Après les Gilets jaunes, est-ce le temps des Gilets bleus?

Vendredi matin, un collectif de la société civile européenne s’est exprimé dans une quinzaine de journaux européens pour revendiquer, lui aussi, un grand débat démocratique mais pour remettre l’Europe debout. Au micro d’Europe 1, la chronique hebdomadaire, chaque samedi à 7h15, du rédacteur-en-chef international du JDD, François Clemenceau.

Ce collectif s’appelle Civico Europa et regroupe des centaines d’élus, de syndicalistes, d’artistes, de personnalités engagées dans la construction européenne depuis des années. Ils ne bloquent pas les ronds-points comme les Gilets jaunes mais eux aussi sont impatients. On pourrait les appeler, pour résumer, les « gilets bleus ». Parce que, eux aussi, veulent que les choses changent, que les Européens se fassent entendre de l’élite politique et technique en poste à Bruxelles. Et pour cela, ils vont monter d’ici le mois de mars, non pas un référendum d’initiative citoyenne comme celui que réclame les Gilets jaunes, mais une consultation qui pourrait permettre grâce aux réseaux sociaux de faire interagir 250 millions de citoyens.

Non pas pour leur demander ce qui ne va pas en Europe, comme ce fut déjà le cas lors des consultations citoyennes organisées cette année par les pays membres, avec plus ou moins de succès, mais pour qu’ils suggèrent les mesures et les moyens qui permettraient à l’Europe d’être plus démocratique, plus efficace, plus ambitieuse et plus protectrice.

Plateforme digitale

Les organisateurs de Civico ont passé alliance avec une plateforme digitale qui s’appelle Make.org et qui a déjà organisé ce genre de consultation massive. La grande innovation technique ici repose sur le volume des contributions et sur les barrières linguistiques mais le logiciel mis en place devrait fonctionner. Civico s’attend à une possibilité de retour de 10 millions d’européens répartis dans les 28 pays. Il y aura ensuite une synthèse des recommandations afin qu’elles soient débattues par plusieurs centaines des auteurs de propositions. Ces derniers seront tirés au sort. Voilà encore un  point commun avec les revendications des partisans de la démocratie participative.

Ce débat sera enrichi de la présence d’un panel d’eurodéputés et de 150 candidats aux élections européennes. La séquence se déroulera au Parlement européen à Bruxelles le 22 mars. A charge ensuite pour les candidats et les élus de porter ces propositions aux chefs d’Etats qui se réuniront au sommet au Conseil européen de Cibiu en Roumanie le 9 mai, à quinze jours des élections européennes du 26 mai.

Jonction entre les mouvements

Ces « gilets bleus »  obtiendront gain de cause? C’est loin d’être évident. Cela fait tant d’années que l’on se regarde dans le miroir dans chacun des pays membres que nous avons complètement oublié d’ouvrir la fenêtre pour savoir à quoi servait l’Europe et comment elle résistait aux coups de boutoir de la mondialisation dont les plus faibles souffrent, à l’image des Gilets jaunes. Mais il faut souhaiter que la jonction se fasse entre ces deux mouvements. Que les jaunes et les bleus se fassent confiance. Car la France n’ira pas mieux si l’Europe va plus mal. Et l’inverse est vrai également.

Source: Le JDD

Publicités

Commenter cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.