Le Washington Examiner a dressé une liste de 289 accomplissements du président Trump après 20 mois de présidence, et l’a qualifiée « d’acharnement à tenir ses promesses ». 

J’ai passé cette liste en revue, et j’ai validé l’exactitude de chacune des lignes. Parce que je suis la présidence Trump au jour le jour depuis son élection, je me considère comme un expert de Trump – je connais le sujet sur le bout des doigts. Je sais aussi que les formidables résultats de Trump sont soit totalement occultés par les journalistes, soit évoqués du bout des lèvres, soit pire encore, attribués à son prédécesseur, Barack Obama. J’ai toujours eu de la sympathie pour cet homme – pas pour sa politique – mais là, je l’ai trouvé très minuscule, très mesquin, moche même, et il a beaucoup baissé dans mon estime en affirmant, lors d’un récent meeting politique, que la réussite économique de Trump, c’est lui.

Ceux qui suivent l’actualité, même de loin, ont été tétanisés par le degré d’hostilité des médias anti-Trump. Les plus influençables ont pensé qu’il était un pitre, un raciste, ou un abruti doublé d’un être vulgaire. D’autres ont été convaincus que c’est un néo-nazi. Ils ont commencé à changer d’opinion quand leur sont parvenues, par-ci par-là, des informations qui contredisaient le narratif négatif.

Byron York : « d’après Harvard, CNN et NBC sont à 93 % négatifs sur Trump ».

Les gens ne connaissent pas le quart de la réalité. Cette hostilité est une guerre ouverte dont l’intensité est difficile à imaginer. Ce n’est plus une couverture critique du président, mais un affrontement permanent.

« Chaque fois que je dis que les médias penchent ridiculement vers la gauche, qu’ils ont perdu la moitié du pays avec leur attitude et que le ton de la couverture du président Donald Trump est trop hostile, j’ai la même réaction : des roulements d’yeux dubitatifs » écrivait John Kass dans le Chicago Tribune  de mai 2017.

Dans une interview de 2017 pour le New York Times qui a été a dans un premier temps coupée, l’ex-président Jimmy Carter déclarait : « Les médias sont plus durs avec Trump qu’avec ses prédécesseurs ».

Pour bien comprendre que je n’exagère pas, et que vos amis à qui vous allez envoyer cet article ne vous prennent pas pour des fabulateurs, quelques chiffres sont indispensables :

« 70 pour cent des articles sur Trump négatifs, 90 pour cent négatifs à son apogée »

  • Selon une étude d’Harvard publiée en mai 2017 sur les 100 premiers jours de sa présidence – c’est-à-dire avant qu’il n’ait beaucoup de temps à mettre en place son programme, « 70 pour cent des articles publiés sur Trump étaient négatif, et cela a atteint 90 pour cent négatif à son apogée”, constatait Harvard. Le média le plus neutre, Fox News, était 52% négatif et 48% positif, ce qui explique d’ailleurs qu’il soit la chaîne d’information de très loin numéro 1 aux Etats-Unis et que la gauche tenter de faire fermer. C’est d’autant plus important qu’Harvard est une université très à gauche, très « progressiste ».
  • En octobre de la même année, le Pew Research Center arrivait à des conclusions comparables :
    • « Par rapport à d’autres présidents récents, les reportages sur le président Trump ont été plus axés sur sa personnalité que sur sa politique, et sont plus susceptibles de porter une évaluation négative de ses actions », constate Pew.
    • L’approche de Pew est qu’un reportage est considéré comme « négatif » s’il comporte deux fois plus de déclarations négatives que positives, et vice versa pour les déclarations positives. Selon ce critère, près des deux tiers des articles sur le président Trump étaient négatifs, beaucoup plus que pour les autres présidents récents.
    • Pire encore, observait Pew, « seulement 5 % des articles sur M. Trump étaient positifs, contre 42 % pour M. Obama ».
  • La couverture de la Maison-Blanche sur les « trois grands » réseaux de radiodiffusion – ABC, CBS et NBC – reste négative à 91%, selon une nouvelle étude du Media Research Center publiée en septembre 2017, qui suit le phénomène depuis que M. Trump a commencé sa campagne en 2016.
    • Au cours de l’été – juin, juillet et août 2017 – 91 pour cent des déclarations ont été négatives, par opposition à 9 pour cent positives, selon l’organisation.
    • « Les médias étaient hostiles à plus de 90 % à l’époque – et ils ne sont encore aujourd’hui » précise l’étude. « La tendance est sans précédent, selon notre analyse. »
  • A 91% de couverture négative, « c’est une hostilité sans précédent » s’exclame la journaliste Jennifer Harper dans le Washington Times du 6 mars 2018.

Promesses tenues … 289 fois

Le jour de son investiture, un journaliste du Huffington Post, un journal clairement à gauche, a déclaré :

« Comment le public peut-il penser qu’un président pour qui la vérité semble n’avoir presque aucun poids tiendra ses engagements ? »

Engagement non tenu, vraiment ? : trois chiffres viennent de tomber rapporte CNBC le 2 novembre :

  1. Le nombre d’emplois non agricoles a augmenté de 250 000 en octobre, soit bien plus que les 190 000 attendus.
  2. Les salaires moyens ont progressé de plus de 3,1 % pour la première fois depuis la récession de 2009
  3. Le taux de chômage est inchangé à 3,7 %, son plus bas niveau depuis décembre 1969.

Engagements non tenus, vraiment ?

Croissance économique

  • 4,2 % de croissance au deuxième trimestre de 2018.
  • Pour la première fois en plus d’une décennie, la croissance devrait dépasser 3 % au cours de l’année civile.

Emploi

  • 4 millions de nouveaux emplois ont été créés depuis l’élection, plus de 3,5 millions depuis l’arrivée au pouvoir de Trump.
  • Plus d’Américains ont aujourd’hui un emploi que cela s’est produit dans toute l’histoire des Etats-Unis :
    • Le nombre de chômeurs n’a jamais été aussi bas depuis 50 ans.
    • Les taux de chômage des Afro-Américains, des Hispaniques et des Asio-Américains ont tous atteint des creux records.
    • Le taux de chômage des Afro-Américains a baissé au chiffre record de 5,9 % en mai 2018.
    • Celui des Hispaniques est tombé à 4,5 %.
    • Le taux de chômage des Américains d’origine asiatique a atteint le niveau record de 2 %.
    • Le taux de chômage des femmes a atteint son plus bas niveau depuis 65 ans.
    • Le taux de chômage des femmes a chuté à 3,6 % en mai 2018, soit son plus bas niveau depuis octobre 1953.
    • Le chômage des jeunes a atteint son plus bas niveau en plus de 50 ans.
    • Le taux de chômage des jeunes de juillet 2018, soit 9,2%, est le plus bas depuis juillet 1966.
    • Le taux de chômage des anciens combattants a récemment atteint son plus bas niveau en près de deux décennies.
    • En juillet 2018, le taux de chômage des anciens combattants, qui s’établit à 3%, a atteint son taux le plus bas depuis mai 2001.
    • Le taux de chômage des Américains non diplômés a récemment atteint son niveau le plus bas.
    • Le taux de chômage des Américains handicapés a également atteint un plus bas niveau record.
    • L’emploi des « cols bleus » a connu sa croissance la plus rapide depuis plus de 30 ans.
  • L’économie a connu la plus longue période de croissance positive continue de l’emploi jamais enregistrée dans toute l’histoire des Etats-Unis.
  • Le nombre d’offres d’emploi atteint un sommet historique, et dépasse pour la première fois de notre histoire le nombre de demandeurs d’emploi enregistrés.
  • Le nombre de personnes qui ont demandé une assurance-chômage est au plus bas niveau depuis 50 ans.
  • Les sondages ont révélé que 85 % des ouvriers de l’industrie pensent que leur vie va « dans la bonne direction ».
    68% ont déclaré avoir eu une augmentation de salaire au cours de la dernière année.
  • L’an dernier, la satisfaction professionnelle des travailleurs américains a atteint son plus haut niveau depuis 2005.
  • Près des deux tiers des Américains estiment que le moment est propice pour trouver un emploi de qualité.
  • L’optimisme quant à la disponibilité de bons emplois a augmenté de 25 %.
  • Plus de 400 000 emplois dans le secteur manufacturier ont été créés depuis l’élection de Trump.
  • L’emploi dans le secteur manufacturier a crû à son rythme le plus rapide depuis plus de 20 ans.
  • 100 000 nouveaux emplois dans le domaine géopolitique crucial de la production et du transport du pétrole et du gaz naturel ont été créés.

Pendant sa campagne, Trump déclarait flamboyant : « vous allez tellement gagner, vous allez finir par être fatigués de gagner ».

Revenu

  • Le revenu médian des ménages a atteint 61 372 $ en 2017, meilleur chiffre depuis la récession de 2009.
  • En août, les salaires ont vu leur taux d’augmentation le plus élevé depuis juin 2009.
  • Les salaires ont augmenté de 3,3 % entre 2016 et 2017, soit la plus forte hausse en dix ans.
  • Le Council of Economic Advisers a constaté que la rémunération salariale réelle a augmenté de 1,4 % au cours de la dernière année.
  • Quelque 3,9 millions d’Américains n’ont plus réclamé de bons d’alimentation, cette aide pour les plus démunis sans travail, depuis les élections.
  • Le revenu médian des Hispano-Américains a augmenté de 3,7 % et a dépassé les 50 000 $ pour la première fois de toute l’histoire des Etats-Unis.
  • Le taux d’accession à la propriété chez les Hispaniques est le plus élevé depuis près de 10 ans.
  • Le taux de pauvreté des Afro-Américains et des Hispano-Américains a atteint son plus bas niveau jamais enregistré.

Optimisme

  • L’optimisme des petites entreprises a atteint des sommets historiques.
  • L’indice d’optimisme des petites entreprises a battu son record vieux de 35 ans en août.
  • Le sondage de SurveyMonkey/CNBC sur la confiance des petites entreprises pour le troisième trimestre de 2018 a atteint son plus haut niveau historique.
  • Les fabricants sont plus confiants que jamais.
  • 95 % des fabricants américains sont optimistes quant à l’avenir, le plus élevé jamais atteint.
  • La confiance des consommateurs est à son plus haut niveau en 18 ans.
  • 12 % des Américains estiment que l’économie est le problème le plus important auquel notre pays est confronté : c’est le niveau le plus bas jamais enregistré.
  • La confiance dans l’économie est proche de son meilleur chiffre depuis 20 ans : 51% des Américains jugent l’économie bonne ou excellente.
  • Les investissements reviennent en masse aux États-Unis en raison des réductions d’impôt.
  • Plus de 450 milliards de dollars ont déjà été injectés aux États-Unis, dont plus de 300 milliards au premier trimestre de 2018.
  • Les ventes au détail ont fait un bond. Les chiffres du Département du Commerce d’août montrent que les ventes au détail ont augmenté de 0,5 % en juillet 2018, soit une augmentation de 6,4 % par rapport à juillet 2017.
  • L’indice manufacturier a atteint son plus haut niveau en 14 ans.
  • La productivité n’a jamais été aussi élevée depuis plus de 3 ans.
  • Des producteurs d’acier et d’aluminium rouvrent leurs portes.
  • Le Dow Jones, le S&P 500 et le NASDAQ ont tous atteint des sommets records.
  • Le Dow Jones a atteint des sommets records plus de 70 fois en 2017, le nombre de fois le plus élevé jamais enregistré en un an.

Comment Trump est arrivé à de si bons résultats, et pourquoi Obama ne peut pas se les approprier

Deux obstacles entravent énormément la progression des entreprises, et Trump, qui vient du milieu des Affaires, les connaît très bien et les a supprimés. Il s’agit des impôts et taxes, et de la réglementation, casse-tête des entreprises.

Pour tout vous dire, lorsque Trump a parlé de déréglementation, les politiciens de métier se sont regardés en se grattant la tête et en se demandant quelle mouche avait piqué Trump : sans expérience de l’entreprise, jamais ils ne se sont doutés que la bureaucratie est un frein au développement économique – sans quoi il y a bien longtemps qu’ils auraient agi efficacement.

Déréglementation

  • Trump a procédé à une déréglementation massive à un rythme rapide, supprimant 22 réglementations pour chaque réglementation nouvelle au cours de sa première année au pouvoir.
  • Il a signé un projet de loi visant à abolir les dispositions coûteuses et néfastes de la loi Dodd-Frank, qui aide les organismes de crédit et les banques communautaires et régionales.
  • Parce que la surveillance des réglementations coûte cher, les organismes fédéraux ont réalisé une économie nette de plus de 8 milliards de dollars sur l’ensemble des réglementations.
  • Trump a abrogé plus de règlements que cela n’a jamais été fait dans l’histoire.

Réductions d’impôt

C’est le nerf de la guerre : plus vous gardez une part importante de l’argent que vous avez gagné, mieux vous vivez, et plus vous pouvez investir et dépenser pour votre famille. Pour les entreprises, moins elles payent d’impôts, plus elles peuvent investir, se développer, embaucher, innover, améliorer la qualité de leurs produits et de leur service, ce qui crée un cercle vertueux auprès des consommateurs qui sont plus enclins à dépenser plus pour un bon produit.

  • Trump a signé les plus importantes réductions d’impôt et réformes de l’histoire des États-Unis.
  • Plus de 5,5 billions (5,5 mille milliards) de dollars ont été accordés en réductions d’impôt brutes, dont près de 60% aux familles.
  • L’exemption de l’impôt sur l’héritage a permis d’aider à sauver les exploitations agricoles familiales et les petites entreprises.
  • Les déductions standard pour les particuliers et les familles a presque doublé.
  • La grande majorité des familles américaines seront maintenant en mesure de remplir leurs déclarations d’impôts sur une seule page.
  • Le crédit d’impôt par enfant a été doublé afin d’alléger le fardeau financier de l’éducation d’une famille.
  • Le taux d’imposition des sociétés a été abaissé afin de permettre aux entreprises américaines d’être concurrentielles et de gagner par rapport aux pays étrangers.
  • Les petites entreprises peuvent maintenant déduire 20 % de leur revenu d’entreprise.
  • Des douzaines d’allégements fiscaux pour les intérêts spéciaux et les niches fiscales pour les plus riches ont été supprimées.
  • 9 travailleurs américains sur 10 devraient voir leur salaire encore augmenter grâce aux réductions d’impôts, selon le département du Trésor.
  • Plus de 6 millions de travailleurs américains ont reçu des augmentations de salaire, des primes et des avantages sociaux accrus grâce aux réductions d’impôts.
  • Plus de 100 entreprises de services publics ont réduit leurs tarifs d’électricité, de gaz ou d’eau grâce à la Loi sur les réductions d’impôt et les emplois.
  • Ernst & Young a constaté que 89 % des entreprises prévoyaient d’augmenter la rémunération des travailleurs grâce aux réductions d’impôt de Trump.
  • Des avantages fiscaux aux établissements qui s’installent dans les zones défavorisées ont été créés pour stimuler l’investissement dans les communautés laissées pour compte.

Formation permanente

  • Trump a établi un Conseil national pour les travailleurs américains afin d’élaborer une stratégie nationale de formation et de recyclage des travailleurs américains pour les industries à forte demande.
  • Les employeurs ont signé l’ »Engagement envers les travailleurs américains », s’engageant à former ou à recycler plus de 4,2 millions de travailleurs et d’étudiants.
  • Trump a signé la première autorisation de renouvellement de « l’ECC Perkins » depuis 2006, autorisant les États à financer des programmes de formation professionnelle et d’éducation à hauteur de plus d’un milliard de dollars par an.
  • Le président a signé un décret exécutif élargissant les possibilités d’apprentissage pour les étudiants et les travailleurs.

Infrastructures nationales

  • Le plan d’infrastructure proposé -et qui sera mis en œuvre si la Chambre des représentants ne passe pas aux Démocrates le 8 novembre 2018 – utilisera 200 milliards de dollars de fonds fédéraux pour stimuler des investissements privés d’au moins 1,5 milliard de dollars dans l’infrastructure partout au pays.
  • Trump a signé un décret accélérant l’examen et l’approbation des projets d’infrastructure hautement prioritaires en matière d’environnement.
  • Les organismes fédéraux ont signé le protocole d’entente sur la « décision fédérale unique » qui simplifie le processus fédéral de délivrance de permis pour les projets d’infrastructure.
  • Le groupe de travail sur la prospérité rurale a signé un décret pour aider à étendre l’accès internet à haute vitesse dans les régions rurales.

Loi sur l’assurance santé

C’est le sujet épineux. Après avoir promis pendant 6 ans que dès qu’ils auraient le pouvoir, les Républicains annuleraient Obamacare, ils ont refusé de voter sa suppression promise par Trump lors des élections, et donc demandé par le peuple américain – un comportement anti-démocratique. Les soins de santé restent un sujet de stress, beaucoup de petits dirigeants d’entreprises et de chefs de famille craignent la faillite si une maladie grave et coûteuse s’abat sur un des membres de leur famille.

  • Trump a signé un décret visant à réduire le fardeau financier des ménages américains.
  • Il a signé une loi visant à améliorer la ligne d’assistance téléphonique nationale en cas de suicide.
  • Signé la loi la plus complète jamais promulguée sur le cancer chez les enfants, qui fera progresser la recherche sur le cancer chez les enfants et améliorera les traitements.
  • Trump a signé une loi sur le « droit d’essayer », qui élargit la possibilité, pour les patients en phase terminale, de tester des solutions médicales qui n’ont pas encore été totalement validées.
  • Trump a modifié le programme Medicare 340B, ce qui a permis aux retraités d’économiser environ 320 millions de dollars en médicaments en 2018 seulement.
  • La FDA, équivalent du ministère de la Santé, a établi un nouveau record d’approbations de médicaments génériques en 2017, permettant aux consommateurs d’économiser près de 9 milliards de dollars.
  • Trump a établi un plan directeur visant à faire baisser les prix des médicaments, ce qui a amené plusieurs grandes sociétés pharmaceutiques à annoncer qu’elles allaient geler ou annuler leurs augmentations de prix.
  • L’administration Trump a élargi les régimes d’assurance-maladie à court terme et à durée limitée.
  • Il a permis à un plus grand nombre d’employeurs de former des coopératives d’assurance-maladie, permettant ainsi à un plus grand nombre de petites entreprises de se regrouper et de fournir une assurance-maladie abordable à leurs employés.
  • Trump a supprimé la lourde pénalité imposée par Obamacare à ceux qui refusaient de s’assurer.
  • Signature d’une loi abrogeant l’Independent Payment Advisory Board d’Obamacare, aussi connu sous le nom de « death panels ».
  • Le ministère de l’Agriculture, l’USDA, a investi plus d’un milliard de dollars dans les soins de santé ruraux en 2017, améliorant ainsi l’accès aux soins de santé pour 2,5 millions de personnes dans les communautés rurales de 41 États d’Amérique.
  • Trump a proposé la règle du titre X pour faire cesser que les contribuables financent l’industrie de l’avortement.
  • Il a réintroduit et élargi la « réglementation de Mexico » pour empêcher l’aide étrangère de soutenir l’industrie mondiale de l’avortement.
  • Le ministère de la Santé et des Services aux citoyens (HHS) a formé une nouvelle division sur la protection des droits de conscience et de liberté religieuse.
  • Trump a annulé la réglementation signée par l’administration Obama juste avant son départ, qui interdisait aux États d’arrêter de financer certains services d’avortement.
  • Il a signé un décret exécutif pour que les organisations religieuses ne soient pas forcées de choisir entre violer leurs croyances religieuses et financer la contraception imposée par Obamacare, ou fermer leurs activités.

Lutte contre les ravages des opioïdes

72 000 personnes sont mortes d’overdoses en 2017, soit plus que des armes à feu, des meurtres ou des accidents de voiture, rapporte The Washington Examiner dans un article publié le 2 novembre :

  • 40 100 personnes sont mortes dans des accidents de la route,
  • 15 549 ont été tuées par balle, sans compter les suicides,
  • 17 284 ont été victimes d’homicides,
  • et près de 45 000 se sont suicidées.

Donald Trump, qui a souvent indiqué n’avoir jamais fumé de cigarette, qu’il ne boit pas d’alcool, et ne s’est jamais drogué, tout comme l’auteur de ces lignes, a été marqué par le décès de son frère Fred pour alcoolisme, qu’il admirait beaucoup. Il est donc personnellement très sensible au sujet.

  • Il a présidé la réunion de la 73e Session générale des Nations Unies sur le problème mondial de la drogue avec les dirigeants internationaux.
  • Afin de mettre fin à l’abus d’opioïdes et réduire l’offre et la demande de drogues, il a introduit de nouvelles mesures pour tenir les drogues dangereuses à l’écart de nos collectivités :
    • 6 milliards de dollars de nouveaux fonds pour lutter contre l’épidémie d’opiacés.
    • En avril 2018, la DEA a procédé à une vague d’arrestations de 28 professionnels de la santé et a révoqué 147 inscriptions pour prescription d’un trop grand nombre d’opioïdes.
  • Il a fait transporter le monument commémoratif « Prescribed to Death » au President’s Park, près de la Maison-Blanche, pour aider à sensibiliser le public aux conséquences humaines de la crise des opioïdes.
  • Il a aidé à réduire de 16 pour cent les ordonnances d’opioïdes à forte dose en 2017.
  • Trump a lancé une campagne nationale de sensibilisation du public aux dangers de la dépendance aux opiacés.
  • Il a créé une Commission de lutte contre la toxicomanie et la crise des opioïdes qui a recommandé un certain nombre de moyens pour s’attaquer à la crise des opioïdes.
  • Il a dirigé deux journées nationales de reprise des médicaments d’ordonnance en 2017 et 2018, recueillant un nombre record de médicaments d’ordonnance périmés et inutiles.
  • 485 millions de dollars de subventions ciblées au cours de l’exercice 2017 ont été dépensés pour aider les régions les plus durement touchées par la crise des opioïdes.
  • Il a signé la loi « INTERDICT », qui renforce les efforts visant à détecter et à intercepter les opioïdes synthétiques avant qu’ils n’atteignent les collectivités.
  • Le Ministère de la Justice a obtenu ses toutes premières inculpations contre des fabricants chinois de fentanyl.
  • Une équipe mixte de lutte contre la criminalité liée aux opioïdes (J-CODE) a été constituée afin de perturber les ventes illicites d’opioïdes en ligne.
  • En octobre 2017, la crise des opioïdes a été déclarée Urgence nationale de santé publique.

Et bien entendu, la construction d’un mur de séparation avec le Mexique a également pour but d’entraver fortement le trafic de drogue.

Application de la loi et respect de l’ordre public

L’application de la loi et de l’ordre public étaient un des thèmes importants de la campagne présidentielle. C’est de nouveau un thème important du président pour les élections de mi-mandat.

  • Un plus grand nombre de juges (conservateurs) ont été confirmés au cours de la première année de leur mandat que jamais auparavant.
  • Trump a confirmé plus de deux douzaines de juges fédéraux.
  • Trump a respecté sa très importante promesse de nommer des juges à la Cour suprême qui respecteront la Constitution.
    • Il a procédé à la nomination et la confirmation des juges Neil Gorsuch et Brett Kavanaugh à la Cour suprême.
  • Il a signé un décret ordonnant au ministre de la Justice d’élaborer une stratégie visant à poursuivre plus efficacement les personnes qui commettent des crimes contre les agents d’application de la loi.
  • Trump a lancé une évaluation des programmes de subventions pour s’assurer qu’ils accordent la priorité à la protection et à la sécurité des policiers.
  • Création d’un groupe de travail chargé de réduire la criminalité et de rétablir la sécurité publique dans les collectivités de l’ensemble du pays.
  • Le président a signé un décret exécutif visant à consacrer davantage de ressources fédérales au démantèlement des organisations criminelles transnationales telles que les cartels de la drogue et MS13.
  • Les crimes violents ont diminué en 2017 selon les statistiques du FBI.
  • 137 millions de dollars de subventions ont été versés dans le cadre du Programme d’embauche de policiers pour préserver les emplois, accroître les capacités de la police dans les communautés, et appuyer les efforts de prévention de la criminalité.
  • Trump a travaillé à l’amélioration et à la mise à jour du projet Quartiers sécuritairesafin d’aider à réduire les crimes violents dans les quartiers à haute criminalité.
  • Signature d’une loi facilitant le ciblage des sites Web qui permettent l’exploitation sexuelle et renforcement des peines imposées aux personnes qui encouragent ou facilitent la prostitution.
  • Création d’un groupe de travail inter-institutions travaillant 24 heures sur 24 pour poursuivre les trafiquants, protéger les victimes et prévenir la traite des personnes.
  • Conduite de l’opération Cross Country XI pour lutter contre la traite des êtres humains. 84 enfants ont été secourus, 120 trafiquants d’êtres humains ont été arrêtés.
  • Trump a encouragé les procureurs fédéraux à recourir à la peine de mort lorsque cela est possible dans la lutte contre le trafic de drogues mortelles.
  • Après la tuerie de Las Vegas qui a fait 59 morts – et dont le mystère sur les motifs du tueur n’ont toujours pas livré leurs secrets – Trump a signé une réglementation interdisant l’usage d’accessoires qui permettent de rendre une arme semi-automatique, automatique.

Sécurité des frontières et immigration

Avec la caravan de milliers de migrants illégaux composée à 70% d’hommes venant du Honduras et organisée pour nuire à la fois au président américain et au président du Honduras, l’immigration est au centre des arguments de la campagne de Trump destinée à motiver les gens à aller voter début novembre.

Mais le président a beaucoup fait pour le respect des frontières et lutter contre la politique d’immigration illégale engagée par Obama et la gauche « no border ».

  • Obtention de 1,6 milliard de dollars pour la construction de murs frontaliers dans le projet de loi de mars 2018. Ce n’est pas suffisant, mais le Congrès refuse jusqu’à présent de respecter la volonté du peuple et de voter les lois pour lesquelles Trump a été élu.
  • Construction d’une section de 20 km de mur frontalier près de San Diego.
  • Trump a travaillé pour protéger les communautés américaines de la menace posée par le gang MS-13.
  • La Division des enquêtes de la sécurité intérieure de l’ICE (police fédérale de l’immigration) a arrêté 796 membres du gang MS-13 au cours de l’exercice 2017, soit une augmentation de 83 % par rapport à l’année précédente.
  • Le ministère de la Justice a collaboré avec des partenaires en Amérique centrale pour obtenir des accusations criminelles contre plus de 4 000 membres de MS-13.
  • Les agents de la police des frontières ont arrêté 228 étrangers illégaux affiliés à MS-13 au cours de l’exercice 2017.
  • Lutte contre le fléau des drogues illicites à notre frontière.
    • ICE a saisi plus de 44 tonnes de stupéfiants au cours de l’exercice 2017, dont plus d’une tonne de fentanyl et plus de 3 tonnes d’héroïne.
    • ICE a consacré près de 630 000 heures d’enquête à la lutte contre l’importation illégale de fentanyl.
    • ICE a procédé à 11 691 arrestations liées aux stupéfiants au cours de l’exercice 2017.
  • Trump a introduit de nouvelles mesures pour empêcher les drogues dangereuses d’entrer aux États-Unis.
    • Signature de la loi INTERDICT, qui renforce les efforts de détection et d’interception des opioïdes synthétiques.
    • Le Ministère de la Justice a obtenu ses toutes premières inculpations contre des fabricants chinois de fentanyl.
    • Le département de la Justice a créé une équipe mixte d’application de la loi sur les opioïdes criminels (J-CODE), qui vise à perturber les ventes illicites d’opioïdes en ligne.
  • L’administration Trump a publié un cadre d’immigration qui comprend les ressources nécessaires pour sécuriser nos frontières et combler les lacunes juridiques, et elle a demandé à maintes reprises au Congrès de corriger les lois sur l’immigration illégale. Le Congrès n’a pas bougé.
  • Trump a autorisé le déploiement de la Garde nationale pour aider à sécuriser la frontière.
  • L’administration Trump a augmenté les vérifications approfondies des personnes qui entrent aux États-Unis en provenance de pays qui ne respectent pas les normes de sécurité, afin de s’assurer que les personnes qui représentent une menace pour le pays soient identifiées avant leur entrée dans le pays.
  • Ces procédures, qui ont été attaquées par des juges fédéraux gauchistes, ont été confirmées lors d’une audience de la Cour suprême en juin 2018.
  • ICE a expulsé plus de 226 000 étrangers illégaux des États-Unis en 2017.
  • ICE a secouru ou identifié plus de 500 victimes de la traite des êtres humains et plus de 900 enfants victimes d’exploitation sexuelle en 2017.
  • En 2017, ICE a arrêté plus de 127 000 étrangers ayant fait l’objet de condamnations ou d’accusations criminelles, lesquels se sont rendus coupables de :
    • Plus de 76 000 délits dangereux liés à la drogue.
    • Plus de 48 000 agressions.
    • Plus de 11 000 délits liés aux armes.
    • Plus de 5 000 agressions sexuelles.
    • Plus de 2 000 délits de kidnapping.
    • Plus de 1 800 homicides.

De plus, Trump a présidé à :

  • La création du Bureau d’aide aux victimes de la criminalité liée à l’immigration (VOICE) afin de venir en aide aux victimes et aux familles touchées par la criminalité illégale liée aux étrangers.
  • Plus que doublé le nombre de comtés participant au programme 287 (g), qui permet aux prisons de détenir des étrangers criminels jusqu’à ce qu’ils soient transférés à l’ICE.

Echanges commerciaux

En arrivant à son poste, le président Trump s’est attaqué au un problème des gigantesques déficits dans les échanges avec les pays étrangers que ses prédécesseurs, sans doute parce qu’ils n’avaient pas d’expérience en entreprise ou peut-être parce que leur façon de servir leur pays n’impliquait pas d’affronter les puissants lobbies de Washington qui corrompent le Congrès, tétanisent les députés et sénateurs, et tiennent avec les cordons de la bourse les deux partis Républicains et Démocrates. Trump a eu le courage de jouer l’éléphant dans une boutique de porcelaine et de remettre à plat les tarifs douaniers. Si un président Démocrate avait fait cela, les médias lui auraient physiquement et personnellement fabriqué un tapis de fleurs. Mais Trump est un Républicain, ils l’ont accusé de « protectionnisme ».

  • Trump a renégocié de meilleurs accords commerciaux pour parvenir à un commerce libre, équitable et réciproque pour les États-Unis.
  • Il a proposé aux Européens de supprimer la totalité des droits de douane, l’élimination des barrières non tarifaires, l’élimination des subventions qu’ils versent à certains secteurs, ce que l’UE a pour l’instant refusé car les recettes financent en partie leur politique socialiste et les subventions compensent les taxes qui tuent les exploitations agricoles.
  • Trump a négocié avec l’Union européenne une augmentation des exportations d’énergie depuis les États-Unis vers l’Europe.
  • Il a géré le contentieux de multiples différends avec l’OMC portant sur des pratiques commerciales déloyales et confirmé le droit des Etats-Unis d’adopter des lois sur le commerce équitable.
  • Il a finalisé la révision des accords commerciaux avec la Corée du Sud, qui comprend des dispositions visant à accroître les exportations d’automobiles américaines.
  • Cela a fait beaucoup plus de bruit, Trump a renégocié les accords commerciaux entre les États-Unis, le Mexique et le Canada pour remplacer l’ALENA.
  • Entamé des négociations commerciales en vue de meilleurs accords commerciaux entre les États-Unis et le Japon.
  • Obtenu 250 milliards de dollars de nouveaux accords commerciaux et investissement en Chine et 12 milliards de dollars au Vietnam.
  • Créé un groupe de travail sur le commerce et l’investissement avec le Royaume-Uni, jetant ainsi les bases des échanges post-Brexit.
  • Adopté des tarifs sur l’acier et l’aluminium pour protéger les producteurs d’acier et d’aluminium américains, afin de renforcer notre sécurité nationale.
  • En 2017, 82 enquêtes sur les pratiques antidumping ont été menées.
  • Gros sujet, Trump a dénoncé publiquement les pratiques commerciales déloyales de la Chine après des années ou Washington a fermé les yeux.
  • Il a imposé des droits de douane de 25 % sur 50 milliards de dollars de marchandises importées de Chine et, par la suite, il a imposé des droits supplémentaires de 10 % sur 200 milliards de dollars de marchandises chinoises.
  • Il a déclenché une enquête sur les transferts de technologie forcés, les pratiques déloyales en matière de licences et de brevets, et le vol de propriétés intellectuelles par la Chine.
  • Imposé de tarifs de sauvegarde pour protéger les fabricants de machines à laver domestiques et de produits solaires touchés par les politiques commerciales de la Chine.
  • S’est retiré du Partenariat transpacifique du Pacifique (PPT), qui tue des emplois.
  • A offert de nouveaux marchés garantis aux agriculteurs américains.
  • L’accord conclu récemment avec le Mexique a été amélioré pour permettre des échanges plus équitables dans les domaines de l’alimentation et de l’agriculture.
  • Un accord avec l’UE réduira les barrières douanières et augmentera le commerce du soja américain vers l’Europe.
  • Trump a remporté un différend qui opposait les Etats-Unis à l’Indonésie à l’OMC concernant les restrictions injustes imposées aux exportations agricoles américaines.
  • Il a défendu les pêcheurs et les emballeurs de thon américains devant l’OMC.
  • Il a permis aux exploitants américains de porc d’accéder au marché argentin pour la première fois depuis un quart de siècle.
  • Les exportations de bœuf américain sont revenues en Chine pour la première fois depuis plus d’une décennie.
  • Et Trump a donné jusqu’à 12 milliards de dollars d’aide aux agriculteurs touchés par les représailles commerciales déloyales.

Énergie

L’énergie a deux fonctions : la première, évidente, concerne la marche de l’économie d’un pays, la seconde concerne la géopolitique, car, on le voit avec la politique arabe de l’Europe, elle permet aux pays exportateurs de faire pression sur les pays qu’elle livre, et d’augmenter sans fin les tarifs. Pour répondre aux demandes d’une microscopique minorité d’écologistes anti-capitalistes, Obama avait gelé la production énergétique américaine. Trump a remis de l’ordre.

  • Mémorandum présidentiel pour lever les barrages à la construction du pipeline Keystone XL.
  • Mémorandum présidentiel déclarant que le pipeline d’accès Dakota sert l’intérêt national et amorçage de sa construction.
  • Ouverture de l’Alaska National Wildlife Refuge à l’exploration énergétique.
  • Les exportations de charbon ont augmenté de plus de 60 % en 2017.
  • Annulation de la « règle de protection des cours d’eau » jugée excessive, voire liberticide, pour éviter qu’elle ne porte préjudice à l’industrie houillère américaine.
  • Trump a annulé le « plan d’énergie propre » anti-charbon irréaliste d’Obama et a proposé la règle de « l’énergie propre abordable » en remplacement.
  • Trump s’est retiré de l’accord de Paris sur le climat, qui aurait coûté près de 3 milliards de dollars aux États-Unis et entraîné une diminution de 6,5 millions d’emplois dans le secteur industriel d’ici 2040.
  • Il a pris des mesures visant à accélérer l’identification et l’extraction des minéraux essentiels à la sécurité et à la prospérité économique du pays.
  • Pris des mesures pour réformer les normes nationales de qualité de l’air ambiant, qui étaient trop draconiennes sans produire de meilleurs résultats, ce qui a profité aux fabricants américains.
  • Il a abrogé la règle de « fracturation hydraulique » d’Obama, qui devait coûter 32 millions de dollars par an à l’industrie – pour rien d’autre que plaire aux activistes vert-rouge.
  • Proposé l’expansion du forage en mer dans le cadre d’une stratégie énergétique globale.
  • Et l’administration a vendu des baux pour des concessions pétrolières et gazières extracôtières dans le golfe du Mexique en août 2018.
  • Délivrance de permis pour le pipeline New Burgos qui traversera la frontière américano-mexicaine.

Résultats de ces mesures énergétiques

  • La production pétrolière américaine a atteint son plus haut niveau dans l’histoire des États-Unis.
  • Les États-Unis sont maintenant le plus grand producteur de pétrole brut au monde.
  • Les États-Unis sont devenus un exportateur net de gaz naturel pour la première fois depuis 60 ans.
  • L’UE a augmenté ses importations de gaz naturel liquéfié (GNL) en provenance des États-Unis.
  • L’Allemagne a annulé une partie de ses importations de gaz de Russie et les a remplacées par du gaz venant des Etats-Unis.

Anciens Combattants

Tous les films américains qui mettent en scène des vétérans dressent le même tableau : après avoir donné autant à leur pays, leur pays les traite avec une ingratitude qui est indigne d’une démocratie avancée. Trump toujours été choqué par cela et a voulu y remédier. Pendant sa campagne, il a évoqué le cas d’anciens combattants qui attendaient des mois un rendez-vous chez le médecin que l’Administration leur imposait, et le cas tragique d’anciens soldats qui sont morts avant d’avoir eu leur rendez-vous chez le médecin qui devait les soigner.

Ce qu’a fait Trump consiste à remettre l’Administration des Anciens combatants à leur service, et non l’inverse, une idée qui n’a jamais effleuré les présidents qui lui ont précédé.

  • Il a signé une loi pour rendre responsables les fonctionnaires du ministère des Anciens Combattants s’ils s’occupent mal de leurs administrés, et élargit les services de télésanté, la possibilité d’aller se faire soigner dans les cliniques sans rendez-vous, et d’obtenir des soins de santé de base et de santé mentale urgents le jour-même.
  • Il a fait accélérer les décisions de l’administration dans le cas où un ancien combattant fait appel d’une décision. 81 000 décisions ont été rendues à des anciens combattants en une seule année, plus que jamais auparavant.
  • Il a assuré une meilleure protection des lanceurs d’alerte et des fonctionnaires qui dénoncent des malfaçons, des corruptions et des mauvais traitements au sein de l’administration des Anciens combattants, et qui identifient les mauvais programmes.
  • Trump a signé une loi qui prévoit 86,5 milliards de dollars pour le ministère des Anciens Combattants (AC), le montant le plus élevé de l’histoire de l’AC.
  • Il a signé le « VA Mission Act », une réforme en profondeur du système qui :
    • Consolide et renforce les programmes de soins.
    • Finance le programme de « libre Choix » pour les anciens combattants.
    • Élargi l’admissibilité au Programme des personnes qui assistent dans leur vie de tous les jours les anciens combattants.
    • Donne aux anciens combattants un meilleur accès aux soins sans rendez-vous.
    • Renforce de la capacité de l’Administration de recruter et de maintenir en poste des professionnels de la santé de qualité.
    • Permis à l’Administration des Anciens Combattants de moderniser ses actifs et son infrastructure.
  • En 2017, Trump a signé la « Loi sur le choix et la qualité de l’emploi », qui autorise des fonds supplémentaires de 2,1 milliards de dollars pour le « Programme Choix » des anciens combattants.
  • Il a réussi – cela peut sembler peu mais plusieurs gouvernements avant lui l’ont tenté sans y parvenir pour des motifs kafkaïens de tracasserie administration de la bureaucratie – à unifier les dossiers médicaux électroniques des anciens combattants qui se trouvent dans les ordinateurs du ministère de la Défense et ceux du ministère des Anciens combattants, une priorité vieille de plusieurs décennies.
  • Publié un décret exécutif exigeant que les ministres de la Défense, de la Sécurité intérieure et des Anciens Combattants présentent un plan conjoint pour permettre aux anciens combattants d’avoir accès à des traitements de santé mentale pendant leur transition à la vie civile.
  • Accru la transparence et la responsabilisation de l’Administration des Anciens Combattants en lançant un « Outil d’accès et de qualité » en ligne, qui permet aux anciens combattants d’avoir accès aux données sur les temps d’attente et la qualité des soins.
  • Signé une loi visant à moderniser le processus de réclamation et d’appel.
  • Promulgué la loi Harry W. Colmery sur l’aide à l’éducation des anciens combattants, qui offre des avantages éducatifs améliorés aux anciens combattants, aux militaires et aux membres de leur famille.
  • Supprimé la limite de 15 ans pour l’accès des anciens combattants aux avantages éducatifs qui leur sont offerts.
  • Créé une ligne d’assistance téléphonique à la Maison-Blanche à l’intention des anciens combattants, dont le personnel se compose principalement d’anciens combattants eux-mêmes et de membres directs de leur famille.
  • Les employés de l’Administration des Anciens Combattants sont maintenant tenus responsables du mauvais rendement, et plus de 4 000 fonctionnaires ont été renvoyés, rétrogradés et suspendus jusqu’ici.
  • Signé la Loi d’amélioration des tribunaux pour anciens combattants, qui augmente le nombre d’employés de l’Administration des Anciens Combattants qui peuvent aider les anciens combattants qui ont affaire à la justice.

J’ai gardé pour la fin le second morceau important après l’économie … la politique étrangère et la Défense (qui ne peuvent être développés qu’une fois la situation économique solidifiée).

La doctrine Trump repose sur deux constats historiques enracinés dans la réalité :

  1. Les Etats-Unis sont de très loin la première puissance militaire et économique au monde, la première démocratie au monde, et c’est tout naturellement qu’il lui revient la difficile tâche d’être le shérif du monde. Obama détestait cette idée, et avait décidé de laisser à l’ONU le soin de régler les conflits et les affaires du monde, et de « diriger le monde depuis le dernier rang ».
  2. L’histoire des hommes montre que pour obtenir la paix, il faut montrer sa force, et Trump a compris que la démonstration de force est le seul moyen pour que les échanges diplomatiques soient plus que des belles paroles et qu’ils se concrétisent par des résultats réels.

Politique étrangère

  • Déplacement de l’ambassade des États-Unis en Israël à Jérusalem conformément à la loi voté à la quasi-unanimité par le Congrès, et pour cesser de faire reposer les tentatives de paix avec les Arabes sur le mensonge qu’ils ont des droits sur Jérusalem. Obama l’avait promis devant l’AIPAC pendant sa campagne. Il s’est avéré qu’Obama mentait. Il a fait cette promesse pour se garantir le vote juif, et dès qu’il l’a obtenu et a été élu, il a renié sa promesse. Et les juifs Démocrates ont baissé la tête et avalé le mensonge.
  • Trump s’est retiré du désastreux et dangereux accord nucléaire avec l’Iran, négocié par un imbécile, John Kerry, sous l’impulsion d’un idéologue, Barack Obama, et a immédiatement entamé le processus de réimposition des sanctions qui avaient été levées ou auxquelles il avait été renoncé.
    • Le Trésor a pris des sanctions à l’encontre des activités et entités iraniennes, y compris le Corps des gardiens de la révolution islamique – la Force Qods.
    • Depuis l’adoption des sanctions, les exportations de pétrole brut de l’Iran ont chuté, la valeur de la monnaie iranienne a chuté et les entreprises internationales se sont retirées du pays.
    • Toutes les sanctions liées au nucléaire ont été de nouveau pleinement appliquées début novembre 2018.
  • Trump a présidé à un sommet historique avec le dictateur communiste nord-coréen Kim Jong-un, apportant les prémices de la paix et de la dénucléarisation dans la péninsule coréenne.
    • Les deux dirigeants ont échangé des lettres d’intention et des hauts fonctionnaires des deux parties se sont rencontrés, ce qui a donné lieu à des progrès considérables.
    • Concrètement, la Corée du Nord a totalement cessé tous ses essais nucléaires et de missiles.
    • Trump a négocié – sans verser des milliards de dollars en petites coupures comme Obama avec l’Iran – le retour des restes des soldats portés disparus de la guerre de Corée.
    • Symbolique très importante dans la culture asiatique, Kim a réajusté l’heure du pays sur celle de la Corée du Sud, et démonté les haut-parleurs de propagande à la frontière.
  • Trump a imposé de fortes sanctions au dictateur socialiste vénézuélien Nicholas Maduro et à son entourage.
    • Pris un décret exécutif interdisant à ceux qui se trouvent aux États-Unis d’effectuer certaines transactions avec le régime vénézuélien, y compris l’interdiction d’acheter la dette du régime.
  • Réagi à l’utilisation d’armes chimiques par le régime syrien.
    • Mis en place des sanctions ciblant des individus et des entités liés au programme d’armes chimiques de la Syrie.
    • Ordonné des frappes en avril 2017 contre un aérodrome syrien utilisé dans une attaque aux armes chimiques contre des civils innocents.
    • S’est joint aux Alliés pour lancer des frappes aériennes en avril 2018 contre des cibles associées à l’utilisation d’armes chimiques par la Syrie.
  • Il a mis en place une nouvelle politique cubaine qui renforce le respect de la loi américaine et tient le régime cubain responsable de l’oppression politique et des violations des droits de l’homme.
    • Le Trésor et l’État a détourné l’activité économique du régime cubain, en particulier de l’armée.
  • Plus d’une douzaine d’otages américains ont été libérés de captivité dans le monde entier – sans verser aucune rançon.
  • Il a renforcé la lutte contre les activités malveillantes de la Russie, y compris les efforts qu’elle déploie pour saper le caractère sacré des élections américaines, contrairement à Obama qui n’avait rien fait quand il a été informé, en juillet 2016, que la Russie tentait de semer la pagaille et la division dans les élections américaines.
  • Expulsé des douzaines d’agents de renseignement russes des États-Unis et ordonné la fermeture du consulat russe à Seattle.
  • Interdit l’utilisation du logiciel Kaspersky Labs sur les ordinateurs du gouvernement, en raison des liens de l’entreprise avec le renseignement russe.
  • Sanctionné cinq entités russes et trois individus pour avoir permis aux unités militaires et de renseignement russe d’accroître les cybercapacités offensives de la Russie.
  • Sanctionné sept oligarques russes et 12 sociétés qu’ils possèdent ou contrôlent, qui profitent des activités déstabilisatrices de la Russie.
  • Sanctionné 100 cibles en réponse à l’occupation russe de la Crimée et à l’agression en Ukraine orientale.
  • Apporté un soutien accru aux forces armées ukrainiennes pour aider l’Ukraine à mieux se défendre. (Trump leur a envoyé des armes de dernière technologie tandis qu’Obama leur a envoyé des couvertures et des couches bébés)
  • A aidé à remporter la candidature des États-Unis pour les Jeux olympiques d’été de 2028 à Los Angeles.
  • A aidé les États-Unis et le Mexique à remporter la candidature unie du Canada pour la Coupe du monde 2026.

Une victoire importante, qui aurait été célébrée par les éloges de la presse internationale si elle avait été remportée par un président Démocrate, et lui aurait valu un Prix Nobel de la Paix, est totalement passée inaperçue : celle contre ISIS, l’Etat islamique. En quelques mois, alors qu’Obama disait qu’il ne pouvait faire mieux que « contenir » sa progression, Trump l’a écrasé – mais hélas pas fait disparaître car ISIS est l’islam, et l’islam est ISIS.

  • Trump a modifié les règles d’engagement de l’armée donnant aux commandants le pouvoir de porter le combat contre ISIS. Je ne peux pas résister à rappeler cet exemple où Obama avait refusé de bombarder les puits de pétrole capturés par ISIS qui lui apportaient ses ressources financières, au prétexte que cela aurait pollué. Obama attache plus de valeur à la qualité de l’air qu’à la vie humaine.
  • ISIS a perdu la quasi-totalité de son territoire, dont plus de la moitié a été perdue sous Trump.
  • La capitale autoproclamée d’ISIS, Raqqah, a été libérée en octobre 2017.
  • Tout le territoire iraquien a été libéré de l’ISIS.

Défense

  • Trump a signé un décret exécutif pour maintenir ouverts les centres de détention de Guantanamo Bay. Obama a fait relâcher 5 terroristes qui y étaient emprisonnés, en échange de la libération d’un militaire qui a trahi les Etats-Unis, ces 5 terroristes viennent de retrouver leur fonction première : le terrorisme.
  • Trump a consacré 700 milliards de dollars au financement de l’armée pour l’exercice 2018 et 716 milliards de dollars pour l’exercice 2019. Obama avait très fortement réduit la dépense militaire.
  • Il a décidé la plus importante augmentation de salaire (de solde) des militaires en près d’une décennie.
  • Il a ordonné un examen du dispositif nucléaire pour s’assurer que les forces nucléaires américaines sont à jour et constituent un moyen de dissuasion crédible.
  • Il a lancé la première cyber-stratégie américaine depuis 15 ans.
  • A dessiné une nouvelle stratégie dans le domaine de la biodéfense nationale, qui prépare mieux la nation à se défendre contre les menaces biologiques.
  • L’Administration a annoncé qu’elle utilisera tous les moyens nécessaires pour protéger les citoyens et les militaires américains contre des poursuites injustes devant la Cour pénale internationale.
  • Publication d’une première stratégie de sécurité nationale pour l’Amérique.
  • Lancement d’une force spatiale en tant que nouvelle branche de l’armée et relance du Conseil national de l’espace. Le premier danger visé par cette force spatiale est bien entendu celui d’une frappe électromagnétique nucléaire, qui détruit tous les appareils électroniques et les réseaux électriques sans faire aucune victime humaine.
  • Il a « encouragé » les alliés de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) à augmenter les dépenses de défense à leur niveau convenu.
    • Rien qu’en 2017, les dépenses de défense des alliés de l’OTAN ont augmenté de plus de 4,8 %.
    • Chaque Etat membre a augmenté ses dépenses de défense.
    • Huit alliés de l’OTAN atteindront le seuil de 2 % d’ici la fin de 2018 et 15 alliés sont sur le point de le faire d’ici 2024.
    • Les alliés de l’OTAN ont dépensé plus de 42 milliards de dollars de plus en défense depuis 2016.
  • Trump a enfin signé un décret exécutif visant à aider les conjoints de militaires à trouver un emploi au fur et à mesure que leur famille est déployée au pays et à l’étranger.

Conclusion

Au fil des ans, et parce que j’écoute beaucoup les opinions de mes amis Démocrates, j’ai analysé la façon dont chaque personne voit et juge la chose politique. Cela passe par ce que j’appelle un « coefficient d’empathie ».

Pour chaque accomplissement et chaque échec, chaque succès et chaque déception, chaque victoire et chaque mensonge, chacun applique un coefficient d’empathie selon son affiliation politique.

  • C’est pour cela que lorsque Brett Kavanaugh est accusé d’avoir sexuellement agressé une femme il y a 36 ans, les Démocrates, qui ont un coefficient d’empathie nul pour lui, considèrent cela comme un crime majeur si grave qu’il se dispense de preuve, et que lorsque Keith Ellison, numéro 2 du parti Démocrate et candidat au poste de ministre de la Justice du Minnesota, est accusé de la même chose par son ex-petite amie, le coefficient d’empathie fait que son crime lui est pardonné, au point que les Démocrates ne veulent même pas examiner les preuves solides et bien réelles présentées par sa victime.

Cette longue liste, passée au crible du coefficient d’empathie zéro pour Trump fait qu’elle ne pèse pas lourd aux yeux des Démocrates. En fait, elle pèse moins que la seule accusation – sans preuve – que Trump est un raciste ou un blanc suprémaciste.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Liens contextes:

Commenter cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s