Les écoles publiques devront aussi prendre toute une série de mesures pour lutter contre l’homophobie et la transphobie

Les associations LGBT+ écossaises ont obtenu que leur pays intègre dans ses programmes scolaires l’histoire des droits des personnes lesbiennes, gays, bies, transgenres et intersexes. D’après le gouvernement, c’est une première mondiale.

Les ministres ont accepté dans leur intégralité les revendications de l’organisation Time for inclusive education (TIE), qui lutte contre l’homophobie et la transphobie à l’école. Les établissements scolaires publics devront désormais apprendre aux élèves l’histoire des mouvements LGBT+, lutter activement contre les discriminations, sensibiliser les professeurs au sujet et enregistrer tout les cas de harcèlement homophobe ou transphobe.

Sur son site internet, TIE explique que la majorité des parlementaires écossais avait déjà signé leurs revendications et qu’ils n’avaient plus qu’à travailler avec le gouvernement pour les mettre en place. C’est désormais chose faite. «C’est une monumentale victoire pour notre campagne, et un moment historique pour notre pays. […] Dans cette période d’incertitude, c’est un signal fort et clair qui est envoyé aux jeunes personnes LGBT+, qu’ils et elles sont estimées, ici en Écosse» a déclaré Jordan Daly, le cofondateur de TIE.

Pour les associations, la victoire est d’autant plus savoureuse qu’il n’y a pas si longtemps, l’Écosse a connu un vaste débat national autour de l’abolition de la «section 28». Cet amendement introduit en 1980 interdisait de «promouvoir l’enseignement dans aucune école publique de l’acceptabilité de l’homosexualité en tant que prétendue relation familiale». Il avait finalement été supprimé en 2001 après avoir divisé le pays.

Selon Jordan Daly, la nouvelle politique de l’éducation permettra de mettre fin à l’«héritage destructeur» de la section 28. Dans un sondage conduit en 2017 par LGBT Youth Scotland, 52% des jeunes écossais et écossaises LGBT+, ont estimé que l’école était l’endroit où ils souffraient le plus de discriminations.

Source: The Guardian

Commenter cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s