers de sympathisants du Hamas ont organisé de violentes manifestations depuis mars 2018. Dans le cadre des manifestations orchestrées par le Hamas, parfois appelées la « Marche du retour ». Les Palestiniens infiltrent la frontière israélienne et lancent des bombes incendiaires et des engins explosifs sur les soldats israéliens. Ils ont également lancé des cerfs-volants criminels et des ballons piégés vers les communautés israéliennes près de la frontière avec la bande de Gaza.

Hamdallah et son chef, le président de l’AP Mahmoud Abbas, estiment qu’Israël n’a pas le droit de se défendre contre la campagne de terrorisme menée par le Hamas et d’autres groupes terroristes palestiniens dans la bande de Gaza. À leurs yeux, il est bien que les Palestiniens lancent des engins explosifs et des bombes incendiaires sur les soldats, mais il est tout à fait inacceptable que les soldats se défendent. Selon la logique tordue des dirigeants palestiniens, tout a commencé quand Israël a riposté.

Ceux qui ont envoyé les Palestiniens se battre avec les soldats israéliens le long de la frontière avec la bande de Gaza sont les seuls responsables du meurtre de plus de 150 Palestiniens et des blessés de milliers d’autres. La « Marche du retour » conçue par le Hamas n’est rien d’autre qu’une déclaration de guerre à Israël. C’est une autre phase de la campagne terroriste palestinienne que de forcer Israël à se mettre à genoux. Lorsque les attentats suicides et les roquettes n’atteignent pas leur objectif de forcer Israël à se soumettre, les Palestiniens ont recours à des cerfs-volants et des balles incendiaires, ainsi qu’à des coups de couteau et des tirs pour atteindre leur objectif.

Le but des Palestiniens est de voir Israël partir. Tout. Abbas pense pouvoir atteindre cet objectif en menant une guerre diplomatique contre Israël au sein de la communauté internationale – une guerre visant à délégitimer et à diaboliser Israël et les juifs. Ses rivaux du Hamas estiment qu’Israël pourrait et devrait être détruit par le terrorisme et d’autres actes de violence.

La stratégie du Premier ministre de l’Autorité palestinienne consistant à condamner Israël fait partie d’une tradition palestinienne de longue date qui consiste à rallier le monde contre Israël.

En fait, cela concorde avec le célèbre dicton arabe: « Il m’a frappée et a pleuré, il a couru pour me plaindre ». Cet énoncé reflète l’état d’esprit des dirigeants palestiniens, selon lequel l’auteur prétend être la victime.

Cependant, il ne s’agit pas simplement de prétendre être la victime. L’approche des dirigeants palestiniens n’est pas seulement frauduleuse, mais aussi extraordinairement hypocrite.

Alors que Hamdallah se plaignait des « violations » commises par Israël, ses forces de sécurité en Cisjordanie continuaient de porter quotidiennement atteinte aux libertés publiques, y compris la liberté des médias. Au moment où se tenait la réunion à Ramallah, un groupe palestinien a publié un rapport sur les violations des droits de l’homme à grande échelle commises par les différentes forces de sécurité de Hamdallah et d’Abbas.

Alors que la réunion était en cours, les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne ont arrêté un autre journaliste palestinien dans la ville de Hébron: Amer Abu Arafeh . Le journaliste, qui a été libéré 24 heures plus tard, a déclaré que ses interrogateurs palestiniens avaient tenté de le contraindre à lui donner le mot de passe de sa page Facebook.

La délégation du Parlement européen n’a pas été informée d’un rapport sur ce dernier assaut contre les médias palestiniens lors de sa rencontre avec le Premier ministre de l’Autorité palestinienne. Ce n’est pas quelque chose qui les concerne, ni l’UE, car le journaliste n’a pas été pris pour cible par Israël. Pourquoi devraient-ils ouvrir la bouche sur l’arrestation d’un journaliste palestinien si Israël n’est pas impliqué?

La délégation du Parlement européen n’a pas non plus entendu parler du rapport publié par un groupe appelé Comité des familles des prisonniers politiques en Cisjordanie. Le comité est composé de familles et de proches de Palestiniens régulièrement ciblés par les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne, principalement en raison de leur affiliation avec des groupes d’opposition palestiniens, dont le Hamas, ou pour avoir critiqué ouvertement les dirigeants palestiniens.

Le rapport, qui a été rendu public alors que les responsables de l’UE accusaient les accusations de Hamdallah contre Israël, reproche à l’AP d’intensifier ses attaques contre les libertés publiques en Cisjordanie. Ce n’est pas le genre de compte que Hamdallah serait intéressé à partager avec ses invités européens.

Dans son rapport, le comité indique qu’il a documenté 685 agressions des libertés publiques par les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne en Cisjordanie juste au cours du mois de septembre. Les agressions comprennent, entre autres, des arrestations et des détentions arbitraires massives, des convocations à un interrogatoire, des perquisitions domiciliaires et la confiscation de biens. Le rapport a souligné que cela représentait une augmentation spectaculaire du nombre de violations des droits de l’homme par rapport aux mois précédents.

Selon le rapport, les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne ont arrêté plus de 100 Palestiniens quelques jours avant que son discours soit prononcé devant l’Assemblée générale des Nations Unies le 27 septembre. Abbas a consacré une grande partie de son discours à condamner Israël, qu’il accusait « d’étouffer » le Palestiniens et « saper nos efforts sérieux pour construire les institutions de notre Etat chéri. »

Abbas, cependant, s’est abstenu de mentionner à l’Assemblée générale des Nations Unies que pendant qu’il parlait, ses forces de sécurité menaient une répression massive contre ses détracteurs et ses opposants en Cisjordanie. En ce qui concerne Abbas, le monde ne devrait pas savoir cela. Le mal que lui et d’autres personnes voient n’est que du côté israélien.

Revenons au rapport que ni Abbas ni son Premier ministre ne veulent partager avec le monde. Selon ce rapport, parmi les personnes arrêtées ou détenues en septembre, il y aurait 37 étudiants universitaires, huit enseignants, sept journalistes, 55 professeurs et professeurs d’université, cinq ingénieurs et 23 marchands. Le rapport a également révélé que quatre détenus palestiniens avaient entamé une grève de la faim dans une prison palestinienne pour protester contre leur incarcération illégale.

Nous assistons donc encore à un acte de fraude et de tromperie de la part d’Abbas et de ses principaux responsables à Ramallah. Les dirigeants palestiniens se sont convaincus qu’ils pouvaient continuer à répandre leurs mensonges dans le monde tout en cachant la vérité sur ce qui se passait au sein de leur régime répressif et corrompu en Cisjordanie. Ils croient que, à cause du silence du monde, ils peuvent continuer à mentir à tout le monde tout le temps.

Encore une fois, la question reste de savoir si la communauté internationale s’éveillera un jour pour se rendre compte que les dirigeants palestiniens les imitent. La délégation du Parlement européen qui s’est rendue à Ramallah est un bon exemple: quel message ses membres vont-ils transmettre à la maison: la vérité sur l’Autorité palestinienne répressive et sans pitié, ou sur les mensonges que Abbas et ses amis leur ont donné à la cuillère?

Bassam Tawil est un musulman arabe basé au Moyen-Orient.

Source: Europe-Israël

Commenter cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s