Un royaume qui ne change pas

Retenons fermement la profession de notre espérance sans chanceler.

La foi et la vue sont déconnectées. L’homme naturel marche par la vue, en se fiant à ses sens et en ne croyant que les informations que ceux-ci lui transmettent. Mais dans la vie chrétienne, la vie spirituelle, nous ne devrions pas nous fier à nos sens.

2 Corinthiens 5:7 nous dit, «car nous marchons par la foi et non par la vue.» Nous ne marchons pas en suivant nos sens, mais la foi. La foi concerne le royaume invisible, éternel qui ne change jamais. Le monde des sens est toujours changeant, il est temporaire, instable, inconstant et imprévisible. Par la foi, nous sommes reliés à un monde différent, un monde de réalités et de vérités éternelles. C’est lorsque nous nous connectons à ce monde par la foi, que nous retenons fermement notre confession.

Notre manière de répondre aux pressions que Dieu permet dans nos vies détermine si nous nous appuyons sur nos sens ou sur la foi. Si nous modifions notre profession de foi à cause des ténèbres c’est que nous marchons en suivant nos sens, parce que dans la foi, il n’y a point de ténèbres. La foi ne s’appuie pas sur les sens, elle visualise à travers des yeux spirituels intérieurs un royaume qui ne varie pas et elle croit en un souverain sacrificateur qui ne change pas. Voici ce que dit Jacques de ce problème:

«Mais qu’il l’a demande avec foi, sans douter; car celui qui doute est semblable au flot de la mer, agité par le vent et poussé de côté et d’autre. Qu’un tel homme ne s’imagine pas qu’il recevra quelque chose du Seigneur: c’est un homme irrésolu, inconstant dans toutes ses voies.» (Jacques 1:6–8)

Ce passage décrit un homme qui vacille. Il a commencé par être prêt à demander (dans la foi et sans douter), mais il ne s’est pas accroché fermement et sans chanceler. Le résultat c’est qu’il a été ballotté d’un côté à l’autre, renversé par les vents et les flots. Le remède c’est de retenir fermement la profession de notre espérance.

Merci Seigneur parce que tu es fidèle, tu me donnes de l’espoir. Je proclame que je marche non par mes sens mais par la foi. Je retiendrai fermement la profession de mon espérance. Amen.

Derek Prince

Commenter cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s