Les services de renseignement pointent d’inquiétants cas de communautarisme musulman à l’école. Leur nombre est stable, mais leur nature de plus en plus radicale. Karim Ifrak, chercheur au CNRS et spécialiste de l’islam, s’est confié à Sputnik. S’il rappelle qu’ils sont le fait d’une minorité, il s’inquiète que des enfants soient endoctrinés.

Garçons qui ne veulent pas tenir la main aux filles, élèves qui se bouchent les oreilles pour ne pas écouter de musique ou encore écoliers qui refusent de suivre leur cours dans des classes équipées de mobilier rouge, jugé «haram»… La récente note des services de renseignement, destinée au cabinet du Président de la République, à son Premier ministre et à Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, est explosive. Nos confrères d’Europe 1 ont pu mettre la main dessus et en ont publié la substance. Si le nombre de cas est stable, la radicalité dont font preuve certains élèves, parfois très jeunes, inquiète les autorités.

D’après Le Figaro, la plateforme d’appels mise en service par le ministère de l’Éducation nationale fin mai pour signaler des «atteintes à la laïcité» reçoit environ 30 appels par jour de la part d’enseignants qui ne savent pas toujours comment réagir. Karim Ifrak, chercheur au CNRS, Docteur de l’École Pratique des Hautes Études de Paris et spécialiste de l’islam, a longuement confié à Sputnik France son inquiétude devant ce phénomène, tout en rappelant que seule une minorité des musulmans de France est concernée.

Sputnik France: La note des services de renseignement vous a-t-elle surpris?

Karim Ifrak: Non. Depuis l’arrivée de Macron, on n’entend plus parler des dérives liées à la radicalisation islamiste qui ont marqué le quinquennat de François Hollande. Mais elles sont toujours là. Ce n’est pas parce que l’on en parle plus qu’elles n’existent plus. Les services de renseignements savent parfaitement ce qu’il se passe en France. Lorsqu’ils alertent sur cette question, cela signifie que ce n’est que la partie apparente de l’iceberg.

Sputnik France: Comment vous expliquez-vous ces cas de plus en plus radicaux?

Karim Ifrak: Lorsque vous regardez attentivement le rapport des renseignements, vous vous apercevez qu’il parle en filigrane du salafisme et de l’islamisme, deux idéologies qui font souvent parler d’elles pour des questions liées à l’alimentation halal ou au mélange filles-garçons. Et maintenant, on va jusqu’à parler de couleur rouge, soi-disant interdite dans le texte coranique.

Sputnik France: Cela concerne parfois de très jeunes enfants. Dans quelle mesure les parents sont-ils responsables d’un tel comportement?

Karim Ifrak: C’est évident qu’ils jouent un rôle. L’éducation se fait tout d’abord dans le foyer familial. Si votre environnement est vicié par une idéologie quelconque eh bien, vous êtes nourri de cette dernière. Vous êtes dans l’imitation de ce qu’il se passe à la maison. L’ensemble de ces jeunes enfants qui sont pointés du doigt aujourd’hui évoluent dans un environnement qui ne peut être qu’islamiste ou salafiste. Ce contexte invite à prendre la chose beaucoup plus au sérieux.

Sputnik France: Le rapport des renseignements fait état de cas où des enfants musulmans sont stigmatisés et vilipendés par d’autres enfants musulmans parce qu’ils ne mangent pas de nourriture halale par exemple. C’est plutôt inquiétant comme situation…

Karim Ifrak: Elle est inquiétante et en même temps, elle ne l’est pas. Cela signifie qu’il existe une partie des musulmans qui n’adhère pas à cette influence idéologique salafiste ou islamiste. C’est même la majorité écrasante des musulmans de France, qui s’inscrit dans un islam traditionnel, tolérant et inclusif. Voici un point positif qu’il faut noter.

Une minorité essaie d’imposer sa façon de voir les choses et sa façon de vivre, par exemple à travers le vestimentaire ou l’alimentaire, et ceci est intolérable. D’autant plus quand cela se produit dans un espace public qui est celui de l’éducation nationale. Ces agissements sont quelque chose d’assez nouveau. De par le passé, nous n’avions pas ce type d’attitude entre musulmans. On a l’impression qu’une étape a été brûlée et que l’on passe maintenant à l’action et à l’intimidation. Il ne faut pas perdre de vue qu’il s’agit d’un très jeune public. Que va-t-il se passer quand ils deviendront adultes?

Sputnik FranceOn a l’impression d’assister dans certaines familles à un retour en force du religieux et de certains comportements qui ne sont pas compatibles avec la vie au sein de la République française… Peut-on parler de retour en arrière?

Karim Ifrak: Il est troublant de constater que même au bout de plusieurs générations qui ont évolué en France, le changement ne parvient pas à s’opérer. La transmission d’une éducation, d’un savoir ou d’une idéologie se fait de génération à génération. À partir de la troisième, nous avons parfois vécu un retour à la pratique religieuse par sa porte la plus radicale et la plus extrême. C’est dans cet espace réduit qu’il y a eu transmission de valeurs qui ne sont pas celles de la grande majorité des musulmans de France. Les enfants tombent sous l’impact de cette éducation et de cette vision des choses très limitée qui rejette l’autre.

Sputnik France: Peut-on parler de «désintégration» pour ces familles et ces enfants?

Karim Ifrak: Je parlerais même de séparatisme. C’est hallucinant, mais cela concerne des gens qui ont vécu sous la protection de la République, République qui leur a tout donné. Pourtant, ils se lèvent et revendiquent de ne pas adhérer à ses valeurs. Ils éduquent leurs enfants dans la contestation de ces valeurs. C’est inadmissible et cela ne devrait pas exister. J’en veux pour preuve que la majorité des musulmans de France est de plus en plus intégrée et ne semble plus prêter attention à ces détails qui s’inscrivent dans une dérive communautariste ou identitaire.

Sputnik FranceLors de la passation de pouvoir, le désormais ex-ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a prononcé un discours très fort. Il s’est inquiété du communautarisme qui frappe certains quartiers et a même lancé «on vit côte à côte et je le dis, moi je crains que demain on ne vive face à face». Cette sombre prophétie pourrait-elle voir le jour?

Karim Ifrak: Non pas du tout. Ce n’est que l’affaire d’une minorité et ce n’est pas cette minorité qui pourrait provoquer une fracture sociale en France qui pousserait les gens à se regarder face à face et à ne plus marcher côte à côte.

Sputnik France: Que faudrait-il faire au niveau des associations musulmanes, des autorités?

Karim Ifrak: Je pense que le projet de Hakim El Karoui, notamment au niveau de l’enseignement de la langue arabe dans l’enceinte de l’Éducation nationale, est un beau projet, car il pourrait endiguer l’influence et l’avancée des idéologies séparatistes qui sont celles des islamistes et des salafistes. Les jeunes enfants qui ont fait preuve d’une attitude communautariste ne sont que des victimes et il ne faut pas les regarder comme des bourreaux. Les vrais bourreaux sont les adultes, des lâches qui se cachent derrière leurs enfants.

C’est eux qu’il faut surveiller de près. L’État doit renforcer sa présence au sein des établissements de l’Éducation nationale.

De plus, il doit regarder de plus près ce qu’il se passe au niveau de l’enseignement de la langue arabe et des programmes religieux qui sont légion dans certaines mosquées ou associations. Ne soyons pas dupes, ces mêmes familles salafistes et islamistes sont les mêmes qui tiennent certaines mosquées et écoles coraniques en France. C’est dans ces lieux que ce type d’idéologie est entretenu. Je rappelle cependant que la majorité des mosquées ne rentrent pas dans ce jeu-là. Elles sont du côté de la République, de l’inclusivité et du bien-vivre et non de celui du séparatisme et de l’entretien des idéologies islamiste et du salafiste.

Source: Sputnik News

Note de Nathaniel: Je peux témoigner d’une radicalisation et d’une véritable islamisation dans le circuit scolaire et même universitaire pour le vivre chaque jour. Mais cela ne m’empêche pas de témoigner pour autant… 😉 Bien entendu, concernant les propos tenus par Karim Ifrak, je ne suis pas tout à fait d’accord sur de nombreux points…

Commenter cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s