Centenaire du 11 Novembre. Pour Emmanuel Macron exhorte au « combat pour la paix »

Pas de commentaire

La cérémonie de l’armistice du 11 Novembre s’est déroulée sous l’Arc de Triomphe en présence de près de 70 chefs d’État et de gouvernement. Emmanuel Macron, le président français, en a profité pour livrer un message fort en faveur de la Paix et de l’union des peuples. Donald Trump s’est fait un malin plaisir d’arriver un peu en retard, mais Vladimir Poutine lui a « volé » la vedette en arrivant en dernier. En marge, trois Fémen ont tenté de perturber le déroulement des festivités.

Tôt ce dimanche matin, Emmanuel Macron a accueilli, avec son épouse Brigitte, sur le tapis rouge les dirigeants face à des dizaines de photographes dans la cour d’honneur de l’Élysée. Les premiers ont été les Premiers ministres suédois, irlandais, norvégien et algérien avant l’arrivée attendue de l’Allemande Angela Merkel et du Canadien Justin Trudeau.

Dans la foulée, les dignitaires se sont rendus sur la place de l’Étoile, en haut de la fameuse avenue parisienne des Champs-Élysées, pour participer à une grande cérémonie sous l’Arc de triomphe, où repose le Soldat inconnu de la Grande guerre.

Des Fémen tentent de s’introduire sur les Champs

Le président américain Donald Trump n’est pas passé par l’Élysée car il a préféré se rendre directement à l’Arc de triomphe. Trois militantes Femen ont tenté de forcer le dispositif de sécurité au moment où la voiture du président américain remontait les Champs-Élysées, avant d’être interpellées.

Seins nus sur lesquels était écrit « Hypocrisie », les trois militantes ont sauté les barrières de sécurité au moment où la voiture (vide) de Donald Trump passait devant le public peu avant 11 h. Elles ont été aussitôt interpellées par les forces de sécurité sur place. La veille, trois militantes Femen s’étaient déjà brièvement exposées seins nus sous l’Arc de Triomphe.

Poutine dernier arrivé

Le président américain n’était pas le dernier arrivé sous l’Arc de Triomphe. En effet, son homologue russe, Vladimir Poutine lui a volé la vedette en débarquant à 11 h 18. Les festivités pouvaient alors commencer avec plusieurs minutes de retard. Quelques minutes auparavant, à 11 h, les cloches avaient retenti sur tout le territoire français pour saluer l’heure précise de la signature de l’Armistice en 1918.

Si l’ancien président français Nicolas Sarkozy était présent parmi les invités, en revanche François Hollande avait choisi de rester en Corrèze.

La dernière fois c’était pour Charlie Hebdo

La dernière fois que Paris a accueilli autant de dignitaires remonte au 11 janvier 2015 après les attentats islamistes contre Charlie Hebdo et le magasin juif Hyper Cacher.

Une fois toutes les personnalités installées dans les tribunes officielles, et après les hymnes, le célèbre violoncelliste américain Yo-Yo Ma a, d’abord, interprété la Sarabande de la Suite n° 5 pour violoncelle en do mineur de Jean-Sébastien Bach. Des lycéens ont ensuite lu des témoignages de 1918 dans différentes langues, comme le français, l’anglais, l’allemand, avant que la chanteuse Angélique Kidjo ne chante en hommage aux troupes coloniales.

Emmanuel Macron : « Ensemble, nous pouvons conjurer les menaces »

Emmanuel Macron a alors prononcé un discours vibrant. « C’était l’Armistice, la fin de quatre longues années de combats meurtriers. Mais l’armistice n’était pas la Paix et d’effroyables guerres se succéderont », dira le Président français. « Quatre années où l’Europe tenta de se suicider. […] La leçon de la Grande Guerre ne peut être la rancœur d’un peuple contre un autre. »

« Peuples du monde entier sur cette dalle sacrée, voyez tant de dirigeants rassemblés. Chacun d’eux est le visage de cette espérance pour laquelle une jeunesse accepta de mourir. Celle d’un monde où la parole doit parler plus fort que le fracas des armes. […] Le gage d’une harmonie enfin possible. Cela s’appelle l’amitié entre la France et l’Allemagne. Cela s’appelle l’Union européenne, une union librement consentie. Cela s’appelle l’Organisation des Nations unies. […] »

« Le pire n’est jamais sûr mais l’Histoire menace parfois de reprendre son cours tragique. Faisons, une fois de plus, ce serment des nations de placer la Paix plus haut que tout. Car nous en savons le poids et les exigences. Nous tous, dirigeants politiques, nous devons réaffirmer notre immense responsabilité. Celle de transmettre à nos enfants le monde dont nous avons rêvé. Ensemble, nous pouvons conjurer les menaces. Vive la Paix entre les peuples et les États. »

« Additionnons nos espoirs »

Le président français a demandé « d’additionner nos espoirs au lieu d’opposer nos peurs » en exhortant au « combat pour la paix » en refusant « le repli, la violence et la domination ». Dans son allocution il a aussi appelé ses pairs à refuser « la fascination pour le repli, la violence et la domination ».

« Ensemble, nous pouvons conjurer ces menaces que sont le spectre du réchauffement climatique et de la dégradation de notre nature, la pauvreté, la faim, la maladie, les inégalités, l’ignorance », a-t-il espéré.

« La nationalisme est une trahison »

Il a aussi critiqué le nationalisme, dont s’est revendiqué plusieurs fois ces dernières semaines Donald Trump, qui écoutait le président français aux côtés de près de 70 autres chefs d’Etat ou de gouvernement. « Le patriotisme est l’exact contraire du nationalisme. Le nationalisme en est sa trahison », a dit le président français.

Un message que Donald Trump a pu prendre directement pour lui car il a déclaré, voilà quelques jours: « Un mondialiste est une personne qui veut que le monde s’en sorte, sans vraiment se préoccuper de notre pays (…). Vous savez ce que je suis ? Je suis un nationaliste« .

« Souvenons-nous ! N’oublions pas ! » a plaidé Emmanuel Macron, « cent ans après un massacre dont la cicatrice est encore visible sur la face du monde ». « Puisse ce rassemblement ne pas être seulement celui d’un jour ». 

Et pour clôturer les festivités, le Boléro de Ravel a retenti avant qu’Emmanuel Macron ne ravive la flamme du Soldat inconnu.

Source: Ouest-France

Publicités

Commenter cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s