Dans les premières années de l’Église, une grande persécution a eu lieu. Durant cette période affreuse, l’apôtre Jean a été fait prisonnier et envoyé à Rome, avant d’être banni sur l’île de Patmos pour y mourir. Patmos était une petite île désolée habitée seulement par d’autres prisonniers exilés là-bas.

Quand Jean a débarqué sur Patmos, il s’est retrouvé coincé, rejeté, isolé. Il a écrit plus tard :

“J’étais dans l’île appelée Patmos, à cause de la parole de Dieu et du témoignage de Jésus” (Apocalypse 1:9).

Pourquoi Jean, un disciple de Jésus, avait-il subi une telle sentence ? Et pourquoi Rome, la puissance qui régnait sur le monde, souhaitait-elle si désespérément l’isoler de la civilisation ? De toute évidence, Rome le considérait comme une menace parce qu’il était à la fois renommé parmi les Juifs et les païens.

A présent, les gens regarderaient Jean et ne verraient qu’un échec. S’il était mesuré selon les standards de succès de notre époque, il serait considéré comme moins que rien : il n’avait plus de congrégation, plus d’église, plus d’argent, plus de véhicule, plus de maison, plus de vêtements décents.

Mais comme nous aurions tort ! Une chose incroyable est arrivée à Jean après quelques jours passés sur Patmos. Il a pris une décision qui a impacté l’Eglise toute entière pour l’éternité. Pour dire les choses simplement, Jean est mort à tous ses plans et à tous ses projets de ministère. Pour autant qu’il l’ait su, son exil sur Patmos était définitif, mais il a décidé d’adorer Dieu. “Je vais marcher dans l’Esprit et me consacrer à chercher la face de Dieu. Maintenant, j’ai le temps d’apprendre à Le connaître comme jamais auparavant.”

La vie de Jean s’est réduite à un seul objectif : Jésus Christ et Lui-seul. Et il a dit, en substance :

“Tout ce dont j’ai besoin, c’est de la prière, de l’adoration et de la communion avec mon Seigneur.”

C’est là-bas, sur Patmos, que Jean a appris à être dépendant de la voix du Saint-Esprit. Et la bonne nouvelle, c’est que plus tard, Jean a retrouvé la liberté et ses écrits sont devenus une lumière ointe pour le monde.

Tu n’as pas besoin d’être isolé pour te donner pleinement à la communion avec le Seigneur. Dieu te rencontrera là où tu es, quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit, si seulement tu en appelles à Lui.

David Wilkerson

Commenter cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s